On en parleEmploi scientifique : le blues des jeunes chercheurs
Enquête
Conventions université-école privée : un accord gagnant-gagnant ?

Conventions université-école privée : un nouveau partenariat entre l’IAE de Lille 1 et l’ESAM

Un dossier réalisé par Fabienne Guimont  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

Implanté à Paris, Lyon et Toulouse, l’ESAM a inscrit cette année une centaine d’étudiants pour un master délivré par l’IAE de Lille 1 et compte en accueillir l’an prochain quelque 350 autres en licence. « Ce n’est pas seulement de la délocalisation de diplôme, soutient Yonel Choufane, son directeur. On apporte un réseau d’entreprises [forum, portail emploi…] et on met en commun des savoirs. À terme, l’enjeu est de développer des synergies pour promouvoir l’école à l’international ».

Pour les étudiants inscrits à l’ESAM qui veulent obtenir, outre le certificat de l’ESAM, une licence, il faudra débourser plus de 24.000 € sur trois ans et 17.000 € supplémentaires pour un master. Une manière pour l’école de pouvoir répondre à la demande step by step des étudiants qui veulent bien s’engager sur trois ans s’ils ont la garantie de décrocher un diplôme reconnu et de pouvoir par exemple poursuivre leur cursus à l’étranger.


« La course au recrutement de chercheurs en sciences de gestion pour obtenir le visa n’est pas le pari de l’ESAM »

Cette stratégie de l’école visant à conclure un partenariat plutôt que de décrocher un visa de l’État à bac+3 convient davantage à la nature de l’école selon Yonel Choufane. « La course au recrutement de chercheurs en sciences de gestion pour obtenir le visa n’est pas le pari de l’ESAM. On a choisi la convention avec une université, qui permet la confrontation d’approches pédagogiques pour arriver à l’équivalence des contenus de formation », souligne-t-il. Il assure qu’aucune contrepartie financière autre que les droits d’inscription universitaires reversés à l’IAE n’est prévue. En revanche, les étudiants de l’IAE qui souhaiteront aller dans une de 80 universités partenaires de l’école à l’étranger ne seront pas facturés. La convention stipule que 20% des enseignants doivent venir de l’IAE de Lille 1.

Dossier réalisé par Fabienne Guimont
Novembre 2011

Un dossier réalisé par Fabienne Guimont  |  Publié le , mis à jour le

« introduction article suivant »

0 commentaire

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :