En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Enquête | Recherche, Gouvernance

Ecoles de commerce : le palmarès 2014 de la recherche en gestion

Marie-Anne Nourry  |  Publié le

9

Ecoles de commerce : le palmarès 2014 de la recherche en gestion. De gauche à droite et de haut en bas : l'Ieseg, Kedge Marseille, l'Edhec et HEC.
Ecoles de commerce : le palmarès 2014 de la recherche en gestion. De gauche à droite et de haut en bas : l'Ieseg, Kedge Marseille, l'Edhec et HEC.

Avec trois fusions actées et deux nouvelles entrées dans le club des écoles de commerce masterisées, le paysage des business schools poursuit sa mutation. Une constante demeure toutefois : l’effort en recherche, afin de décrocher des accréditations et se rapprocher des meilleures universités mondiales.

Comme chaque année, EducPros présente son palmarès de la recherche en gestion. Pour mesurer la production en recherche des 36 grandes écoles de commerce, nous avons comptabilisé les articles de recherche sur une année civile et non plus sur deux ans et demi (lire notre méthodologie). Sans surprise, HEC garde une longueur d’avance sur ses consœurs avec 169 étoiles. En plus d’afficher la plus grande production en recherche, l’école de Jouy-en-Josas peut s’enorgueillir de placer les articles de ses professeurs permanents dans les revues les plus prestigieuses (3,2 étoiles par publication en moyenne).

KEDGE : la fusion gagnante

Avec un total de 126 étoiles qui la place directement au 2e rang, Kedge, alliance de BEM (Bordeaux Ecole de Management) et d’Euromed, s’en sort particulièrement bien. Rappelons que dans la dernière édition du palmarès de recherche, les deux écoles fondatrices occupaient des places plus modestes : Euromed était au 10e rang et BEM au 14e. En consolidant leurs performances respectives, elles enregistrent cette année la plus forte progression du tableau.

Néanmoins, quantité ne rime pas forcément avec qualité. Si Kedge est très forte en production, elle l'est beaucoup moins en productivité, et enregistre un nombre d'étoile par professeur parmi les plus faibles du top 15 (0,76 étoile par professeur). C'est l'Edhec, dépassé d'une petite étoile par le mastodonte du sud, qui remporte la coupe de la productivité en recherche, avec 1,45 étoile par professeur.

De la même façon, l’IESEG recule en nombre d’étoiles mais conserve un bon niveau de productivité, avec 1,31 étoile par professeur. A noter : après avoir décroché l’accréditation Equis en 2012, l’école de Jean-Philippe Ammeux a obtenu l’AACSB en 2013, ce qui en fait la première école postbac ne dépendant pas d’un groupe à détenir cette double et exigeante reconnaissance internationale.

Peu de grandes variations

En dehors de la progression très nette des écoles fondatrices de Kedge, on observe deux belles évolutions : l’ESC Grenoble gagne 6 places et l’ESC Dijon, située en milieu de classement, en gagne 5. Concernant les baisses, SKEMA et l’EM Strasbourg perdent chacune 4 places, tout en demeurant dans le premier tiers du tableau, et l’ESSCA bascule dans le dernier tiers avec 6 places en moins.

La position des autres établissements varie de plus ou moins 3 places. C’est notamment le cas de Néoma Business School, fusion de RMS (Reims Management School) et de RBS (Rouen Business School). RBS occupait déjà le 11e rang l’année dernière et RMS était à la 16e place. Du point de vue de la recherche, la fusion semble avoir surtout profité à l’école rémoise.

Fusions d’écoles et croissance des équipes de recherche

Les plus grosses équipes de professeurs se retrouvent logiquement dans les écoles qui ont récemment fusionné : dans l’ordre, Kedge (166 professeurs), FBS (145 professeurs) et Néoma (141 professeurs). Cependant, ce ne sont pas forcément les grosses équipes qui sont les plus productives. Néoma comptabilise 0,5 étoile par chercheur et FBS 0,2 étoile.

A l’inverse, des petites écoles comme l’ESC Rennes ou l’IPAG, dotées d’équipes de moins de 50 professeurs, affichent une grande productivité (1 étoile par professeur). Question de stratégie.

Effets positifs du grade de master

La deuxième école postbac à apparaître dans le classement est justement l’IPAG (13e rang). A l’évidence, la délivrance du grade de master en 2011 a poussé l’école de Saint-Germain-des-Prés à progresser en recherche. Lors de son entrée dans notre palmarès de la recherche, elle occupait seulement la 29e place. On peut espérer qu’il en soit de même pour l’ISTEC (33e rang) et l’ICD (34e), les deux écoles parisiennes qui ont obtenu le grade de master cette année.

Rappelons que FBS (France Business School) ne possède pas encore l’autorisation de délivrer le grade de master, ce qui peut paraître étonnant au regard de ses performances en recherche qui la placent en milieu de tableau. Nous l’avons tout de même comptée parmi les écoles masterisées car ses membres fondateurs (ESC Amiens, Brest, Clermont et ESCEM Tours-Poitiers) continuent de délivrer le grade à leurs promotions, et ce jusqu’en 2016. Reste à savoir si les nouvelles promotions auront la possibilité d’en bénéficier par effet rétroactif.

Le palmarès 2014 de la recherche en gestion

École Equivalents étoiles CNRS-FNEGE 2012 Nombre de publications CNRS-FNEGE 2012 Nombre de professeurs permanents chercheurs Nombre d'étoiles par professeur Nombre d'étoiles moyen par publication
1. HEC, Jouy-en-Josas 169 53 126 1,34 3,2
2. Kedge, Bordeaux, Marseille 126 64 166 0,76 2,0
3. EDHEC, Lille, Nice, Paris 125 53 86 1,45 2,4
4. ESSEC, Cergy-Pontoise 102 38 102 1,00 2,7
5. IESEG 93 35 71 1,31 2,7
6. ESC Grenoble 91 41 89 1,02 2,2
7. ESCP Europe, Paris 90 40 105 0,86 2,3
8. EM Lyon 85 36 103 0,83 2,4
9. Audencia, Nantes 78 42 73 1,07 1,9
10. Skema, Lille, Nice, Paris 71 35 117 0,61 2,0
11. Néoma, Reims, Rouen 70 39 141 0,50 1,8
12. EM Strasbourg 49 29 55 0,89 1,7
13. ESC Rennes 48 22 48 1,00 2,2
13. IPAG Business School 48 24 47 1,02 2,0
15. ESC Toulouse 44 21 69 0,64 2,1
16. ISC, Paris 37 16 69 0,54 2,3
17. ESC Dijon 36 22 52 0,69 1,6
18. ESC Montpellier 35 22 51 0,69 1,6
19. FBS, Amiens, Brest, Clermont, Orléans, Poitiers, Tours 29 20 145 0,20 1,5
20. ESG Management School 28 18 54 0,52 1,6
21. INSEEC, Bordeaux, Paris, Chambery 26 15 46 0,57 1,7
22. ESC La Rochelle 23 12 51 0,45 1,9
23. Télécom EM, Évry 20 10 60 0,33 2,0
24. ISG, Paris 19 10 31 0,61 1,9
25. ESC Troyes 17 9 27 0,63 1,9
25. ESSCA 17 15 57 0,30 1,1
27. EM Normandie 16 12 46 0,35 1,3
28. ESDES 15 10 23 0,65 1,5
29. ESCE 12 7 22 0,55 1,7
30. EBS  Paris 10 7 36 0,28 1,4
31. ICN, Nancy 9 6 48 0,19 1,5
31. Novancia 9 8 40 0,23 1,1
33. ISTEC 7 7 18 0,39 1,0
34. ICD 6 2 23 0,26 3,0
35. ESC Pau 4 2 19 0,21 2,0
35. EDC 4 3 24 0,17 1,3
Notre méthodologie de classement
Notre classement repose sur le cumul des "équivalents étoiles" attribués aux articles signés par les professeurs permanents, et publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2012 dans les revues à comité de lecture en économie et en gestion, mentionnées dans la section 37 du CNRS et complétée par celles de la liste Fnege. Le classement a été effectué en fonction du nombre d'étoiles (catégorie 4 = une étoile ; catégorie 1* = cinq étoiles).

Par professeur permanent, nous entendons la définition de la CEFDG (Commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion), à savoir des enseignants présents quatre ou cinq jours, dont l’école est l’employeur principal. Un professeur ne peut être permanent s’il est par ailleurs maître de conférences dans une université, ou à temps plein dans une université étrangère. Nous excluons de ce comptage les professeurs n’exerçant pas d’activité de recherche (professeurs de langue, de développement personnel…).

Pour effectuer le calcul des "équivalents étoiles", nous avons demandé à toutes les écoles les copies des premières et dernières pages des articles. Nous n’avons pas pris en compte les papiers non encore parus, les éditoriaux, les avant-propos ou les commentaires d’ouvrages. Notre tableau mentionne le nombre d’étoiles par professeur permanent, qui donne une idée de la "productivité recherche" du corps professoral.

Ce tableau prend en compte les 36 écoles de commerce délivrant un diplôme de grade master. Ces données ont été utilisées dans le palmarès des grandes écoles de commerce, réalisé par l'Etudiant et L'Express.
Les palmarès personnalisés de l'Etudiant
Au-delà de ce palmarès spécifique de la recherche en gestion, L'Etudiant ne propose plus un seul ranking global, mais désormais des classements sur-mesure. Conçus comme un outil d'aide à l'orientation pour les lycéens, ils permettent à chaque élève de choisir ses critères, en fonction de son projet d'étude, et de construire son propre palmarès personnalisé.

Découvrez le palmarès interactif des écoles de commerce masterisées sur letudiant.fr.

Marie-Anne Nourry  |  Publié le

9

9 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :