En ce momentAvec son nouveau modèle, l'Université Paris-Saclay se remet en ordre de marche pour l'Idex
On en parleAnnabelle Allouch : "Les attendus sont une forme de sélection qui ne dit pas son nom"
Enquête | International

Etudier à l'étranger quand on est salarié : quelles sont les options?

Publié le

0

PUBLI-INFO EF. Si vous êtes salarié et que vous avez déjà été confronté à la barrière de la langue, sachez que partir étudier à l'étranger n'est pas seulement réservé aux lycéens et jeunes étudiants. Désireux de renforcer l'accès à la formation, le gouvernement a ainsi mis en place plusieurs dispositifs pour permettre aux employés de suivre des programmes, en vue d'obtenir un diplôme ou une qualification supplémentaire.

Il est ainsi possible de quitter temporairement son poste afin de suivre une formation à temps complet, financée en tout ou partie par l'entreprise et l'organisme agréé. Les stages de langues sont notamment très prisés car ils permettent de booster un CV, en plus de l'intérêt de maîtriser une langue dans le cadre de son activité. Contrairement aux idées reçues, ces formations peuvent être suivies à l'étranger! Elles permettent notamment d'obtenir des certifications professionnelles reconnues en France par le COPAREF, telles que le BULATS, le TOEIC ou le DCL. Etudier à l'étranger dans un cadre professionnel est donc non seulement utile à votre carrière, mais cela vous permettra de découvrir une autre culture en totale immersion. Voici les différentes options pour réaliser votre projet et développer vos compétences !

Le CPF (Compte Personnel de Formation)

Remplaçant le DIF (Droit Individuel à la Formation), le CPF comptabilise toutes vos heures de formation acquises durant votre activité, jusqu'à un maximum de 150 heures. Il permet de financer votre formation linguistique en immersion soit sur votre temps de travail, soit pendant vos congés. Les conditions sont que votre organisme de formation soit référencé sur DataDock et que votre stage débouche sur un diplôme ou une certification reconnue par le COPAREF (Comité Paritaire Interprofessionnel Régional pour l’Emploi et la Formation Professionnelle). Ce dispositif s'étend également aux demandeurs. Si vous souhaitez suivre une formation en dehors de l'UE, aux Etats-Unis par exemple, vous devrez justifier qu'elle n'a pas d'équivalent en France ou en Europe.
Si 150 heures étalées sur quelques semaines ne vous suffisent pas, vous pouvez également utiliser votre CIF.

Le CIF (Congé Individuel de Formation)

Probablement la meilleure option pour des études de plusieurs mois, le CIF autorise les salariés à "abandonner" leur poste, pour suivre une formation en France mais aussi à l'étranger, même en dehors de l'Union Européenne. Le plafond accordé s'élève à 1 200 heures, à répartir comme bon vous semble entre 6 mois et 6 ans. Dans ce cas particulier, il faut que l'organisme de formation ait une adresse de facturation en France ou passe par un intermédiaire français.

Mais c'est à vous de convaincre l'organisme (Fongecif ou Opacif) que le financement de cette formation sera très utile à votre entreprise, en gros, qu'il y ait un véritable retour sur investissement.

Tout comme le CPF, la formation choisie ne doit pas avoir d'équivalent sur le territoire français ou doit constituer une véritable valeur ajoutée pour l'entreprise. Pour un cursus en dehors de l'UE, des dérogations sont accordées pour les formations exceptionnelles, telles qu'un MBA dans une grande université américaine. Dans ce cas, si le financement accordé n'est pas suffisant pour couvrir les frais de scolarité et de défraiement, il vous est tout à fait possible de débloquer vos heures CPF pour compléter votre enveloppe budgétaire.

L'année sabbatique

Dernière option, le congé sabbatique vous permettra de partir de 6 à 11 mois pour réaliser votre projet. Là encore, tout dépendra de l'accord d'entreprise et de la convention collective mais votre employeur ne peut pas refuser votre demande. Le hic, c'est que vous ne percevrez aucun salaire durant cette période, donc si vous souhaitez partir étudier à l'étranger, mieux avoir fait des économies avant. Cependant, il vous est tout à fait possible de travailler durant votre année sabbatique, tant que le poste n'est pas en concurrence déloyale avec l'activité de votre entreprise. Ainsi, si vos cours sont le matin, vous aurez la possibilité de travailler le reste de la journée pour arrondir vos fins de mois.

Si vous êtes prêt à partir à l'aventure, EF propose des formations "étudier à l'étranger" dans le monde entier, et vous accompagnera dans vos démarches.

Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :