En ce momentBudget 2017 : 331 millions d’euros en moins pour l’Enseignement supérieur et la recherche
On en parleExclusif. Frédérique Vidal : "Le contrat de réussite étudiant devra être le plus personnalisé possible".
Enquête | Personnels

Ils veulent quitter l'enseignement supérieur... souvent à contrecœur

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

3

Un tiers des personnels de l'enseignement supérieur souhaitent se reconvertir professionnellement hors du secteur.
Un tiers des personnels de l'enseignement supérieur souhaitent se reconvertir professionnellement hors du secteur. // © Julien Revenu

BAROMÈTRE 2017. Enseignants-chercheurs ou BIATSS, près d'un tiers des 1.540 répondants au baromètre EducPros sur le moral des personnels de l'enseignement supérieur veulent quitter ce secteur. EducPros les a interrogés sur leurs motivations et leurs projets pour l'avenir.

Agriculteur, agent immobilier, consultant ou magistrat ? Ils travaillent tous, aujourd'hui, dans l'enseignement supérieur mais rêvent d'une autre vie plus épanouissante pour certains, moins précaire pour d'autres et surtout mieux rémunérée !

Quel que soit leur statut (enseignant-chercheur, personnel BIATSS, Ater, doctorant...), un tiers des 1.540 répondants au baromètre EducPros 2017 indiquent vouloir quitter l'enseignement supérieur dans les cinq ans. 10 % se disent "certains" de le faire quand 22 % sont "plutôt d'accord" avec cette idée.

Les disparités varient énormément entre les titulaires de la Fonction publique et les contractuels : quasiment la moitié des personnels en CDD veulent changer de secteur, quand ils sont 41 % parmi les contractuels en CDI, et près d'un tiers parmi les titulaires de la fonction publique.

Autre clivage, les personnels BIATSS, dont les métiers sont extrêmement variés, sont les plus désireux de se réorienter (43 %) en comparaison avec les enseignants, enseignants-chercheurs ou chercheurs (27 %) et les doctorants, Ater ou vacataire (31 %). Pour expliquer ces chiffres François Sarfati, chercheur au Centre d'études de l'emploi, et Romain Pierronnet, chercheur en gestion des ressources humaines, mettent en avant des raisons statutaires : "Certains BIATSS appartiennent à des corps qui leur permettent de bouger entre administrations plus facilement que les enseignants-chercheurs."

Un tiers des répondants veut quitter l'enseignement supérieur

élodie, contractuelle et future agent immobilier

Élodie*, assistante technique de catégorie C dans une université toulousaine, a fait partie des précaires de l'université. Aujourd'hui en CDI après trois CDD, elle a demandé à se mettre en disponibilité pour un an, à partir de septembre 2017. Son conjoint vient d'acheter une agence immobilière. Pendant un an, ils tenteront leur chance et voir si les affaires marchent.

"Si c'est le cas, alors je démissionnerai de mon poste actuel", assure-t-elle. Avec ce projet, elle espère trouver une meilleure rémunération mais aussi se sentir plus valorisée professionnellement. Payée au Smic, cette femme d'une quarantaine d'années, bilingue et titulaire d'un BTS, se sent sous-exploitée : "Mes tâches sont répétitives et je suis la première à demander plus de travail. Je pense être capable de faire des choses plus intéressantes."

Nicolas, DOCTEUR et futur consultant en organisation du travail

Parmi les Ater (attachés temporaires d'enseignement et de recherche), nombreux sont ceux qui, en réalité, évoquent moins un désir de quitter l'enseignement supérieur qu'"une grande déception" devant leurs conditions de travail et un découragement lié à "l'absence de postes". Ils semblent plus subir leur réorientation que réellement la choisir.

Pour Nicolas*, 32 ans, chercheur en sociologie et Ater à mi-temps dans un établissement parisien, c'est un événement personnel qui a été le détonateur : avec sa compagne, ils attendent un enfant. "Mon amie gagne bien sa vie, ce qui m'a permis de faire ma thèse en sociologie, puis de poursuivre mes travaux de recherche, mais je ne peux pas continuer à gagner 1.200 euros nets mensuels." En CDD d'un an renouvelé, il pourrait, s'il le souhaitait, repartir pour une troisième année, mais c'est non.

"Dans un monde idéal, précise-t-il, j'aurais fait un postdoc et tenté d'obtenir un poste de maître de conférences, mais je ne suis pas prêt à faire les sacrifices que cela demande." Avec l'arrivée prochaine de son enfant, Nicolas envisage de travailler comme consultant sur les questions d'organisation du travail pour des petites et moyennes entreprises et a commencé à postuler dans des instituts parapublics.

Le constat fait par l'un des répondants du baromètre dans les commentaires libres est très proche. Malgré sa "passion" pour la recherche, cet Ater en chimie dans une université de la région Grand-Est fait part, à 29 ans et sa thèse en poche, de son intention de créer "une activité agricole". Dans sa discipline, la pharmacognosie, il n'y a eu aucun poste d'ouvert en 2016… Il espère toutefois pouvoir "concilier son activité professionnelle avec des vacations dans l'enseignement (…),et pourquoi pas faire de la recherche, soit comme chercheur associé, soit en dehors des institutions".

Dans un monde idéal, j'aurais fait un postdoc et tenté d'obtenir un poste de maître de conférences, mais je ne suis pas prêt à faire les sacrifices que cela demande.

AnNabelle ou la mobilité en interne

Même des maîtres de conférences échafaudent des plans sur la comète en vue d'une potentielle réorientation. Annabelle, maître de conférences dans une université francilienne, a fait un choix un peu différent. Sans quitter le secteur de l'enseignement supérieur, elle s'est éloignée du métier d'enseignant-chercheur et assure désormais la direction d'un institut paramédical rattaché à l'hôpital.

"C'est pour moi une bulle d'oxygène ! raconte-t-elle. Au quotidien, l'équilibre entre le travail, le salaire et la reconnaissance n'est pas si mal en comparaison avec celui d'un directeur d'UFR qui travaille comme un fou pour des primes ridicules !" Elle touche désormais 1.000 euros de primes en plus de son salaire de 2.600 euros nets.

Aujourd'hui, elle se veut optimiste sur les possibilités de mobilité. "Une fois qu'on a bougé, on se rend compte que ce n'est pas si compliqué que ça. La difficulté vient surtout du fait que les enseignants-chercheurs n'ont aucune connaissance en ressources humaines et que l'université ne leur explique rien !" "Il y a effectivement un vrai manque d'information des enseignants-chercheurs mais les formations sur les carrières tentent à se généraliser", tempère Romain Pierronnet.

OLIVIER, maître de conférences, Hésite encore

Maître de conférences en linguistique, Olivier*, lui, n'a pas encore sauté le pas. La petite trentaine, il raconte son parcours "bien huilé". Il découvre la recherche lors de son master, se passionne, passe et obtient l'agrégation puis enchaîne avec une thèse en linguistique, un poste d'Ater et, dans la foulée, devient maître de conférences. Un parcours fulgurant qui en ferait rêver plus d'un, mais la réalité n'est pas à la hauteur de ses espérances.

Pour expliquer son envie d'autre chose, Olivier égrène le salaire "indigent", la multiplication des tâches rendant le travail "abrutissant", l'absence de perspectives, sauf à devenir professeur des universités.

Il est dur de sauter le pas, de tout lâcher, quand on a la sécurité de l'emploi.

Prenant le taureau par les cornes, il décide l'an dernier de contacter un cabinet de conseil spécialisé dans la réorientation, après en avoir entendu un collègue en parler. "J'ai réalisé un bilan de compétences et contacté des gens travaillant dans le privé, car c'est bien le problème, je ne sais pas trop ce que je pourrais faire." Le monde de l'entreprise lui est "totalement étranger".

À force de recherches, il entre finalement en contact avec Google pour travailler sur la reconnaissance vocale et artificielle. "C'est une piste mais, pour l'instant, je ne me sens pas encore prêt à recommencer depuis le bas de l'échelle, sans que mon doctorat soit valorisé. Il est dur de sauter le pas, de tout lâcher, quand on a la sécurité de l'emploi", souligne-t-il.

"Pour les enseignants-chercheurs, les options sont plus réduites que pour les BIATSS, réagit François Sarfati, mais un enseignant-chercheur peut tout à fait se mettre en disponibilité pour aller travailler un an ou deux dans le privé." Et de rappeler que beaucoup d'enseignants-chercheurs titulaires tentent également les concours de la fonction publique. Une manière de partir tout en restant fonctionnaire.

* Prénom modifié à la demande du témoin

Méthodologie
Entre le 1er février et le 8 mars 2017, 1.540 personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche ont répondu à un questionnaire en ligne, qui comprenait une vingtaine de questions sur leur moral, leurs conditions de travail et leurs aspirations pour le prochain quinquennat.

Il a été réalisé avec la collaboration de Romain Pierronnet, chercheur en gestion des ressources humaines, et François Sarfati, chercheur au Centre d'études de l'emploi.

Sur le baromètre EducPros  2017, lire aussi :
- Présidentielle : l'université se rêve sélective mais accessible
- Baromètre EducPros 2017 : quel est le profil des répondants ?
- Baromètre EducPros 2017 : tous les résultats en images

Consulter l'édition précédente : Baromètre EducPros 2016. À l'université, le malaise devient politique

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

3

3 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :