En ce momentAvec son nouveau modèle, l'Université Paris-Saclay se remet en ordre de marche pour l'Idex
On en parleAnnabelle Allouch : "Les attendus sont une forme de sélection qui ne dit pas son nom"
Enquête | Formations

Le classement 2018 des grandes écoles de commerce

Baptiste Legout  |  Publié le

6

Le classement 2018 des grandes écoles de commerce
Si HEC occupe la tête du classement, un peloton de quelques écoles, parmi lesquelles Grenoble EM et Rennes SB suit de près le groupe de tête. // © Thierry Dudoit - Express-REA / Agence Prisme - Pierre Jayet / Rennes SB

De nouveaux critères, comme l'entrepreneuriat, ont été introduits dans le palmarès des grandes écoles de commerce de l'Étudiant. Décryptage de cette édition 2018, qui compte 38 établissements classés.

HEC, l'Essec, l'ESCP Europe, l'EM Lyon et l'Edhec. Ces cinq écoles de commerce, qui trustent sans difficultés les premières places du palmarès des grandes écoles de commerce de l'Etudiant année après année, brillent, quel que soit le domaine. 38 écoles de commerce postbac ou postprépa sont classées cette année. Leur point commun : délivrer le grade de master.

Plébiscités en France par les élèves de prépa, les cinq établissements en tête du classement s'affirment comme des formations à dimension internationale et attirent dans leurs rangs des étudiants des quatre coins du monde. En 2016, 46 nationalités différentes étaient représentées parmi les diplômés de l'Edhec.

Avec des professeurs ayant obtenu leur PhD dans les meilleures universités mondiales, une recherche au sommet et la garantie pour les étudiants d'un poste et d'un salaire très élevé dans les entreprises les plus convoitées à la sortie, cette année, HEC réalise un carton plein et obtient la note maximale sur nos 15 critères.

Le palmarès 2018 des grandes écoles de commerce

Écoles Excellence académique Excellence internationale Proximité des entreprises Total 2018
HEC Paris 25 25 25 75
Essec, Cergy-Pontoise 25 25 24 74
ESCP Europe, Paris 23 23 24 70
EM Lyon BS 23 20 21 64
Edhec BS, Lille, Nice, Paris 22 21 20 63
Grenoble EM 22 20 17 59
Audencia BS, Nantes 20 18 20 58
Iéseg, Lille, Paris 21 21 16 58
Neoma BS, Reims, Rouen 20 19 18 57
Skema BS, Lille, Paris, Sophia-Antipolis 22 19 16 57
Rennes School of Business 18 20 16 54
Kedge BS, Bordeaux, Marseille 19 17 16 52
Toulouse BS 20 16 16 52
Montpellier BS 18 15 14 47
Essca, Angers, Paris, Aix-en-Provence, Lyon, Bordeaux 15 16 12 43
ICN BS, Nancy, Metz 16 15 12 43
EM Strasbourg 17 14 11 42
Télécom EM, Évry 16 11 12 39
Burgundy School of Business, Dijon 16 13 8 37
PSB, Paris 12 11 13 36
EM Normandie, Le Havre, Caen, Paris 15 10 10 35
INSEEC, Paris, Bordeaux, Lyon 11 8 15 34
ISG, Paris 10 10 14 34
Ipag, Paris, Nice 12 12 9 33
EMLV, Paris La Défense 9 11 12 32
ESCE, Paris, Lyon 8 13 10 31
La Rochelle Business School 12 10 9 31
EBS Paris 8 11 11 30
EDC Paris BS 11 7 12 30
ISC Paris 10 8 12 30
Idrac BS, Lyon 10 7 9 26
ESC Clermont 9 8 8 25
Istec, Paris 8 8 8 24
ESC Troyes 9 8 6 23
ESC Pau 7 6 8 21
ICD, Paris, Toulouse 7 6 8 21
Esdes, Lyon 7 5 8 20
Brest BS 5 3 5 13

 

Consulter tous les critères sur letudiant.fr.

Rennes School of Business confirme 

Comme l'année dernière, un peloton homogène de huit business schools (de Grenoble EM à Toulouse BS) suit le groupe de tête et se dispute l'accès au top 10. Grâce à une forte présence dans les palmarès internationaux, Grenoble École de management mène le bal des poursuivantes. Deux écoles suivent, à un point : Audencia Nantes et l'Iéseg (Lille, Paris). Premier établissement postbac de notre classement, ce dernier concurrence les meilleures postprépa depuis plusieurs années.

Juste derrière, Neoma (Reims, Rouen) joue des coudes avec Kedge (Bordeaux, Marseille), Skema (Lille, Nice) et Toulouse BS, des écoles bien installées dans le paysage et appréciées des préparationnaires. Enfin, Rennes School of Business confirme ses bons résultats de l'année dernière. L'école rennaise a su muscler ses partenariats, aussi bien à l'international qu'avec les entreprises : en 2017, 77 % de ses partenaires académiques étaient détenteurs d'une accréditation et plus de 30 grandes sociétés plébiscitées par les étudiants dans différents sondages se sont déplacées sur son campus.

Des écoles ouvertes aux admissions parallèles

Vient ensuite le troisième groupe, allant de Montpellier BS à l'EM Normandie. Il comprend notamment plusieurs écoles accessibles directement après le bac, comme l'Essca et PSB (Paris School of Business). Elles côtoient dans notre palmarès des formations solides recrutant principalement à bac + 2, tels ICN, l'EM Strasbourg et Burgundy School of Business (BSB), accréditée Equis fin 2016. Bien que postprépa, ces écoles ont fortement ouvert leur recrutement aux admissions parallèles (BTS, DUT, licence...) afin d'améliorer la diversité des profils et d'atteindre une taille critique. Ainsi, à la rentrée 2017, seuls 39 % des nouveaux entrants à BSB sortaient de classes préparatoires.

Enfin, le dernier groupe d'écoles réunit des formations variées, allant de l'INSEEC à Brest BS. On y trouve notamment un grand nombre d'écoles postbac (Ipag, EMLV, ESCE...), des écoles parisiennes accessibles à bac + 2 (INSEEC, ISC, ISG...) et des ESC ancrées dans leur territoire (ESC La Rochelle, ESC Pau, ESC Clermont...). Moins sélectives que les écoles en tête de notre palmarès, elles misent principalement sur l'alternance et l'accompagnement des élèves pour attirer des candidats aux profils scolaires diversifiés.

De nouveaux critères

L'Étudiant a fait le choix d'introduire de nouveaux critères, expliquant en partie l'évolution du classement de certaines écoles. Le premier concerne la mesure de la qualité du corps professoral. A été pris en compte l'ensemble des enseignants de haut niveau, c'est-à-dire ayant obtenu leur doctorat dans une école ou université accréditée ou présente dans le classement de Shanghai, qu'elle soit française ou étrangère.

Au niveau des relations aux entreprises, a été introduit un critère "entrepreneuriat", mesuré à partir du nombre d'entreprises créées ces trois dernières années par les étudiants et diplômés.

Enfin, la partie "excellence internationale" a particulièrement été revue : certains critères jugés obsolètes par les écoles ont ainsi été remplacés. Outre la part de professeurs ayant obtenu un doctorat à l'étranger, ont été retenus l'exposition multiculturelle (basée sur le nombre de nationalités représentées chez les élèves et chez les enseignants), la part de partenaires accrédités, ainsi que le taux de satisfaction des diplômés concernant les relations internationales. Leur opinion permet de mettre en lumière les écoles qui en font le plus, non seulement en proposant des échanges intéressants, mais aussi en développant des parcours dédiés et "l'internationalisation à la maison".

Baptiste Legout  |  Publié le

6

6 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :