Newsletter

Le classement 2018 des grandes écoles de commerce

Baptiste Legout
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le classement 2018 des grandes écoles de commerce
Si HEC occupe la tête du classement, un peloton de quelques écoles, parmi lesquelles Grenoble EM et Rennes SB suit de près le groupe de tête. // ©  Thierry Dudoit - Express-REA / Agence Prisme - Pierre Jayet / Rennes SB
De nouveaux critères, comme l'entrepreneuriat, ont été introduits dans le palmarès des grandes écoles de commerce de l'Étudiant. Décryptage de cette édition 2018, qui compte 38 établissements classés.

HEC, l'Essec, l'ESCP Europe, l'EM Lyon et l'Edhec. Ces cinq écoles de commerce, qui trustent sans difficultés les premières places du palmarès des grandes écoles de commerce de l'Etudiant année après année, brillent, quel que soit le domaine. 38 écoles de commerce postbac ou postprépa sont classées cette année. Leur point commun : délivrer le grade de master.

Plébiscités en France par les élèves de prépa, les cinq établissements en tête du classement s'affirment comme des formations à dimension internationale et attirent dans leurs rangs des étudiants des quatre coins du monde. En 2016, 46 nationalités différentes étaient représentées parmi les diplômés de l'Edhec.

Avec des professeurs ayant obtenu leur PhD dans les meilleures universités mondiales, une recherche au sommet et la garantie pour les étudiants d'un poste et d'un salaire très élevé dans les entreprises les plus convoitées à la sortie, cette année, HEC réalise un carton plein et obtient la note maximale sur nos 15 critères.

Le palmarès 2018 des grandes écoles de commerce

Écoles Excellence académique Excellence internationale Proximité des entreprises Total 2018
HEC Paris 25 25 25 75
Essec, Cergy-Pontoise 25 25 24 74
ESCP Europe, Paris 23 23 24 70
EM Lyon BS 23 20 21 64
Edhec BS, Lille, Nice, Paris 22 21 20 63
Grenoble EM 22 20 17 59
Audencia BS, Nantes 20 18 20 58
Iéseg, Lille, Paris 21 21 16 58
Neoma BS, Reims, Rouen 20 19 18 57
Skema BS, Lille, Paris, Sophia-Antipolis 22 19 16 57
Rennes School of Business 18 20 16 54
Kedge BS, Bordeaux, Marseille 19 17 16 52
Toulouse BS 20 16 16 52
Montpellier BS 18 15 14 47
Essca, Angers, Paris, Aix-en-Provence, Lyon, Bordeaux 15 16 12 43
ICN BS, Nancy, Metz 16 15 12 43
EM Strasbourg 17 14 11 42
Télécom EM, Évry 16 11 12 39
Burgundy School of Business, Dijon 16 13 8 37
PSB, Paris 12 11 13 36
EM Normandie, Le Havre, Caen, Paris 15 10 10 35
INSEEC, Paris, Bordeaux, Lyon 11 8 15 34
ISG, Paris 10 10 14 34
Ipag, Paris, Nice 12 12 9 33
EMLV, Paris La Défense 9 11 12 32
ESCE, Paris, Lyon 8 13 10 31
La Rochelle Business School 12 10 9 31
EBS Paris 8 11 11 30
EDC Paris BS 11 7 12 30
ISC Paris 10 8 12 30
Idrac BS, Lyon 10 7 9 26
ESC Clermont 9 8 8 25
Istec, Paris 8 8 8 24
ESC Troyes 9 8 6 23
ESC Pau 7 6 8 21
ICD, Paris, Toulouse 7 6 8 21
Esdes, Lyon 7 5 8 20
Brest BS 5 3 5 13

 

Consulter tous les critères sur letudiant.fr.

Rennes School of Business confirme 

Comme l'année dernière, un peloton homogène de huit business schools (de Grenoble EM à Toulouse BS) suit le groupe de tête et se dispute l'accès au top 10. Grâce à une forte présence dans les palmarès internationaux, Grenoble École de management mène le bal des poursuivantes. Deux écoles suivent, à un point : Audencia Nantes et l'Iéseg (Lille, Paris). Premier établissement postbac de notre classement, ce dernier concurrence les meilleures postprépa depuis plusieurs années.

Juste derrière, Neoma (Reims, Rouen) joue des coudes avec Kedge (Bordeaux, Marseille), Skema (Lille, Nice) et Toulouse BS, des écoles bien installées dans le paysage et appréciées des préparationnaires. Enfin, Rennes School of Business confirme ses bons résultats de l'année dernière. L'école rennaise a su muscler ses partenariats, aussi bien à l'international qu'avec les entreprises : en 2017, 77 % de ses partenaires académiques étaient détenteurs d'une accréditation et plus de 30 grandes sociétés plébiscitées par les étudiants dans différents sondages se sont déplacées sur son campus.

Des écoles ouvertes aux admissions parallèles

Vient ensuite le troisième groupe, allant de Montpellier BS à l'EM Normandie. Il comprend notamment plusieurs écoles accessibles directement après le bac, comme l'Essca et PSB (Paris School of Business). Elles côtoient dans notre palmarès des formations solides recrutant principalement à bac + 2, tels ICN, l'EM Strasbourg et Burgundy School of Business (BSB), accréditée Equis fin 2016. Bien que postprépa, ces écoles ont fortement ouvert leur recrutement aux admissions parallèles (BTS, DUT, licence...) afin d'améliorer la diversité des profils et d'atteindre une taille critique. Ainsi, à la rentrée 2017, seuls 39 % des nouveaux entrants à BSB sortaient de classes préparatoires.

Enfin, le dernier groupe d'écoles réunit des formations variées, allant de l'INSEEC à Brest BS. On y trouve notamment un grand nombre d'écoles postbac (Ipag, EMLV, ESCE...), des écoles parisiennes accessibles à bac + 2 (INSEEC, ISC, ISG...) et des ESC ancrées dans leur territoire (ESC La Rochelle, ESC Pau, ESC Clermont...). Moins sélectives que les écoles en tête de notre palmarès, elles misent principalement sur l'alternance et l'accompagnement des élèves pour attirer des candidats aux profils scolaires diversifiés.

De nouveaux critères

L'Étudiant a fait le choix d'introduire de nouveaux critères, expliquant en partie l'évolution du classement de certaines écoles. Le premier concerne la mesure de la qualité du corps professoral. A été pris en compte l'ensemble des enseignants de haut niveau, c'est-à-dire ayant obtenu leur doctorat dans une école ou université accréditée ou présente dans le classement de Shanghai, qu'elle soit française ou étrangère.

Au niveau des relations aux entreprises, a été introduit un critère "entrepreneuriat", mesuré à partir du nombre d'entreprises créées ces trois dernières années par les étudiants et diplômés.

Enfin, la partie "excellence internationale" a particulièrement été revue : certains critères jugés obsolètes par les écoles ont ainsi été remplacés. Outre la part de professeurs ayant obtenu un doctorat à l'étranger, ont été retenus l'exposition multiculturelle (basée sur le nombre de nationalités représentées chez les élèves et chez les enseignants), la part de partenaires accrédités, ainsi que le taux de satisfaction des diplômés concernant les relations internationales. Leur opinion permet de mettre en lumière les écoles qui en font le plus, non seulement en proposant des échanges intéressants, mais aussi en développant des parcours dédiés et "l'internationalisation à la maison".


Baptiste Legout | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Patricia.

Une école a eu le grade Master en juin 2017 mais elle est passée sous silence dans les classements ... il s'agit de l'EBP International (qui dépend de KEDGE). Toutes les écoles post bac ayant le grade master y figurent mais pas celle-ci ... Est-ce que c'est pour ne pas faire de l'ombre à sa grande soeur de Kedge ? Cela est vraiment dommage de ne pas donner un panorama complet de ces écoles ...!!!

Clément.

Bonjour, l'EBP n'est qu'un programme appartenant à Kedge, et dispensé sur son campus bordelais. Le classement classe les écoles, pas les programmes.

Vincent.

Toujours les mêmes âneries...:-) Vous verrez lorsque bien des années auront passé. En vrac: 1 on reste en France, votre école vous suivra au moins socialement pas mal de temps, hors toute question de niveau ou de salaire d'embauche = ça reste mieux de rester sur les cinq "premières" qui au moins n'ont pas changé de nom au profit d'une marque ridicule (mais pourquoi suo de co Nantes est_elle devenue Audencia?). 2 Si Dieu merci ces dîplomes ne sont plus le "passeport pour la vie" qu'elles furent encore du temps de ma jeunesse, force est de constater qu'HEC au moins conserve un plus de fait (je ne me prononce pas sur sa justification) et a éjecté Centrale et Normale sup Ulm de la position de challenger de l'X et de l'ENA. 3 A ce propos (l'X et l'ENA) même aujourd'hui ceux issus de ces deux écoles ET d'un grand corps dans la foulée (Mines, Ponts, Inspection des finances, Conseil d'état, Cour des comptes voir Trésor) continueront à bouffer (tous) les autres tout cru :-) 4 Si le système des prépa vous em...n'oubliez pas les alternatives: Sciences-Po qui a remonté la pente et Dauphine qui continue à la gravir.

bonibi.

Inutile de dire qu'HEC est en tête car les critères du classement ont été construit pour qu'HEC soit en tête , sinon comment expliquer que 95% des étudiants choisirait cet école plutôt que son ex aequo ? Il y a quelques années un classement avait osé mettre l'ESSEC en tête et du fait du lobbying efficace de certains grands anciens de Jouy en Josas , le redac chef de ce journal courageux avait failli se faire débarquer . En réalité cette course à la première place n'a d'importance que pour le premier de la classe qui a construit son modèle sur l'extrême arrogance qu'un étudiant de prépa ne peut pas ne pas le choisir ,même le cursus des autres écoles lui conviendrait certainement mieux . Résultat des étudiants "malheureux" de leur (non) choix , non seulement à HEC mais aussi sur les autres campus car certains ESCP ou ESSEC correspondent beaucoup plus au profil des autres écoles qu'à celui de celle où leur classement les a envoyé . .Tout cela car HEC refuse de créer une liste d'attente (avec Polytechnique cela doit être la seule grande institution au monde à nier le droit de choisir). Vu de l'étranger je pense que c'est tout simplement incompréhensible , voire risible. Dans la pratique L'Etudiant aurait pu choisir un autre critère que celui du nombre d'entreprise du TOP 50 Trendence présentes au forum pour départager le premier du second . D'une part ce n'est pas le seul classement et ensuite il correspond aux attentes de l'ensemble des étudiants et ceux ci ne sont pas les mêmes dans toutes les écoles . Il aurait fallu que l'Etudiant vérifie école par école si les entreprises présentes correspondent aux entreprises préférés des étudiants de cette école , ce qui est tout simplement impossible . Cela a d'autant moins de sens qu'au delà du 20 ième rang les écarts entre les entreprises se jouent à 0,1% près . Donc la prochaine fois , si pour la paix des ménages il faut absolument que rien ne bouge jamais , merci de trouver un critère intellectuellement plus solide .

Illian.

C'est pas grave si t'as loupé HEC t'inquiètes pas, je suis sûr que malgré ça, tu te débrouilles très bien

Mallet.

Tout a fait d'accord. et je dis cela de l'intérieur, j'ai des amis qui déraillent complet... Je suis belge et je ne comprends pas que les Français s'en foute des cours et se focus que sur leurs écoles. J'ai été admis a hec et j'en suis fier mais c'est que le début du travail. comme si le seul moment de travail dans leurs etudes c'était en prepa... mais sinon il faut reconnaître que c'est une sacré école!

Philippe.

Pourtant, dans le « classement du Financial Times 2017-2018 des grandes écoles de commerce », on trouve dans le TOP 6 Français (HEC- ESSEC- ESCP- EM LYON- EDHEC- AUDENCIA). En revanche, dans le « classement général des grandes écoles de commerce 2018 du magazine L’ETUDIANT », il suffit d’enlever l’indicateur «Professeurs d’excellence» (et éventuellement «qualité de recherche de l’école») du critère «Excellence Académique» pour retrouver le même TOP 6 français (HEC- ESSEC- ESCP- EM LYON- EDHEC- AUDENCIA). Les indicateurs « Durée du grade Master- Labels internationaux- Moyenne au BAC des intégrés » sont plus objectifs et pertinents pour déterminer le critère «Excellence Académique».

Thomas.

Et curieusement, personne ne parle d'un critère tout simple, connu de tous et qui conditionne l'entrée dans une école: la barre d'admissibilité aux écrits... Sans doute parce que les ESC de nos jours ne veulent plus/peuvent plus vraiment sélectionner...

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne