On en parleUniversités : 1.000 emplois annoncés, 40% gelés
Enquête
Le marché de la sécurité scolaire

À quoi sert la vidéosurveillance ?

Grégory Danel  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

Rassurer, dissuader, éloigner. Tel pourrait être le triptyque de la vidéosurveillance. La médiatisation à outrance de la violence scolaire alimente l’angoisse des familles. Angoisse à laquelle répondent les caméras de surveillance. Selon une enquête de mai 2006 de la PEEP (Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public), deuxième fédération de parents d’élèves, 69 % des parents interrogés considéraient la vidéosurveillance comme une « bonne idée ». Pourtant, elle n’empêche pas la violence. « Elle ne va pas la supprimer, mais la déplacer », observe Pierre Vacher, patron de Pro-Ethic Agency , société propriétaire d’un site Internet dédié à la sécurité électronique.

« La caméra a un effet dissuasif, mais elle est en train de se banaliser, estime de son côté Michel Richard, principal à Versailles (Yvelines). Il ne faut pas croire que la seule installation de la vidéo va régler tous les problèmes. Un établissement a plus besoin de présence humaine que de technologie. » Nombreux sont ceux qui lient – pour la déplorer – la montée en puissance des technologies sécuritaires avec la diminution de la présence d’encadrement adulte dans les collèges et lycées : MI-SE (maîtres d’internat-surveillants d’externat), aide-éducateurs…

Selon une étude non publiée de l’IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France), l’impact de la vidéosurveillance sur la sécurité des établissements scolaires est pour le moins « très constrasté ». Sans réflexion sur son utilisation, ce type d’équipement ne sert à rien et équivaut à jeter l’argent par les fenêtres.

Grégory Danel  |  Publié le , mis à jour le

« article précédent article suivant »

0 commentaire

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :