On en parleBientôt des droits d'inscription à 2.500 euros dans les écoles d'ingénieurs ?
Enquête
Le marché de la sécurité scolaire

Y a-t-il un marché de la sécurité scolaire ?

Grégory Danel  |  Publié le

0

Dans un rapport parlementaire de 2001 , l’ancien député UMP Bruno Bourg-Broc préconisait l’installation « systématique » de dispositifs de vidéosurveillance dans les établissements « à risques d'intrusion ». De même, dans une version de travail du dernier projet de loi de prévention de la délinquance, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, voulait inciter les collectivités à financer des équipements comme la vidéosurveillance dans les établissements scolaires via la création d’un fonds d'aide spécifique. Ces propositions ont fait long feu.

Tout comme la perspective pour les entreprises du secteur de s’insérer sur un marché de plus de 7 000 collèges et de 4 300 lycées. Mais en ont-elles seulement l’envie ? « Les personnels de direction ne sont pas spécialement démarchés par les entreprises », témoigne Michel Richard, principal à Versailles (Yvelines). « Sur 200 demandes de devis par mois, j’en ai peut-être une ou deux qui proviennent d’établissements scolaires. Cela reste donc très marginal », note Pierre Vacher de Pro-Ethic Agency. Selon lui, la vidéo est à la mode, mais nombreux sont ceux qui reculent devant son coût. Quant aux professionnels de la sécurité, ils préfèrent « d’autres marchés, plus faciles », comme les entreprises. Pour les collèges et lycées, « la chaîne de décision est longue », il faut des appels d’offres « qui ne sont d’ailleurs pas toujours bien rédigés ».

Les établissements seraient « nombreux » à se renseigner auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) sur les règles régissant l’installation de vidéosurveillance ou de biométrie, mais rien n’indique qu’ils passent à l’acte.

Grégory Danel  |  Publié le

« article précédent article suivant »

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :