En ce momentOlivier Galland : "L'idée que le bac est garant de l'égalité est un leurre"
On en parleSélection en master : à Bordeaux, les étudiants recalés se rebiffent
Enquête | Formations

Quand les écoles de commerce ont la tête dans les cépages

Céline Manceau  |  Publié le

0

Etudiants du Wine MBA de Kedge Bordeaux à Pressac © Kedge BS ; étudiants de M2 du Bordeaux international wine institute de l'Inseec © Inseec ; vignes de l'ESC Dijon © ESC Dijon Bourgogne.
Etudiants du Wine MBA de Kedge Bordeaux à Pressac © Kedge BS ; étudiants de M2 du Bordeaux international wine institute de l'Inseec © Inseec ; vignes de l'ESC Dijon © ESC Dijon Bourgogne.

À la table des établissements de formation internationaux réputés dans le business du vin et des spiritueux, quelques écoles de commerce françaises estiment avoir une place légitime. La notoriété mondiale des terroirs viticoles sur lesquelles elles sont implantées est leur atout. Mais ce n’est pas suffisant pour faire tourner la tête des étudiants étrangers vers la France. Les établissements poussent le bouchon encore plus loin en ouvrant des structures dédiées pour leurs formations autour du vin. À chacune sa méthode pour devenir LA marque académique référente dans le domaine. Les écoles de commerce se laisseraient-elles griser par les potentialités du vin et du champagne ? “In vino veritas”…

ESC Dijon Bourgogne - Logo de la SWSB School of Wine and Spirits BusinessLe logo de la nouvelle SWSB (School of Wine and Spirits Business) – émanation du groupe ESC Dijon inaugurée fin novembre 2013 à Beaune (au moment de la vente annuelle des Hospices) – est “sobre” de l'aveu de son directeur, Jérôme Gallo. Mais ses propos, eux, sont sans modération : “Nous ambitionnons de devenir LA référence mondiale académique dans le domaine du vin.”

Ouverte depuis la rentrée 2013, la SWSB ne propose pas de nouvelles formations et n'en créera pas. Elle regroupe trois diplômes déjà présents au sein du groupe ESC Dijon Bourgogne : un mastère spécialisé CIVS (commerce international des vins et spiritueux) – qui existe depuis 1991 en full time et depuis 2004 en part time – et deux MSc (mastères en sciences). Ces trois cursus sont résolument conçus pour séduire un public international : des étudiants en fin d'études qui veulent se former aux métiers du vin et des cadres internationaux expérimentés en quête d'une spécialisation.

Cette offre de formation se structure autour d'un centre de recherche dédié au vin, avec un budget de 1,8 million d'euros destiné principalement à la masse salariale, la SWSB étant hébergée dans les locaux de l'ESC.

Une AOC (ambition d'origine concrète)

Pour Stéphan Bourcieu, le directeur du groupe ESC Dijon Bourgogne, les concurrents de sa nouvelle école ne sont pas français, mais originaires d'Afrique du Sud ou de Californie. "Tous les pays produisent du vin aujourd'hui. Grâce à notre expertise, nos ressources et notre réseau, notre groupe a de l'avance et entend la garder. En créant, les premiers, une structure inédite de formation et de recherche autour du vin, nous espérons être reconnus comme leaders et le rester."

Le marché mondial des vins devrait croître de plus de 5 % entre 2012 et 2016

Le regard pétillant, les dirigeants de l'école de commerce dijonnaise savourent leur avance sur un marché du vin en plein essor. C'est l'un des secteurs (avec les spiritueux surtout) “les plus dynamiques du commerce extérieur français”, rappelle Louis-Fabrice Latour, président de la FEVS (Fédération des exportateurs de vins et de spiritueux de France). Depuis trois ans, les exportations sont en hausse et, depuis le début de l'année 2013, leur progression – dans un contexte économique difficile – est de 1,3 % pour un montant de 6,1 milliards d'euros. Selon le dernier rapport de l'Organisation internationale de la vigne et du vin, le marché mondial des vins devrait croître de 5,3 % entre 2012 et 2016.

© ESC Dijon Bourgogne

Des terroirs locaux, un marché mondial

Tous les ingrédients seraient donc réunis pour faire de la School of Wine and Spirits Business un bon cru. Mais nul n'est prophète en son vignoble. En 2011, Bordeaux École de management (devenue depuis Kegde) a créé la WSMA (Wine and Spirits Management Academy) : une sorte de cluster pour rassembler ses deux formations dans le domaine du vin (un MBA et un MS) et fédérer une équipe de recherche sur le marché des vins et des spiritueux.

De son côté, Neoma Business School (campus de Reims) a lancé, en 2007, une chaire management du champagne. Son objectif premier : renforcer les partenariats déjà très forts avec les entreprises champenoises, des grandes maisons comme des coopératives plus modestes, rassemblées au sein du CIVC (Comité interprofessionnel du vin de Champagne). Conçue pour développer la recherche et la formation (afin de former les talents de demain dans le bassin d'emploi et les cadres du domaine des vins et spiritueux), la chaire vient de donner naissance, à la rentrée 2013, à son premier diplôme : un Master of Science.

Une école à Dijon, une académie à Bordeaux, une chaire à Reims... Les assemblages diffèrent mais l'euphorie est identique. Quelle stratégie portera le plus ses fruits ? Pour le savoir, il faut comparer les millésimes... des diplômes, les appellations... des écoles et les caractéristiques... de chaque méthode.

Céline Manceau  |  Publié le

article suivant »

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :