En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Enquête | Recherche

Palmarès de la recherche en gestion 2016 : les ESC qui misent sur l'excellence

Cécile Peltier, Baptiste Legout  |  Publié le

25

©Priou
Après dix ans d'investissement, l'ESC Rennes effectue une percée dans le classement 2016 de la recherche en gestion de l'Etudiant-EducPros. // © Priou

Les grandes business schools françaises ne se contentent plus d'aligner les publications de recherche, leurs stratégies se concentrent désormais sur les meilleures revues, selon le palmarès 2016 de la recherche en gestion dans les écoles de commerce, publié aujourd'hui par EducPros.

Publier beaucoup, certes, mais surtout publier mieux. Après une décennie de développement massif de la recherche, les meilleures écoles de management visent aujourd'hui l'excellence. Le classement de la recherche en management d'EducPros recense les établissements ayant publié le plus d'articles dans des revues de très haut niveau en sciences de gestion, de catégories 1 et 1*. Un club élitiste d'une centaine de journaux aux règles déontologiques très strictes. 

HEC, LEADER INCONTESTÉ

Cette année encore, HEC confirme sans difficulté sa place de grand leader du palmarès L'Etudiant-EducPros de la recherche en gestion, qui s'appuie sur les données du classement des grandes écoles de commerce. En 2014, ses professeurs ont publié 33 articles dans les journaux les mieux évalués par la Fnege (Fédération nationlae pour l'enseignement de la gestion des entreprises) et le CNRS, soit plus du double de ses concurrentes.

Le secret d'une production aussi impressionnante ? La volonté de l'école de pousser ses enseignants à ne s'afficher que dans les meilleures revues, assume Pierre Dussauge, doyen de la faculté et de la recherche de l'établissement. "Une personne n'ayant pas publié assez dans ces journaux au cours des sept premières années de son contrat ne reste pas."

À côté du bâton, l'école sait aussi manier la carotte. Les primes accordées aux publiants les plus prolifiques leur permettent d'atteindre un niveau de rémunération proche de celui pratiqué dans les pays anglo-saxons (de l'ordre de 100.000 euros à 200.000 euros annuels).

L'incitation passe aussi par la garantie d'un emploi du temps aménagé. "HEC est une des écoles avec les obligations en heures de cours les plus faibles, entre 100 et 150 heures pour un profil normal. Le gros des moyens affectés à la recherche réside dans le temps qui y est consacré."

Palmarès 2016 de la recherche en gestion

De longues procédures de publication

Derrière le champion, un groupe d'une huitaine d'établissements oscille entre cinq et quinze publications de rang 1 par an. Selon les années, la hiérarchie varie un peu.

Deuxième sur le podium l'année dernière, l'Edhec est rétrogradée quatrième avec 10 articles seulement en 2014, contre 13 en 2013. Elle passe derrière l'Essec et l'EM Lyon, ex aequo (12 publications en 2014 et 11 en 2013).

Le cru 2014 est aussi décevant pour l'Iéseg, avec près de moitié moins d'articles que l'an dernier (5 catégories 1 en 2014, contre 11 en 2013). Une contre-performance qui s'explique peut-être en partie par la longueur des procédures de publication ? "Il se passe en général trois ans entre le moment où un chercheur commence à travailler sur un papier et l'acceptation finale dans une revue de rang 1", remarque Ruben Chumpitaz, directeur de la recherche de l'Iéseg School of Management.

PERCÉE DE L'ESC RENNES

Construire une recherche d'excellence est une entreprise de long terme. L'ESC Rennes en sait quelque chose. Après dix ans d'investissement, l'école voit enfin ses efforts récompensés par une envolée dans le classement. Avec 10 publications de grande qualité en 2014, contre 0 en 2013 et 2 en 2012, elle se hisse à la 5e place.

Elle doit cette performance à une politique active de recrutement – elle compte 82 enseignants-chercheurs contre une trentaine il y a dix ans – dont l'exigence a fortement progressé au fil des ans sur le terrain de la recherche. "Nous attirons de plus en plus de candidatures de bon niveau, notamment étrangères. Aujourd'hui, un candidat qui n'a pas sur son CV au moins une publication de catégorie 2 en cinq ans, n'a aucune chance d'être reçu", commente Olivier Aptel, DG de l'établissement rennais.

Tout est mis en œuvre pour inciter les enseignants à publier : une charge de cours réduite à 120 heures par an, des moyens pour se déplacer dans les conférences internationales et une politique de primes progressivement axée sur les meilleures revues. "Aujourd'hui, les journaux de catégorie 3 et 4 ne sont plus soumis à bonus", poursuit le DG. Pour gagner en efficacité, l'école s'est spécialisée dans trois domaines : le management de l'innovation, la gestion de la chaîne logistique et la RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

Chaque année, les productions individuelles sont passées à la loupe, avec le risque, si les objectifs ne sont pas atteints de manière répétée, de perdre son statut d'enseignant-chercheur.

UNE MONTéE EN GAMME généralisée ?

Quelques places au-dessous, Skema, Neoma, TEM ou TBS amorcent tout juste leur montée en gamme. Avec 0 à 5 publications par an depuis 2012, les résultats sont encore timides et devraient attendre encore quelques années avant de vraiment décoller.

La présence des autres grandes écoles de commerce dans le classement est plus aléatoire. Et semble davantage relever de la capacité d'un acteur isolé à décrocher une publication dans une grande revue, que d'une stratégie clairement définie.

Le palmarès 2016 de la recherche en gestion

Nombre de publications 1*, 1e, 1g, 1eg et 1 Nombre de professeurs en 2014-2015
Établissements 2014 2013 2012
HEC, Jouy-en-Josas 33 37 19 132
ESSEC, Cergy-Pontoise 11 12 7 120
EM Lyon 11 12 6 95
EDHEC, Lille, Nice, Paris 10 13 5 90
ESC Rennes 10 0 2 82
KEDGE, Bordeaux, Marseille 9 7 4 164
ESCP Europe, Paris 6 6 3 130
IESEG, Lille, Paris 5 11 7 87
Grenoble École de Management 5 5 2 148
SKEMA, Lille, Nice, Paris 3 4 2 91
NEOMA, Reims, Rouen 2 3 1 132
Télécom EM, Evry 2 0 0 70
Toulouse Business School 1 2 1 83
IPAG, Paris, Nice 1 1 2 75
EM Strasbourg 1 2 0 66
Audencia, Nantes 1 0 1 94
INSEEC, Bordeaux, Paris, Chambéry 1 0 1 80
EBS, Paris 1 0 1 32
ESC Dijon 0 1 0 64
Montpellier Business School 0 1 0 49
PSB, Paris school of Business (ex-ESG MS) 0 0 1 47
Méthodologie
Pour calculer notre  indice de recherche, nous avons retenu le nombre total d'articles parus dans les revues référencées par la Fnege (Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises) et le CNRS dans les catégories 1*, 1e, 1g, 1eg et 1 du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2014.  Le délai de publication dans ces journaux étant souvent très long, nous avons fait le choix d'étendre notre période de référence à trois ans. 

Les données ont été collectées auprès des établissements dans le cadre des palmarès des écoles de commerce de l'Etudiant et vérifiées par ses journalistes.

- Tous les résultats du palmarès des grandes écoles de l'Etudiant

- Le palmarès interactif 2016 de la recherche en gestion

Cécile Peltier, Baptiste Legout  |  Publié le

25

25 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :