En ce momentLe classement 2018 des grandes écoles de commerce
On en parleEntrée à l'université : le Conseil supérieur de l'éducation se prononce contre le projet de loi
Enquête | Formations

Portrait d’université. Mulhouse, la proximité avant tout

Philippe Bohlinger  |  Publié le

0

Le campus de la Fonderie de Mulhouse accueille les formations en droit, économie, management, histoire, information et communication.
Le campus de la Fonderie de Mulhouse accueille les formations en droit, économie, management, histoire, information et communication. // © UHA

À 100 kilomètres au sud du géant strasbourgeois, l’UHA (Université de Haute-Alsace) à Mulhouse veut pérenniser son modèle : prévenance pour ses étudiants "élèves", relation avec le monde industriel, ainsi qu’avec ses voisines suisses et allemandes. Pour répondre aux nouveaux enjeux du supérieur tout en conservant son autonomie, elle a choisi l'association à l’université de Strasbourg plutôt que la fusion.

Loin des grands ensembles constitués par les dernières lois sur l'enseignement supérieur, l'UHA (Université de Haute-Alsace) continue de cultiver son idéal de proximité. Un “modèle mulhousien” qui repose sur trois piliers : une attention presque maternelle pour ses 7.500 étudiants, des collaborations étroites avec ses voisines suisses et allemandes, et de nombreux liens noués avec le monde industriel. Pas étonnant, dans cette ville du sud de l'Alsace, ancienne cité textile longtemps surnommée le Manchester français. Le choix stratégique d'une association plutôt qu'une fusion avec l'UDS (Université de Strasbourg) découle directement du désir de perpétuer ce modèle.

PROMOTIONS À EFFECTIFS RÉDUITS

Les étudiants en licence rencontrés sur le campus historique de l'Illberg, un campus à l'américaine surplombant Mulhouse, apprécient ainsi leurs conditions d'études. Les promotions à effectifs réduits atténuent le sentiment d'anonymat qui peut prévaloir ailleurs. L'Aeres (Agence de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur) n'en dit pas moins dans son rapport de 2009 : "L'étudiant a presque un statut d'élève qu'il s'agit d'accompagner au mieux au cours de sa scolarité."

Ici, la proximité est humaine, mais aussi géographique : 58% des effectifs sont originaires du département du Haut-Rhin. Un chiffre qui s'explique notamment par les 2.500 étudiants scolarisés dans les IUT de Colmar et de Mulhouse, les deux villes où l'université est implantée. Le petit gabarit de l'établissement, présidé par Christine Gangloff-Ziegler, profite également aux enseignants-chercheurs. Professeur d'histoire contemporaine, Nicolas Stoskopf juge "très facile de travailler dans une université de cette taille-là. Les prises de décision peuvent se faire plus rapidement par un contact direct avec le vice-président chargé de la recherche".

Université de Haute-Alsace. Halle centrale du campus Fonderie de Mulhouse. © UHAPROCHE DU MONDE INDUSTRIEL

La proximité historique de l'université avec le monde industriel favorise aussi la recherche et l'insertion professionnelle des étudiants. Enseignant-chercheur et élu Snesup au CA, Dominique Adolphe évoque “une très bonne interpénétration entre l'université et le monde industriel, y compris dans les sciences humaines et sociales à travers les unités de recherche. Par exemple, le laboratoire d'histoire Cresat s'intéresse à l'histoire des restructurations industrielles.

Mulhouse, cité automobile avec son usine PSA Peugeot-Citroën et son pôle de compétitivité véhicule du futur, a notamment attiré un centre de recherche du groupe Mäder. Le groupe souhaitait collaborer avec le laboratoire universitaire LPIM (photochimie et ingénierie macromoléculaires) sur l'allègement des véhicules. À l'UHA, les liens étroits avec l'industrie se traduisent également par une forte inclination pour l'apprentissage.

Premier à inaugurer un CFA universitaire en France en 1990, l'établissement se classe au cinquième rang national en proportion d'étudiants apprentis. “C'est un atout énorme dans la mesure où les employeurs reprochent souvent aux diplômés leur manque d'expérience”, se félicite la présidente de l'université alsacienne.

Se coordonner pour se différencier

Signée le 28 avril 2014, la convention d'association devrait permettre à l'UHA de conserver cette autonomie tout en collaborant avec les autres établissements du contrat de site Alsace 2013-2017. Cette association permettra de mieux nous coordonner tout en nous positionnant sur des stratégies différenciées. Chacun apporte sa pierre. À l'UHA, nous apportons notamment notre capacité à tisser des liens étroits avec le tissu socio-économique territorial”, argumente Christine Gangloff-Ziegler.

La présidente cite également les synergies possibles dans le domaine de la chimie, mais aussi du transfrontalier pour lequel l'UHA a été désignée comme pilote pour l'ensemble du contrat de site (voir encadré).

Strasbourg a du mal à digérer la fusion de ses trois universités. Cela nous laisse du temps pour organiser notre association.

UN MODÈLE MENACÉ ?

Fiers de leur "modèle mulhousien", certains personnels n'en demeurent pas moins inquiets concernant l'avenir de l'établissement. Certes, l'association avec l'UDS devrait notamment permettre aux chercheurs de faire apparaître côte à côte sur leurs publications les logos de l'UHA et de l'UDS, 95e au classement de Shanghai. Mais le spectre de voir Mulhouse redevenir un collège universitaire a ressurgi.

Dernièrement, les deux écoles doctorales de Mulhouse ont été rattachées à Strasbourg, cinq fois plus grande. Aussi, les arbitrages qui devraient accompagner l'élaboration d'une carte de formation de site Alsace d'ici à 2017 sont-ils attendus avec fébrilité. Toutefois, Laurent Curelly, enseignant-chercheur, élu Snesup au CA, relativise : "Strasbourg a du mal à digérer la fusion de ses trois universités. Cela nous laisse du temps pour organiser notre association."

La carte du transfrontalier
Proche des frontières entre la France, la Suisse et l'Allemagne, l'UHA joue également à fond la carte du transfrontalier. 550 étudiants partagent leur scolarité entre les campus des universités partenaires dans le cadre de formations bi ou trinationales. Parmi elles, un cursus binational pour la formation des professeurs des écoles  qui permettra à terme aux étudiants d'exercer des deux côtés du Rhin. Pour développer ces formations transfrontalières, mais aussi faciliter l'innovation pédagogique dans le domaine interculturel et permettre aux étudiants de mieux évoluer dans un environnement bilingue, voire trilingue, l'université dispose d'un nouvel outil : le centre de compétences transfrontalières NovaTris, lauréat il y a deux ans de l'appel à projets Idefi.

Philippe Bohlinger  |  Publié le

article suivant »

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :