En ce momentJean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, deux ministres pour l'Éducation nationale et l'Enseignement supérieur
On en parleFrédérique Vidal, première ministre de plein exercice pour l'Enseignement supérieur, la Recherche et l'Innovation
Enquête
Quand écoles et universités aspirent à devenir des marques

Logo, site Internet, merchandising... pour faire vivre la marque

Marie Radovic  |  Publié le

0

Longtemps cantonnée aux écoles de commerce, la marque, souvent synonyme de marchandisation des savoirs, a fait son entrée dans les autres établissements du supérieur. Changement de nom, consolidation de leur identité en interne et en externe, mise en place des outils pour faire vivre la marque... beaucoup comptent en faire un outil de développement.

Derrière le nom et le projet de l’établissement, la marque s’exprime notamment par le biais de différents vecteurs de communication. Une réalisation pour laquelle les établissements s’entourent la plupart du temps d’un conseil extérieur. « Nous voulons cependant rester totalement maîtres de notre façon de communiquer, prévient span style="font-weight: bold;">Louis Vogel, président de l'université Panthéon-Assas (Paris 2). Nous travaillons certes notre marque, mais nous ne sommes pas non plus aux États-Unis : la marque doit être utilisée dans le sens noble du terme. » Autrement dit, du côté des universités, pas question de faire de la publicité, ni de toucher au fond.

Quel rôle pour les agences de communication

Plus ou moins impliquées dans le développement de ces marques, les agences de communication sont néanmoins presque toujours consultées quand il s’agit de matérialiser visuellement la marque, à travers un logo, une charte graphique, ou des produits dérivés frappés du sceau de l’établissement. Les sites Internet, vitrines des établissements, sont eux aussi étudiés très attentivement. Celui de l’UPMC a ainsi été refondu, avec l’aide d’une agence. « Cela nous a permis de lui conférer deux atouts, indique Véronique Raoult, directrice de la communication de l'UPMC. Être bilingue – même si le processus n’est pas encore achevé – et être partagé par tous, grâce à un réseau de correspondants au sein de l’établissement – 120 personnes –, dont la moitié travaillent dans les laboratoires. Ils font passer les informations, et rendent le site plus interactif. »

Marie Radovic

Marie Radovic  |  Publié le

« article précédent article suivant »

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :