Newsletter

Universités et écoles : fusions, associations, communautés

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris 7 - Diderot - campus ©M.Oui 2012
Université Paris 7 - Diderot - campus ©M.Oui 2012

La loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, votée à l'été 2013, a redistribué les cartes des modes de regroupement entre universités et écoles, sur chacun des grands sites universitaires. Retour sur plusieurs stratégies qui se dessinent depuis la rentrée.

Auvergne

L'université Blaise Pascal (à gauche © Jérôme Pallé) et l'université d'Auvergne (à droite © Fabienne Guimont) en route vers la fusion.Fusion. Les présidents des universités d'Auvergne et Blaise-Pascal Clermont-Ferrand ont pris leur décision : ils souhaitent que leurs établissements ne fassent plus qu'un en 2016, et entendent s'associer avec les écoles d'ingénieurs du territoire.

Les universités clermontoises optent pour la fusion (septembre 2013)

Bordeaux

Université Bordeaux Segalen - le site de la Victoire © Université Bordeaux Segalen - L. LizetManuel Tunon de Lara a été élu président de l'Université de Bordeaux le 17 janvier 2014. Le PU-PH (professeur des universités-praticien hospitalier) annonce les défis à venir pour le nouvel établissement et confie son inquiétude première pour 2014 : la question budgétaire. L'occasion également d'éclaircir les liens qu'il espère mettre en place avec ses voisins bordelais qui n'ont pas participé à la fusion, notamment l'université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3).

Manuel Tunon de Lara (Université de Bordeaux) : “Avec Bordeaux 3, il faut trouver la solution d'association la plus efficace possible” (janvier 2014)

Bourgogne, Franche-Comté

Université de Bourgogne - ©V. Arbelet-2013Le PRES n'est pas encore mort, la communauté est déjà lancée. Pionnières, les universités de Bourgogne et de Franche-Comté ont acté, au début du mois de juillet 2013, la création d'une communauté d'universités et d'établissements. Avant même que la loi ESR, instituant cette structure, ne soit promulguée. Avec un bémol : le statut d'associé prévu pour les écoles d'ingénieurs partenaires est très loin de convenir à ces dernières.

Universités et écoles d'ingénieurs en Bourgogne - Franche-Comté : de l'art de faire communauté… ou pas (juillet 2013)

Dès lors, les établissements d'enseignement supérieur des deux régions se sont mis d'accord en décembre 2013 pour élargir la communauté, comme l'explique Alain Bonnin. Pour le président de l'uB, "la fusion entre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté doit, plus que jamais, se faire".

Bretagne et Pays-de-la-Loire

Université de Nantes - Façade fac de lettres - © Mathieu Oui 2012Angers, Bretagne-Sud, Le Mans, Nantes, Rennes 1, Rennes 2. Six présidents d'université ont exprimé leur volonté de faire communauté ensemble, le 19 novembre 2013. Une communication à laquelle n'a pas participé le président de Brest, septième université de ces deux territoires.

Bretagne - Pays-de-la-Loire : six des sept présidents d'université se prononcent pour une communauté interrégionale (novembre 2013)

Guy Cathelineau, président de Rennes 1, et Jean- Emile Gombert, président de Rennes 2Fusions en cascade. Après Clermont-Ferrand la semaine précédente, c'est au tour des présidents rennais d'annoncer la couleur : ils souhaitent voir leurs deux universités fusionner d'ici à trois ans, donnant naissance à un mastodonte de 48.000 étudiants. Une décision avec, en toile de fond, les nouvelles règles du jeu de la loi ESR, mais aussi la future vague des Investissements d'avenir.

La fusion séduit les deux universités de Rennes (septembre 2013)

Les universités Rennes 1 et Rennes 2 confirment le projet de fusion (mars 2014)

Grenoble

Université Grenoble 3 Stendhal © Université StendhalCe sera la fusion. Les équipes dirigeantes des trois universités grenobloises ont pris leur décision, à l'heure où chaque site se positionne dans les nouveaux cadres fixés par la loi votée à l'été. Ils l'ont annoncé officiellement le 21 octobre 2013.

Les universités de Grenoble sur la piste de la fusion (octobre 2013)

Lyon

Khaled Bouabdallah - université de Saint-Etienne - Université de Lyon - ©Studio 36, Saint-EtienneOù en est l'Université de Lyon, qui réunit 19 établissements d'enseignement supérieur ? Son président, Khaled Bouabdallah, à la tête de l'université de Saint-Étienne, revient sur le choix de constituer une communauté sur le territoire Lyon – Saint-Étienne.

Khaled Bouabdallah (Université de Lyon) : “Tous les établissements de l'Université de Lyon ont vocation à intégrer la communauté” (janvier 2014)

Nord

Les présidents d'université et directeurs d'école lillois - Octobre 2013 ©C.StromboniAprès Clermont-Ferrand et Rennes, c'est au tour des universités lilloises d'abattre leurs cartes, dans le paysage de l'enseignement supérieur en restructuration. Mais ce n'est, cette fois-ci, pas la fusion qui a été retenue : elles confirment leur choix d'un mode de regroupement fédéral. Une troisième voie qui a pour mot d'ordre “l'ambition”, ont assuré les responsables des établissements de la métropole, le 14 octobre 2013.

Universités lilloises : la voie fédérale préférée à la fusion (octobre 2013)

PACA

Aix-Marseille université - Saint-Charles - bibliothèque - décembre 2012 – ©C.StromboniAix-Marseille, Avignon, Nice et Toulon. Les quatre universités de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur), qui compte deux académies, s'orientent vers un jeu d'associations multiples dans le paysage en mouvement de l'enseignement supérieur. Avec une place particulière pour le site toulonnais, à mi-chemin entre Nice et Marseille.

Universités en région PACA : un jeu d'associations multiples (janvier 2014)

Paris et l'Île-de-France

Université Paris Descartes (Paris 5) - Amphithéâtre - ©Photothèque Paris Descartes-Huguette & ProsperLes présidents d'université de Sorbonne Paris Cité ont annoncé la couleur dès la rentrée 2013 : pour eux, ce sera la fusion. Une hypothèse qui a immédiatement fait réagir plusieurs syndicats et une partie de la communauté universitaire de Paris 3, Paris 5, Paris 7 et Paris 13, opposés à cette option. Entre inquiétudes et incertitudes, au moment où l'université Diderot entre, elle, dans une période électorale, le pôle se situe à un tournant.

Sorbonne Paris Cité : fusion or not fusion ? (novembre 2013)

Université UPMC Jussieu - Fresque de post-it symbolisant la connaissance, réalisée lors de la Welcome Week ©C.Stromboni oct2012Sorbonne Universités veut se remettre en marche. Après le conflit qui a abouti à la sortie de Paris 2 du regroupement parisien en septembre 2013, les deux universités membres, Paris 4 et l'UPMC, se dirigent vers une communauté. Avec un projet-clé pour janvier 2014 : le lancement du collège des licences.

Sorbonne Universités poursuit sa route sans Paris 2 (décembre 2013)

Université Paris-Saclay - Futur lieu de vie du campus // DRAnnoncée un temps pour le 1er janvier 2014, l’université Paris-Saclay verra finalement le jour au printemps prochain. Dominique Vernay, président de la FCS (Fondation de coopération scientifique) Campus Paris-Saclay, précise l’organisation et la gouvernance du futur grand établissement, qui compte aujourd’hui 19 partenaires et devrait être la première CUE (communauté d’universités et d'établissements) créée par décret.

Dominique Vernay (Paris-Saclay) : “Les établissements vont signer un pacte irréversible” (janvier 2014)


Nouvelle fusion en perspective, cette fois-ci dans l'Est francilien. Les universités de Créteil (UPEC) et de Marne-La-Vallée (UPEM) ont annoncé, par la voix de leurs équipes dirigeantes, leur volonté de franchir une étape supplémentaire dans leur union.

Universités de l'Est francilien : Créteil et Marne visent la fusion (février 2014)

Que va devenir l’université de Cergy-Pontoise dans le jeu des regroupements franciliens ? Initialement lié à l’université de Versailles-Saint-Quentin dans le pôle UPGO (université Paris Grand Ouest) – que la Versaillaise a finalement quitté –, l’établissement a resserré son projet et envisage désormais de faire communauté avec l’Essec. Une alliance public-privé singulière. Entretien avec François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise.

L’université de Cergy-Pontoise veut faire communauté avec l’Essec (mars 2014)

Poitou-Charentes, Limousin, Centre

Universite de La Rochelle © Camille BoulicaultL'idée ne fait pas l'unanimité. Les universités de La Rochelle, Limoges, Orléans, Poitiers et Tours réfléchissent à un avenir commun. Du côté du Poitou-Charentes et du Limousin, la volonté affichée est clairement en faveur d'une communauté à cinq, tandis qu'au Centre, pas forcément. Point d'étape.

Poitou-Charentes, Limousin, Centre : trois régions, cinq universités, une seule communauté ? (novembre 2013)

Toulouse

Université Toulouse Le Mirail © Mathieu OuiLes discussions sur la mise en place de l'Université de Toulouse permettent de mesurer le chemin parcouru depuis l'Idex : si les compétences qui lui seront déléguées ne sont pas encore définies, écoles d'ingénieurs et universités travaillent ensemble au sein d'un collegium d'ingénierie.

L'Université de Toulouse se construit pas à pas (janvier 2014)

- Et aussi
- Le billet de Pierre Dubois sur l'université de Reims Champagne-Ardenne : “J’aime bien ce regroupement”
“Communiqué du 18 décembre 2013 de l’Université de Reims Champagne‐Ardenne (URCA) et de l’UTT (Université de technologie de Troyes). Elles annoncent leur volonté de construire ensemble une communauté d’universités et d’établissements."

- Lire notre dossier sur la loi ESR : Loi sur l'enseignement supérieur et la recherche : les points essentiels de la réforme Fioraso

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
R.

Il faudrait mettre à jour vos informations: après une nouvelle vague de protestation de la communauté universitaire, il n'y a plus eu personne à Paris-Diderot pour soutenir une fusion. La fusion a donc disparu comme par enchantement et les détracteurs de la ComUE d'hier en sont devenus des défenseurs acharnés. Il faut relire cette déclaration de F. Dardel dans l'article cité plus haut: "Travailler avec neuf conseils d'administration, ce n'est pas viable. C'est la paralysie du système." et l'entendre aujourd'hui faire la tournée des popottes en disant le plus grand bien du même système. Il ne reste qu'un débat aujourd'hui: l'Association horizontale ou la ComUE. Il faut croire que c'est un choix qui engage sur des voies profondément différentes car la bataille fait rage et tous les moyens sont bons, y compris la négation par la DGESIP des engagements pris par Mme Fioraso devant la représentation nationale: "L’égalité est rétablie entre les établissements dans le cas des regroupements par association, conformément au souhait du groupe écologiste. Encore une fois, l’autonomie des établissements prévaudra, de même que leur sens de l’initiative et des responsabilités. Toutes les mentions aux « établissements associés » ont été en conséquence reformulées pour que l’association n’apparaisse plus dissymétrique. Je rappelle que nous sommes partis de la notion de « rattachement », pour évoluer vers celle « d’association », laquelle permettait déjà d’atténuer l’idée d’un lien de sujétion ou de subordination, pour finalement supprimer les termes d’« établissement associé ». Le premier est la simplification (...) des strates structurelles – le fameux mikado si souvent décrié au cours des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche – et des statuts d’établissements. Le second objectif est la coopération la plus large et la plus stratégique possible au cœur d’une gouvernance territoriale de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui prolongera en les améliorant les PRES actuels, sous la forme de fusions, communautés ou associations, fédérales ou confédérales – l’autonomie sera donc au rendez-vous, puisque les territoires pourront décider de leur organisation –, et avec la mise en place des contrats de site, qui responsabiliseront à la fois l’État, les établissements et les régions. " Sénat, séance du 21 juin

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne