En ce momentEdTech : 12 start-up françaises à suivre
On en parleAnnabelle Allouch : "Les attendus sont une forme de sélection qui ne dit pas son nom"
Entretien | Formations

Frank Bournois : "La nouvelle formule des week-ends d'intégration à l'ESCP sera multiculturelle"

Cécile Peltier  |  Publié le

1

ESCP Europe, campus de Paris
Les étudiants de l'école de commerce parisienne seront associés à la refonte du WEI, temporairement renommé "séminaire". // © ESCP Europe

Alors que des débordements ont émaillé mi-septembre 2017, le traditionnel week-end d'intégration d'ESCP Europe, le directeur général de l'école de commerce a décidé de remplacer ce rite, mobilisant d'abord les élèves issus de prépa, par des séminaires plus ouverts. Explications.

Frank Bournois // DRDes débordements survenus lors du dernier week-end d'intégration d'ESCP Europe, mi-septembre, ont semé le trouble. Que s'est-il passé ?

Il n'y a pas eu d'acte de bizutage, avec une dimension préméditée ou humiliante, comme cela a parfois pu être le cas ailleurs, mais des évènements suffisants alarmants pour nous faire réagir.


Une étudiante nous a rapporté qu'une personne avait dû marcher dans les assiettes des autres. Elle a également été témoin d'une empoignade entre un garçon et une fille. Enfin, une nuit, un pétard à fumigènes a été envoyé sur l'un des bungalows qui abritait des étudiants. Il a fait pschitt, mais cela aurait pu être très dangereux.

Je ne dis pas que ce type d'évènements n'a pas lieu ailleurs. Le risque zéro, lorsqu'on réunit 300 ou 400 étudiants n'existe pas, mais nous ne pouvons pas tolérer ce type de pratiques.

Le WEI (week-end d'intégration) a beau être organisé par les élèves, il fait l'objet d'un certain encadrement de la part de l'école. Chaque année, nous faisons signer aux étudiants une charte de comportement, nous rappelons également les règles et la philosophie de ce rendez-vous. Je passe moi-même une partie de l'après-midi en leur compagnie sur le terrain.

Comment l'école a-t-elle réagi ?

Des sanctions ont été prononcées. Avec la directrice du campus de Paris, nous avons décidé de suspendre pour deux ou trois semaines les activités de deux associations mêlées à ces débordements : Telescoop, l'association audiovisuelle, et Quatter, celle qui gère le bar de l'école. En pleine "campagne" [moment de l'année où les étudiants votent pour les listes qui assureront la direction des associations], cette décision n'était pas anodine. Nous avons également décidé de mettre fin aux WEI sous leur forme actuelle.

La nouvelle formule d'intégration sera plus courte, plus conviviale, axée sur le développement personnel et ouverte à tous, y compris aux anciens.

Par quoi sera-t-il remplacé ?

Nous ne savons pas encore exactement quelle forme prendra ce que je qualifie pour l'instant de "séminaire". Il ne s'agit pas de faire un oukase, mais de travailler intelligemment, en y associant les étudiants.

Le WEI était jusqu'ici surtout une affaire de Français issus de la voie des classes préparatoires. Nous aimons beaucoup ces étudiants qui restent au cœur de l'école, mais ils ne représentent pas tous les étudiants, loin de là. Aujourd'hui, notre ADN est résolument européen. Ainsi, la direction académique, chargée de coordonner cette réforme, fera appel au BDE (bureau des élèves), ainsi qu'à l'Agora, l'association multiculturelle et multicampus de l'école.

La nouvelle formule d'intégration sera plus courte, plus conviviale, axée sur le développement personnel et ouverte à tous, y compris aux anciens. Il faut en faire un moment d'intégration à la communauté et pas seulement un enchaînement d'activités ludiques, surtout envisagées par certains comme un sas de décompression.

Je ne me réjouis pas de la disparition du WEI, je ne verse pas non plus des larmes de crocodile. J'annonce seulement le début d'une nouvelle ère, plus en phase avec les attentes de la société. Il faudra l'expliquer aux élèves plus traditionnels...

Plus largement, je pense que ce nouveau format d'intégration aura des répercussions sur la vie de l'école. À titre personnel, j'étais un peu surpris de voir que certaines activités ou soirées fonctionnaient par nationalités, alors, que sur le plan pédagogique, tout est organisé dans une démarche interculturelle.

Cécile Peltier  |  Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :