En ce momentPoursuites-bâillons : ces procédures qui veulent faire taire les universitaires
On en parleAu Brésil, les stratégies des grandes écoles françaises à l’épreuve de la crise
Entretien | Relations entreprises

Pour rénover leur organisation, les entreprises s'appuient sur leurs universités

Catherine de Coppet  |  Publié le

0

Les universités d'entreprise touchent aujourd'hui un nombre plus important de managers.
Pour Charles-Henri Besseyre des Horts, les universités d'entreprise restent encore l'apanage des grandes entreprises. // © plainpicture/Maskot

Les universités d'entreprise sont-elles dédiées aux seuls managers ? Ne concernent-elles que les grands groupes ? Charles-Henri Besseyre des Horts, professeur émérite à HEC et chercheur en ressources humaines, dessine les contours de ces lieux de formation continue, en amont de la conférence EducPros du 30 mars 2017, dédiée au corporate learning.

Charles-Henri Beyssere des Horts, professseur émérite à HEC

Comment définir, en termes simples, une université d'entreprise ? Est-ce un lieu dédié à la formation, ou une stratégie de formation ?

L'université d'entreprise n'est pas l'équivalent du lieu physique "université", il s'agit donc d'une stratégie de formation, portée par une entreprise. Cependant, il existe deux types d'universités d'entreprise. Celles qui possèdent effectivement un lieu physique prestigieux, souvent emblématique de la culture de l'entreprise, et qui accueillent les séminaires de formation. Ce sont les entreprises qui en ont les moyens qui disposent de tels lieux.

L'autre catégorie d'universités d'entreprises se traduit par un éclatement des lieux de formation, physiques ou virtuels, grâce à l'utilisation des nouvelles technologies.

Ces deux modèles ont un point commun : ils réunissent les gens, au moins pour un moment. Le tout virtuel est un leurre, il est essentiel de créer une expérience à partager ensemble, une émotion. Jamais on ne créera de l'émotion avec du virtuel.

À l'origine, les universités d'entreprise s'adressaient principalement aux cadres et aux managers. Est-ce toujours le cas ou cela a-t-il beaucoup évolué ?

D'une vision très élitiste des universités d'entreprise il y a dix ans, on est passé à une vision plus partagée : aujourd'hui, elles touchent un nombre plus important de managers. Les entreprises se rendent compte que c'est la condition indispensable à l'évolution de leur organisation, à leur transformation culturelle.

Le mouvement de spécialisation des activités, très important ces dernières années, a créé des organisations "en silo". Les universités d'entreprise, comme les programmes de mobilité internationale, font partie des mécanismes d'intégration qui visent à casser ces silos. L'objectif d'une université d'entreprise a toujours été de rassembler les managers et les cadres, afin de transmettre la culture d'entreprise, dont font partie les "soft skills" (savoir-être), les compétences techniques étant réservées à des formations plus locales.

La culture d'entreprise, c'est une sorte de contrat social tacite, partagé par les membres de l'entreprise, c'est un intangible, qui se traduit parfois par des mots, des valeurs, etc. Il y a un enjeu de fidélisation des collaborateurs, mais qui n'est pas le même qu'avant : on ne reste pas dans la même entreprise toute sa vie, et le fonctionnement uniquement hiérarchique ne marche plus avec les jeunes générations...

Il y a un enjeu de fidélisation des collaborateurs : on ne reste pas dans la même entreprise toute sa vie, et le fonctionnement uniquement hiérarchique ne marche plus avec les jeunes...

Les universités d'entreprise ne concernent-elles que les grands groupes ? Qu'en est-il des PME (petites et moyennes entreprises) ?

Il est possible que des grandes entreprises incluent dans leurs programmes des managers de PME avec lesquelles elles travaillent... Mais à ma connaissance, il n'existe pas d'universités d'entreprises de PME. Les plus petits périmètres concernés tournent autour de 5.000 à 7.000 salariés !

Vous évoquez la possibilité pour les entreprises de disposer de lieux virtuels de formation. Quel est l'impact du numérique sur les universités d'entreprise ?

Les enjeux actuels des universités d'entreprise sont directement liés au numérique : l'on veut faire mieux avec moins, pour des raisons budgétaires ; et l'on souhaite élargir la population de managers concernée. Deux éléments rendus possibles par le numérique via le e-learning, les Mooc, etc. Mais, encore une fois, le virtuel ne peut être exclusif du reste : il doit être un appui !

Quant aux contenus pédagogiques, ils ont beaucoup évolué grâce aux nouvelles technologies. Avec les serious games notamment, les apprenants sont plus acteurs de leur formation qu'auparavant : ils ont la possibilité de faire l'expérience de certaines situations de façon très poussée. Le numérique apporte aussi des outils participatifs, qui développent la culture du partage, via l'évaluation mutuelle par exemple.

On assiste aussi à la multiplication des communautés, créées sur les réseaux sociaux internes après un programme de formation. L'objectif est de faire vivre une initiative, une rencontre.

Le numérique apporte aussi des outils participatifs, qui développent la culture du partage, via l'évaluation mutuelle par exemple.

Sur quelles ressources s'appuient aujourd'hui les universités d'entreprise ? L'enseignement supérieur joue-t-il un rôle important ?

Aujourd'hui, elles ont tendance à plus s'ouvrir sur l'extérieur, car elles ont besoin d'aller chercher de nouvelles idées. À ce titre, le rôle des start-up spécialisées dans les ressources humaines est très important, elles proposent de plus en plus d'outils, disponibles notamment en ligne.

Du côté de l'enseignement supérieur, les entreprises font généralement appel à des enseignants renommés pour les aider à monter un programme de formation ou pour intervenir. Mais rares sont les liens institutionnels entre les universités d'entreprise et les établissements de l'enseignement supérieur.

Quand ils existent, ils concernent plutôt les grandes écoles et beaucoup moins les universités. Celles-ci devraient pourtant s'emparer de ce sujet, elles y ont un intérêt financier mais cela leur permettrait aussi de développer leur recherche et leur innovation.

Corporate learning et enseignement supérieur, comment collaborer ? Prochaine #confEP
Phénomène récent en France, l'université d'entreprise connaît une forte croissance, elle-même renforcée par les nouveaux accès au savoir offerts par le numérique. Quelles évolutions en fonction des changements socioéconomiques ? Quelle rentabilité sur le long terme ?

Jeudi 30 mars, EducPros répondra à ces questions, à l'occasion de sa conférence dédiée au corporate learning. Par de nombreux retours d'expérience des grands groupes, vous découvrirez les nouveaux enjeux des entreprises et révélerez quels sont les moyens pour votre établissement d'y répondre.

Plus d'informations sur l'événement

Catherine de Coppet  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :