Newsletter

Arnaud Poitou obtient le soutien du conseil d'administration de Centrale Nantes

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Arnaud Poitou obtient le soutien du conseil d'administration de Centrale Nantes
Arnaud Poitou devrait reprendre la tête de Centrale Nantes le 1er janvier 2018. Le ministère a deux semaines pour approuver son élection. // ©  Thomas Louapre / Divergence pour l'Étudiant
Directeur de l'École centrale de Nantes de septembre 2012 à août 2017, candidat malheureux à sa succession faute d'avoir obtenu le feu vert du ministère, Arnaud Poitou a été choisi par le conseil d'administration de l'établissement pour reprendre la tête de l'école. Reste à la Rue Descartes à approuver ce retour.

Deuxième round pour Arnaud Poitou. L'ancien directeur de Centrale Nantes, qui s'était vu refuser un second mandat par le ministère de l'Enseignement supérieur malgré un vote favorable du conseil d'administration, revient dans la course. Lundi 11 décembre 2017, ce même conseil a décidé, une nouvelle fois, de soutenir sa candidature. Arnaud Poitou a obtenu 22 voix pour, 2 contre et 2 abstentions. Deux autres candidats étaient en lice : Éric Martin et Corinne Subaï.

La balle dans le camp du ministère

Arnaud Poitou pourrait donc reprendre la tête de l'école d'ingénieurs nantaise le 1er janvier 2018. Sauf si le ministère décide, une nouvelle fois, de ne pas suivre l'avis du conseil d'administration. Le 30 août 2017, un jour avant le début de son second mandat, le ministère avait décidé de repousser de quatre mois la nomination d'un nouveau directeur. La raison invoquée : les candidatures, reçues en mai 2017 et bâties autour du projet Isite nantais, étaient devenues obsolètes, le conseil d'administration de l'école ayant décidé en juillet de se retirer dudit projet

Cette décision avait provoqué l'inquiétude dans le milieu des écoles d'ingénieurs. Mi-septembre, la Cdefi (Conférence des directeurs d'écoles françaises d'ingénieurs) avait réagi dans un communiqué, s'interrogeant et s'inquiétant "de la perception que cette décision [allait] engendrer parmi l'ensemble de ses membres". "Notre objectif, à travers cet envoi, est double, expliquait alors à EducPros Jacques Fayolle, désormais vice-président de la Cdefi. Nous souhaitons montrer à nos écoles que la Conférence est attentive aux conditions dans lesquelles elles fonctionnent et à leur autonomie, mais aussi interpeller le ministère et connaître sa stratégie sur les expérimentations de regroupements."

Si la décision du ministère sera observée de près par les écoles d'ingénieurs, la voie choisie par le futur directeur de Centrale dans le dossier Isite le sera tout autant. Depuis le 1er septembre 2017, le dossier n'a pas avancé, Armel de La Bourdonnaye, qui assure l'intérim à la tête de l'établissement jusqu'au 1er janvier 2018 ayant pour mission principale d'organiser l'élection du nouveau directeur tout en "renouant les fils du dialogue avec les acteurs locaux". Le ministère a deux semaines pour se prononcer.

Aller plus loin
- Lire la biographie EducPros d'Arnaud Poitou

Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (6)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
blackblackduck.

@JChristophe Vous qui êtes si bien informé, vous devez alors savoir que le CA est composé pour moitié d'extérieurs... Dont des représentants de la région et de la métropole. Je doute qu'Arnaud Poitou soit à ce point capable d'influencer des politiques tels qu'eux...

JChristophe.

Je ne commenterai pas "compétent et intègre". Toutefois, si vous êtes, comme moi, en lien avec Centrale Nantes, vous savez que le CA est contrôlé, c'est d'ailleurs pour cela qu'il fait des virages à 180 degrés simplement en suivant la parole du directeur.

bien-pensant.

@JChristophe Votre commentaire fera sourire ceux qui connaissent bien Arnaud Poitou.Il a certainement beaucoup de défauts, mais c'est un homme compétent et intègre qui se bat pour son école. Et puis franchement, arrêtez de prendre les membres du CA de Centrale Nantes pour des neuneus..! ("contrôle très bien son CA") S'ils souhaitent le reconduire à un écrasante majorité" (22 votes en sa faveur, 2 contres) c'est qu'il y a une raison : ils lui font confiance et croient en son projet.

Naonantes.

Les représentants de centrale avaient la fâcheuse habitude de faire preuve de beaucoup d’arrogance dans les discussions, avec ce vote peu de chances que cela ne change. L’I-Site est probablement mort ...

mal-pensant.

Mathieu Gallet a eu ce jour, à propos du regroupement entre FranceTV et Radio France une formule choc : " Rapprocher des structures, est-ce être plus fort ou être plus lourd ?" Franchement, à part alourdir les circuits de décision et gaspiller des moyens dans un niveau de gouvernance de plus (sans compter le temps et l'énergie gaspillés en dossiers, jurys,...) , à quoi servent Idex et I-site ? Permettront ils d'améliorer d'un iota la qualité de l'enseignement supérieur en France ou d'écrire une seule publication qui représenterait une avancée significative ? Ces Idex et Isite, soit-disant issus d'un Plan d'Investissement d'Avenir, constituent de fait un saupoudrage de moyens qui ne permettent en rien des investissements et ils financent surtout des dépenses de fonctionnement recherche et le fonctionnement administratif de structures de "gouvernance" . Devant ce désastre, il est plus que temps d'arrêter les frais.

mal-pensant.

Allègre, qui pourtant était en guerre ouverte contre lui, n'avait pas eu le scalp de Daniel Gourisse, alors directeur de Centrale...

Voir plus de commentaires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne