Newsletter

Laurent Champaney devrait prendre la tête d'Arts et Métiers

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Arts et métiers, campus de Paris
Arts et Métiers changera de directeur général dans les prochaines semaines. // ©  Stefan Meyer
Le ministère de l'Éducation nationale devrait annoncer dans les prochains jours la nomination de Laurent Champaney à la direction générale d'Arts et Métiers. L'actuel directeur général adjoint en charge des formations succédera ainsi à Laurent Carraro à la tête de l'école d'ingénieurs.

Le décret n'est pas encore paru, mais ce n'est plus qu'une question de jours. Le ministère de l'Éducation nationale devrait nommer Laurent Champaney à la tête de l'école d'ingénieurs Arts et Métiers. L'actuel directeur général adjoint en charge des formations succéderait ainsi à Laurent Carraro, ce dernier quittant l'établissement à la fin du mois de février.

Le ministère avait le choix entre trois candidats, proposés par le conseil d'administration de l'école le 12 janvier 2017 : Laurent Champaney, Hilaire de Chergé, secrétaire général de l'Institut catholique de Paris, et Jean-Marc Idoux, directeur général de HEI. Ce dernier était le seul Gadzart parmi les trois candidats.

C'est donc un choix de continuité pour le ministère, après le mandat de Laurent Carraro, qui a soutenu la candidature de son adjoint.

la soce, "peu optimiste"

Réagissant à ce choix, le président de la Soce (Société des ingénieurs Arts et Métiers), Jacques Paccard, se déclare inquiet. "Nous avons peu de raisons d'être optimistes. Cette proposition s'inscrit dans la continuité de la direction actuelle. Nous ne voyons pas en quoi cette prochaine direction serait différente par rapport à la situation actuelle, notamment au niveau du climat relationnel interne", déclare-t-il à EducPros.

Depuis un an, les relations entre la direction générale de l'établissement et la Soce n'ont pas cessé de se dégrader. En février 2016, un rapport de l'IGAENR était rendu public : il critiquait l'influence "excessive" de l'association des anciens élèves sur la vie de l'école. S'était ensuivi un changement des statuts de l'établissement, acté en juillet 2016.


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (6)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Élève.

Ce choix précipité n'a pas reçu l'attention qu'il mérite de la part du ministère. C'est bien dommage car il y a peu de grandes écoles d'ingenieur comme celles-ci en France. Les négliger ainsi va les faire mourir à petit feu, et ça ne va pas aider à redresser le pays...

Frida.

Mais pourquoi le niveau baisse ?

Q.Huit.

On comprend mieux à travers cet article que les dés étaient pipés depuis le départ... "après le mandat de Laurent Carraro, qui a soutenu la candidature de son adjoint." Après le décret Mr Carraro fait maintenant passer son adjoint... Ou comment dicter à des ministres ce qu'ils doivent faire ! C'est désolant... Surtout quand on voit année après année le décrochage de l'école dans les classements.

Frida.

Et pourquoi ce décrochage ? Les Arts sont plus sélectifs (plus de PSI et moins de PT) alors où est le problème ?

Jevatco.

Certes la Soce est peu optimiste, mais pas seulement elle : les élèves le sont aussi, après avoir subit les résultats des réformes pédagogiques de L. Champaney, et les contre-résultats quand il s'agissait de tenir en bonne place dans les classements par exemple... Enfin ce sont les professeurs qui, pour beaucoup, ne comprennent pas lesdites réformes ! Bref, un peu de renouveau ne ferait pas de mal, pour remettre les relations à zéro et arrêter de foncer dans le mur !

Frida.

En quoi la direction est elle responsable du décrochement dans les classements (autour de la XVème place) ? Les Arts sont sur le créneau de l'industrie mécanique qui attire moins, c'est tout

Nicolas.

Il s'agit d’une école publique, c'est l'état qui paie, c'est l'état qui doit gérer. Qu'on le veuille ou non…

Gérard.

@Frida : L'industrie mécanique attire moins ? C'est pour cette raison (entre autres, mais surtout) que notre industrie représente le tiers de l'industrie allemande... (Bonjour le commerce extérieur !!)

Pierre.

L'inquiétude est justifiée! Le bilan de L.Champaney à la direction de l'ENSAM n'est pas bon. De plus, ni les élèves de l'école ni les anciens ne souhaitent sa nomination. L.Champaney comme L.Carraro n'ont eu de cesse d'accuser les anciens pour masquer leur échec à porter l'Ecole des Arts et Métiers vers l'excellence alors que les anciens ont toujours été un soutien au développement de l'école.

Frida.

Chaque fois que j'entends parler d'excellence, je suis à peu près sûr que c'est de la novlangue

Voir plus de commentaires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne