Newsletter

Communautés d'universités : un système à la française ?

CS
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Ancien président de l'université Paris 13, Jean-François Méla pointe sur son blog le risque d'une "recentralisation du pouvoir" dû aux regroupements d'établissements actuels. Le mathématicien établit le parallèle avec différents modes de fonctionnement mis en place aux Etats-Unis, tout en doutant de la viabilité de nos communautés d'universités en cours de construction. "Est-ce que ces 'systèmes' publics peuvent réellement exister à côté de l’Etat, en ayant des ressources propres aussi faibles ?", interroge-t-il.

"Dans notre pays foncièrement hostile au changement, en dehors des périodes de crise ouverte, on ne réforme que de biais. La dernière loi sur l’enseignement supérieur et la recherche n’échappe pas à la règle. Cette loi (comme la précédente d’ailleurs) ouvre des perspectives à l’autonomie des universités sans oser remettre directement en cause une organisation héritée d’un pilotage étatique.

D’un autre côté, nombre d’universitaires refusent toute évolution vers l’autonomie, défendant mordicus le pilotage direct par un Etat dont, en même temps, ils contestent les orientations.

Dans le contexte de la mondialisation, notre enseignement supérieur doit se réorganiser, même s’il n’existe aucun modèle universel auquel on doive se conformer. Ceci concerne en particulier la gouvernance des universités, la place et le rôle de la communauté académique."

Lire la suite du billet de Jean-François Méla sur son blog : Les communautés d’universités : des “systèmes” à la française ?

Lire aussi
- Les billets de Jean-Claude Dupas : Pourquoi fabriquer des ComUE ? et Regrouper ?
- Le billet de Pierre Dubois (Histoires d'universités) : Une super-COMUE pour Paris

CS | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne