1. Avocat d’affaires

Avocat d’affaires

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Technico-commercial Avocat d’affaires Conseil en stratégie Actuaire Analyste financier Auditeur financier Ingénieur travaux Architecte logiciels télécoms Consultant avant-vente Chirurgien-dentiste Médecin Ostéopathe Pharmacien Vétérinaire Pilote de ligne Encore plus de filières Les FBI : fausses bonnes idées de filières Star-system : quelques privilégiés L'expérience de... Frédéric Anduse, conseiller en gestion de patrimoine, environ 3 500 € net par mois L'expérience de... Sandrine Meynier, expert-comptable, plus de 4 000 € brut par mois L'expérience de... Sylvain Morel, patron du Net, 10 000 € brut par mois L'expérience de... Jessica Barthélemy, contrôleur aérien, 4 800 € net par mois

Vous voulez gagner confortablement votre vie sans attendre d’avoir la cinquantaine bien sonnée ? C’est possible, à condition de ne pas vous tromper d’établissement ou de spécialité pour votre formation. Mais sachez au préalable que les métiers les plus rémunérateurs sont aussi ceux qui exigent le plus de travail… ou alors un talent fou !

Revenus

De 40 000 à 60 000 euros brut annuels dans un cabinet français, de 50 000 à 75 000 euros dans un cabinet britannique, et de 70 000 à 100 000 euros dans un cabinet américain, auxquels il faut retirer de 15 à 20 % de charges (propres au contrat libéral), mais ajouter des bonus parfois très importants.


Métier

L’avocat d’affaires a pour clients des sociétés. Ses activités se rapprochent de celles du conseil en stratégie. Il a pour spécialité, selon les cas, le droit financier, le droit boursier, le droit social (il conseille alors les directeurs des ressources humaines), le droit immobilier, ou encore le droit de la propriété intellectuelle. Il exerce dans des cabinets spécialisés, français, mais aussi assez souvent – à Paris – dans des cabinets anglo-saxons. "L’avocat d’affaires diffère du juriste d’abord du fait de son diplôme d’avocat, bien sûr, mais aussi par ses facilités relationnelles, indispensables dans ses relations avec les clients, nuance Rémy Fouillois, directeur senior chez Michael Page International, division juridique et fiscal. Mais tous les avocats d’affaires ne sont pas forcément amenés à plaider !" L’avocat d’affaires est en général sous statut libéral, et donc rémunéré en "rétrocession d’honoraires". Au quotidien, les délais imposés par les clients sont toujours très courts. Stress et heures sup garantis !


Formations

Le CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat) est indispensable, ainsi qu’un master 1 de droit, dans une spécialité adéquate. Pour donner à son profil une autre dimension, mieux vaut avoir fait en plus une grande école de commerce type ESSEC, avoir passé l’examen du barreau de New York ou avoir obtenu un LLM-Master of Law dans un établissement britannique ou américain.