1. Vous postulez en master ? Comment faire pour sortir du lot
Coaching

Vous postulez en master ? Comment faire pour sortir du lot

Envoyer cet article à un ami
Le master 2 droit des affaires à l’université Paris-Dauphine demeure une référence dans le domaine. // © Université Paris-Dauphine
Le master 2 droit des affaires à l’université Paris-Dauphine demeure une référence dans le domaine. // © Université Paris-Dauphine

À la rentrée 2017, la réforme est entrée en vigueur. Dorénavant, les universités choisissent leurs étudiants à l’entrée du M1. En contrepartie, le passage du M1 au M2 se fait “de droit”. Nos conseils pour vous aider à sortir du lot.

Dans la plupart des établissements, la sélection entre le M1 et le M2 a disparu à la rentrée 2017, au profit d'un recrutement à l'entrée du cycle master. Celui-ci s'effectue sur dossier, auquel peut s'ajouter un entretien individuel, voire des tests écrits. L'objectif reste le même : un projet professionnel cohérent doit se dessiner à travers la candidature de l'étudiant.

Adaptez votre dossier au master visé

Première étape incontournable de l'admission : votre dossier de candidature doit être adapté au master visé. Un travail qui demande du temps (d'où la nécessité de ne pas multiplier les candidatures…), mais qui portera ses fruits auprès des ­responsables pédagogiques.

Lire aussi : Les meilleurs masters à la fac au banc d'essai

Les étudiants issus d'une licence affiliée, voire de la même université, partent avec une petite longueur d'avance car les enseignants connaissent la qualité et le contenu des cours. Mais un bon dossier peut compenser ce léger handicap.

Que ce soit à travers la lettre de motivation ou votre CV, mettez en avant vos acquis et expériences en lien direct avec le master visé et évitez les poncifs sur votre vie personnelle et autres formules toutes faites. Dire que vous aimez le rugby n'intéressera pas forcément l'enseignant chargé de la sélection.

Par ailleurs, prenez le temps de soigner votre expression écrite, même si la formation choisie n'est pas littéraire : un style de qualité et une orthographe irréprochable peuvent faire la différence.

Détaillez votre cursus

Envoyer une lettre de motivation standard qui ne fait jamais allusion au cursus est une erreur. En effet, les responsables veulent justement savoir pourquoi vous souhaitez intégrer leur formation et quelles sont vos ambitions.

Dans votre CV, détaillez avec précision toutes vos formations. Cette grille de lecture permettra aux responsables d'identifier très vite vos compétences et de vérifier que vous disposez d'un bagage suffisamment solide. Le relevé de notes viendra compléter ces informations. La majorité des universitaires regarde avant tout les notes des matières dispensées dans le master. Lors de la sélection, les bases théoriques doivent être parfaitement acquises. Enfin, les masters les plus cotés exigeront certainement que les candidats aient obtenu une mention bien ou très bien.

Lire aussi : Comment reconnaître un bon master : 5 questions à vous poser avant de postuler

L'expérience : votre atout principal

Autre point qui doit être valorisé dans votre dossier : l'expérience, qu'il s'agisse de stages, de projets pédagogiques, voire de bénévolat. Les missions volontaires en France ou à l'étranger attestent d'une grande ouverture d'esprit et d'une motivation certaine. Ce critère joue un rôle très important dans le choix des dossiers et permet de mettre en lumière des candidatures moins linéaires, plus atypiques. Un étudiant qui opère un virage à 180 degrés, mais dont le projet est cohérent et bien expliqué dans sa lettre de motivation, a toutes les chances d'être admis.

Le dossier de candidature peut être complété par un autre élément très apprécié : la lettre de recommandation d'un ancien enseignant ou d'un tuteur de stage. Une ou deux suffisent, ne les multipliez pas. Certaines universités proposent des fiches préremplies à remettre aux enseignants. Préférez la lettre, plus personnelle. Cet élément se transforme en vrai plus lorsque, notamment, le professeur jouit d'une bonne réputation dans le domaine d'enseignement du master visé.

Si votre dossier est retenu, vous pourrez être convoqué à un entretien. Cette phase n'est pas systématique. Elle est néanmoins privilégiée pour les cursus plus sélectifs. Quand le dossier permet d'estimer la qualité scientifique et le parcours académique des candidats, l'entretien va au-delà des compétences techniques. Il s'agit d'observer une personnalité, de juger du dynamisme et de la maturité des étudiants. Ainsi, un très bon candidat “académique”, abonné aux mentions très bien durant tout son parcours, peut être recalé à la suite de l'entretien.

Présentez un projet construit

L'oral est une épreuve au cours de laquelle vous devez exposer votre personnalité et affirmer vos goûts. Préparez-vous à des questions telles que : “quels sont les points qui vous attirent dans notre master ?”, “pourquoi privilégier notre master plutôt qu'un autre ?”, “quelles sont les qualités qui font de vous un candidat à retenir ?”, etc. Évitez soigneusement les phrases du type “mon parcours précédent était trop difficile”. Les responsables pédagogiques n'apprécient pas ! L'entretien les aide ainsi à déceler les profils versatiles qui changent d'orientation à la moindre difficulté.

Autre attitude peu constructive : la flatterie. Les responsables de formation ne sont pas dupes. Mettre trop en avant la réputation de l'université peut fonctionner pour certains grands établissements parisiens ou pour certaines formations ciblées et reconnues, mais c'est un argument à manipuler avec précaution.

L'entretien est avant tout l'occasion de présenter de façon claire votre projet : quel est l'intérêt de ce master dans votre plan de carrière (qu'il s'agisse d'un futur emploi ou d'une volonté de poursuivre en thèse) ? Renseignez-vous bien sur la formation, soyez concis, allez à l'essentiel et… restez vous-même !

Réforme de la sélection en 2017

La première promotion d'étudiants concernée par la réforme sur la sélection en master est celle qui est entrée en M1 en septembre 2017. Les étudiants qui étaient en M1 en 2016-2017 ont, quant à eux, été sélectionnés à l'entrée du M2.
Attention, certains masters en psychologie et en droit bénéficient d'un statut dérogatoire. Dans ces formations, tous les étudiants titulaires d'une licence compatible ont été admis en M1. La sélection entre le M1 et le M2 est en revanche maintenue. Cette dérogation prendra fin à la rentrée 2018.