1. Un prof de droit donne des cours en direct sur Facebook
En bref

Un prof de droit donne des cours en direct sur Facebook

Envoyer cet article à un ami
Bruno Dondero expérimente une diffusion en direct de ses cours de droit des sociétés. Les étudiants savent déjà en tirer profit. // © Facebook/Capture d'écran
Bruno Dondero expérimente une diffusion en direct de ses cours de droit des sociétés. Les étudiants savent déjà en tirer profit. // © Facebook/Capture d'écran

À l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, un professeur de droit des affaires expérimente une méthode originale : des cours magistraux diffusés en direct sur Facebook. Les étudiants sont les premiers bénéficiaires de ce rendez-vous interactif.

"Il est temps de faire un peu de latin." Mines déconfites dans l'amphi, ce mardi 20 septembre. Au centre Panthéon, à l'université Paris 1, Bruno Dondero regarde malicieusement ses étudiants de licence 3. Puis son écran de smartphone. Le professeur de droit commence à disserter sur une obscure notion de droit des sociétés, l'affectio societatis. "Quand on utilise des mots latins, c'est que, vraiment, on veut embrumer les choses", s'amuse-t-il.

"Désembrumer" le droit, c'est un peu la tâche qu'il s'est fixée. Depuis la rentrée 2016, ce spécialiste en droit des affaires diffuse ses cours magistraux en direct sur Facebook Live. À son pupitre, un smartphone fixé à un trépied le filme en continu. Cette électronique dégrise les cours magistraux habituels : elle ouvre un cours pointu suivi par 300 étudiants à des milliers d'étudiants et d'internautes, qui peuvent réagir, commenter, poser des questions sur le vif. "Likes" et autres émoticones défilent sur la vidéo durant le cours, signes de l'intérêt.


25.000 lectures pour 300 étudiants

Les spectateurs virtuels (ou réels) sont invités à interagir. "Vous pouvez poster dans les commentaires des liens vers les arrêts cités, comme le site Legifrance", lance-t-il au micro, face caméra, espérant que ces contributions, alignant liens hypertextes, remarques et questions juridiques, finissent par constituer un "document pédagogique enrichi". Dans cette même fenêtre Facebook, on demande des précisions sur des notions qui n'ont pas paru claires : "Le mandataire n'a[-t-il] pas une obligation d'information ?". En voici un aperçu : 

"Ce qui me plaît dans ce système, c'est le fait de donner accès aux cours à des personnes qui ne sont pas inscrites à l'université. C'est facile à mettre en œuvre, et efficace", explique Bruno Dondero. Et ça marche : sa première vidéo culmine à 25.000 vues. Les autres dépassent toutes la barre de 1.000 consultations dès la première heure. Pas honteux pour un amphithéâtre de 300 étudiants. Surtout que les notions abordées peuvent effrayer les non-juristes : clauses léonines, promesses synallagmatiques... "Ça peut donner envie à l'internaute lambda de découvrir davantage le droit. Après, c'est un cours de droit de troisième année, ça demande des prérequis."

Lire aussi : Comment utiliser Facebook dans votre recherche d'emploi

Des spectateurs au Vietnam et en Afrique

Plus étonnant, le rayonnement de ce cours dépasse l'Hexagone. Il reçoit en live des messages du Sénégal, de Madagascar... et d'Asie du Sud-Est. Comme de la part de Vincent, ce mardi, qui l'interroge "en direct à Saigon, avec les étudiants en droit vietnamiens francophones". Sa question : "Comment réagit la Cour de Cassation devant la multiplication des QPC [Questions prioritaires de constitutionnalité] ?"

Côté étudiants, l'intérêt de ces cours en "replay" est immédiat. Comme pour Laura, 20 ans, en double maîtrise, présente ce matin : "Clairement, hier je n'ai pas pu venir, mais j'ai pu rattraper le cours grâce à la vidéo. Pour le prendre en notes, j'ai mis plus de temps que pour le cours normal, qui dure 1h30, parce que je faisais des pauses pour le recopier correctement. Au total, j'ai dû mettre 2h30, mais mes notes étaient plus complètes. Je suis étonnée, ça marche très bien."

Lire aussi sur EducPros : "À l'université Paris 1, des cours de droit en direct sur Facebook"