1. BTSA viticulture-oenologie
Boîte à outils

BTSA viticulture-oenologie

Envoyer cet article à un ami

Pour le BTSA viticulture-œnologie, retrouvez en un clic le programme, les débouchés, le nombre d’établissements qui le proposent et le taux de réussite. Source : Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), session 2015. En cas d’absence d’information, vous trouverez la mention NC (non communiqué).

Ce BTS est accessible en alternance.

OÙ SE FORMER au BTSA viticulture-oenologie

Pour trouver votre futur établissement :
- consultez notre annuaire des formations
- pour une formation en alternance, consultez notre annuaire de l'alternance

LES CHIFFRES CLÉS du BTSA viticulture-oenologie

- Nombre d'établissements : environ 50

- Origine des admis en 2016 : 26,7 % bac STAV, 25,4 % bac année antérieure, 21,1 % bac S, 19,8 % bac pro, 3,3% bac STI2D, 3,3 % bac ES

- Taux de réussite : 77,5 %

LE PROGRAMME du BTSA viticulture-oenologie

1re et 2e années :

- Volume horaire hebdomadaire : français (1 h) ; documentation (0,5 h) ; langue vivante (2 h) ; éducation socioculturelle (1,5 h) ; éducation physique et sportive (1,5 h) ; mathématiques (1,5 h) ; informatique (0,75 h) ; biologie-écologie (1,25 h) ; physique et chimie (1,5 h) ; sciences économiques, sociales et de gestion (3,75 h) ; sciences et techniques des équipements (1,5 h) ; agronomie (1 h) ; viticulture et œnologie (6 h) ; non affecté (dont modules d’initiative locale) (1,5 h) ; activités pluridisciplinaires (4,5 h)

- Volume horaire total : 1740 h

- Stage en entreprise : 12 à 16 semaines

Consulter le programme détaillé :

Le programme pédagogique national du BTSA viticulture-oenologie (pdf).

LES DÉBOUCHÉS du BTSA viticulture-oenologie

Le titulaire de ce BTSA peut assurer soit des fonctions de production de raisins de cuve ou de raisins de table, de bois et plants de vigne lorsqu’il est responsable de cultures, soit des fonctions de transformation telles que la vinification et l’élevage des vins ou la mise en bouteilles lorsqu’il est responsable de chais ou de cave. Il peut aussi, dans certaines situations cumuler l’ensemble de ces fonctions.
Dans les entreprises vitivinicoles, il exerce principalement son activité comme exploitant ou salarié. Il assure aussi des fonctions complémentaires de gestion et de commercialisation, notamment s’il est responsable d’une entreprise. Il peut aussi assurer des fonctions d’expérimentation, de conseil, de développement, d’expertise, d’évaluation et de gestion administrative au sein d’un organisme professionnel public ou privé.
Son degré de responsabilité et d’autonomie est variable selon la nature et la taille de l’organisme-employeur. De plus, avec l’expérience professionnelle acquise à l’issue de la formation initiale, les carrières peuvent évoluer jusqu’à des emplois à hautes responsabilités.

- Exemples de métiers : viticulteur(trice) - caviste - conseiller(ère) agricole

- Poursuite d'études : prépa ATS bio, autre BTSA en 1 an, certificat de spécialisation (commercialisation des vins ; conduite de la production viticole en agriculture biologique, transformation et commercialisation), licence professionnelle (gestion des organisations agricoles et agroalimentaires ; industrie agroalimentaire : gestion, production et valorisation ; agronomie ; commercialisation de produits et services...)

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bien choisir son BTS ou son DUT", par Christèle Boisseau-Potier.