1. BTS en apprentissage vs BTS sous statut scolaire : le match
Boîte à outils

BTS en apprentissage vs BTS sous statut scolaire : le match

Envoyer cet article à un ami
Apprentissage ou statut scolaire, une question de choix… // © plainpicture/Cultura/Ashley Jouhar
Apprentissage ou statut scolaire, une question de choix… // © plainpicture/Cultura/Ashley Jouhar

“BTS en apprentissage” ou “BTS sous statut scolaire”… Le dilemme est parfois intense quand on vise cette formation à bac+2. Quelles différences entre les deux ? À quel profil d'élève s'adaptent-ils le mieux ? L'Etudiant vous aide à choisir.

Poursuivre une scolarité classique, avec un BTS (brevet de technicien supérieur) sous statut scolaire, ou changer de dimension en mettant un pied dans le monde du travail, avec un BTS en apprentissage ? Si vous souhaitez vous orienter vers un BTS, ces deux possibilités s'offrent à vous.

La grande majorité des spécialités de BTS peut être validée sous les deux statuts. En revanche, l'offre proposée dans votre région peut limiter votre choix. Et quelques spécialités de BTS rares ou très spécialisées ne peuvent proposer qu'un type de statut, à l'image du BTS aéronautique, où les équipements lourds et chers de la branche rendent les enseignements pratiques inaccessibles pour les lycées. Ces BTS se suivent donc généralement en apprentissage.

Mais, quel que soit le statut sous lequel vous préparez votre BTS, vous passerez le même examen et obtiendrez le même diplôme. Le choix entre les deux types de formation va donc principalement dépendre de votre profil et de vos envies.

Envie d’indépendance ou de cadre ?

Entre un BTS sous statut scolaire et un BTS sous statut d'apprenti, "la différence majeure est que le jeune en apprentissage a un contrat de travail", explique Thierry Reygades, en charge de la formation professionnelle au Snes-FSU, principal syndicat d'enseignants. Concrètement, "cela permet d'avoir un salaire et une protection sociale (chômage, notamment) au même niveau que les salariés classiques", poursuit-il.

Lire aussi : Calculez votre salaire en alternance

Ce salaire correspond à un pourcentage du SMIC, selon votre âge. Par exemple, si vous avez entre 18 et 20 ans et que vous êtes en première année de BTS, votre rémunération sera d'environ 600 € par mois, elle avoisinera 725 € en seconde année. "L'apprentissage peut tomber à pic si le jeune a envie d'être indépendant, ou a besoin de revenus, et s'il n'a pas envie de rester dans un cursus type lycée, avec des cours tous les jours, toutes les semaines", souligne Gwenaël Surel, secrétaire national du SNPDEN, principal syndicat des chefs d'établissement.

Prêt pour un rythme soutenu ou non ?

Autre différence : en apprentissage, vous partagez votre temps entre le CFA (centre de formation d'apprentis), lieu où vous suivrez vos cours, et l'entreprise qui vous accueille. Le rythme varie : cela peut être, par exemple, une semaine en entreprise, une semaine en cours, ou trois jours en entreprise et deux jours en cours. "Globalement, c'est 50 % du temps en entreprise, 50 % en formation. Le temps de vacances scolaire est souvent passé en entreprise", précise Thierry Reygades.

Lire aussi : 5 questions pour bien choisir votre BTS

Les cours que vous suivez en CFA sont des enseignements généraux (français, maths…) et théoriques sur votre secteur. En formation classique dans un lycée, vous suivez ces mêmes cours, auxquels sont ajoutés des enseignements pratiques. En apprentissage, ces cours pratiques sont remplacés par le temps passé en entreprise.

Le rythme est ainsi généralement plus soutenu en apprentissage, "ne serait-ce que parce qu'il est parfois compliqué de travailler ses cours chez soi après 8 heures de travail en entreprise", relève Gwenaël Surel. Il s'agit en effet de remplir votre rôle en entreprise, dans un climat parfois moins bienveillant qu'au lycée, tout en gérant le travail personnel qui vous est demandé suite à vos cours. Jongler entre les deux mondes est parfois difficile, d'autant que celui de l'entreprise sera nouveau pour vous.

Une difficulté qui explique peut-être, entre autres, la différence entre les taux de réussite à l'examen. En effet, à la session 2015, ce taux était de 80 % pour les étudiants sous statut scolaire et de 74 % pour les apprentis. Pourtant, les épreuves à l'examen sont les mêmes, ce qui confirme que le diplôme a, dans les deux cas, la même valeur.

Trouver un employeur en apprentissage ? Pas si simple

Le monde de l'entreprise n'est pas toujours facile à intégrer. "Pour un jeune, trouver un BTS en apprentissage n'est pas simple. Les entreprises ont des critères de recrutement précis et les choix et obligations des élèves (lieu, logement…) peuvent rendre cette recherche véritablement difficile", avertit Gwenaël Surel. Thierry Reygades ajoute même qu'il y a "une majorité de cas où le jeune ne trouve pas d'employeur en apprentissage".

Lire aussi : Deux contrats d'alternance possibles : apprentissage ou professionnalisation

Mais cette entreprise, faut bien la choisir. "La qualité de formation du jeune dépend beaucoup de la qualité de l'entreprise, puisqu'elle est en charge de la formation pratique et professionnelle. Il s'agit de se tourner vers une entreprise qui a une politique de formation des jeunes", assure Thierry Reygades. Vous pouvez vous adresser aux CCI (chambres de commerce et d'industrie) et au CFA qui vous conseilleront.

Au vu de ces difficultés, il est conseillé d'envisager, en parallèle, une formation sous statut scolaire, dans le cas où votre recherche s'avérerait infructueuse. D'autant que suivre un BTS en formation classique ne vous laissera pas pour autant en dehors du monde du travail : entre 8 et 16 semaines de stage, selon les spécialités, sont au programme sur les deux années de formation.

Après le BTS : stop ou encore ?

L'insertion professionnelle après un BTS en alternance ou sous statut scolaire est similaire. Dans cet objectif d'insertion, il n'est pas préférable de suivre l'un ou l'autre de ces cursus, si ce n'est que, en apprentissage, vous avez des chances, une fois diplômé, d'être embauché dans l'entreprise dans laquelle vous étiez apprenti.

En revanche, la question du choix se pose si vous souhaitez poursuivre vos études après le BTS, par exemple en licence professionnelle. "L'apprentissage convient davantage aux élèves qui ne souhaitent pas faire d'études longues", indique Gwenaël Surel. En effet, "le système scolaire permet davantage de poursuivre ses études, car il y a une plus grande ouverture sur le champ professionnel visé. En apprentissage, c'est resserré sur le champ de l'entreprise", poursuit Thierry Reygades. Et d'ajouter : "Le lieu de formation est différent, et ce n'est pas qu'un détail géographique : les réseaux et les contacts avec le supérieur (universités, écoles, etc.) sont plus développés en lycée qu'en CFA", ajoute l'enseignant. À vous de choisir