1. Ces étudiants utilisent le sport pour créer du lien dans leur quartier
Portrait

Ces étudiants utilisent le sport pour créer du lien dans leur quartier

Envoyer cet article à un ami
Le premier événement de Sport&Fun était consacré aux arts martiaux. // © Sport&Fun
Le premier événement de Sport&Fun était consacré aux arts martiaux. // © Sport&Fun

ILS VONT FAIRE LA UNE. En mai 2017, l’équipe Sport&Fun a remporté le concours des projets Maison Frateli. Pendant un an, quatre étudiants ont créé des événements pour faire du sport avec les jeunes de leur quartier. Un moyen convivial de nouer des liens avec eux.

"Le sport est un moyen de rassembler des personnes d'origines différentes, et aussi de connaître les habitants de son quartier", justifie Mamadou Dosso, 24 ans. Cet étudiant en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Paris 5 est le "coach" de l'équipe Sport&Fun. Un projet récompensé en mai 2017 au concours du programme d'égalité des chances Maison Frateli, auquel l'Etudiant a participé en tant que membre du jury.

Sport&Fun a démarré dans les couloirs et escaliers d'une résidence étudiante, située porte de Vanves, dans le XIVe arrondissement de Paris. "Nous avons d'abord testé notre projet ici. Les autres résidents étaient très demandeurs, car ils n'ont pas souvent la motivation pour faire du sport seul", raconte Anaïs Mekki, 23 ans, étudiante en M1 histoire du patrimoine et des musées à Paris 1. Le projet a commencé par un brunch "sain" et l'organisation d'un parcours dans les étages de la Maison Frateli.

Du sport convivial

Sport&Fun est ensuite sorti de son environnement étudiant, pour élargir son public aux jeunes de son quartier, âgés de 14 à 17 ans. Au programme de ses animations gratuites : arts martiaux (judo, boxe...), danse, ou encore street workout (sport à mi-chemin entre la gymnastique et la musculation). "Avec un goûter à chaque fois ! Après l'effort, le réconfort !" insiste Mamadou, qui a compris comment motiver les jeunes pour qu'ils viennent aux événements.

"C'est difficile de les attirer lorsqu'ils ne nous connaissent pas. Il faut souvent aller à leur rencontre sur le terrain. Mamadou y arrive car il fait aussi de l'aide aux devoirs dans le quartier", souligne Anaïs, qui s'occupe de la recherche de lieux. Mamadou se charge quant à lui de trouver des intervenants bénévoles, tandis que Séraphine Koessa Bala gère la communication et Hamel Brahimi les courses.

Pour se financer, les quatre étudiants ont réussi à décrocher une subvention de 800 € du Fonds de participation des habitants.

Le mot clé du projet : "la bonne humeur". Hamel, 21 ans, en M1 droit des affaires à Paris 1, "aime le fait de se réunir autour du sport et, surtout, l'énergie qu'il y a dans [leur] groupe". "C'est un projet dynamique et qui donne envie d'échanger et de créer des liens."

Hamel, Anaïs, Séraphine et Mamadou posent avec leur prix et leur responsable encadrant.

Une équipe aux parcours différents

Pour l'année universitaire 2017-2018, les étudiants espèrent passer le flambeau à d'autres résidents Frateli. Seul Mamadou continuera avec Sport&Fun, qui s'inscrit aussi dans son projet professionnel. "Je voulais devenir professeur de sport lorsque j'ai choisi STAPS, mais j'ai maintenant plus envie de m'orienter vers du coaching et de la préparation physique", explique le jeune homme, qui anime aussi des colonies de vacances.

Anaïs souhaite "travailler dans la conservation du patrimoine, transmettre aux autres générations", tandis qu'Hamel voudrait "se lancer dans l'entrepreneuriat social". Quant à Séraphine, 24 ans, étudiante à l'Institut d'études judiciaires de Paris 5, elle aimerait "passer le barreau, puis se spécialiser en droit international ou dans les droits de l'homme". Un moyen pour elle de continuer à aider les autres.