1. Flore, en prépa HEC : "Il y a un énorme écart de niveau entre la terminale et la prépa"
Témoignage

Flore, en prépa HEC : "Il y a un énorme écart de niveau entre la terminale et la prépa"

Envoyer cet article à un ami
À Ipésup, l'emploi du temps est plus chargé que dans les prépas publiques ou privés sous contrat avec l'État. // © Bruno DELESSARD/Challenges-REA
À Ipésup, l'emploi du temps est plus chargé que dans les prépas publiques ou privés sous contrat avec l'État. // © Bruno DELESSARD/Challenges-REA

Le niveau de Flore en terminale S était excellent. Mais depuis son admission en prépa économique voie scientifique à Ipésup, à Paris, l'étudiante de 19 ans a vu ses notes chuter énormément. Elle consacre la majeure partie de son temps à travailler.

PalmarèsDécouvrez le palmarès général des prépas 2017

Flore ne s'attendait pas à une telle dégringolade. "Au bac, j'ai eu 20 en philosophie et 17 en maths. En prépa HEC, je me suis retrouvée avec 10 en culture générale et 2,5 en maths ! Il y a un énorme écart de niveau entre la terminale et la classe prépa." Pourtant Flore a fait sa terminale S dans un lycée de province prestigieux : Pierre-de-Fermat, à Toulouse (31). Avec une moyenne générale de 16, elle visait l'une des trois grandes écoles de commerce parisiennes : HEC, ESSEC ou ESCP Europe. Via la procédure APB, elle postule pour le lycée Stanislas à Paris. Sur liste d'attente, elle préfère opter pour Ipésup, où elle a été admise hors procédure APB.

Des professeurs très exigeants

Du fait de ce statut hors contrat d'Ipésup l'emploi du temps y est plus chargé que dans les prépas, publiques ou privées sous contrat avec l'État. Huit heures de cours, du lundi au vendredi. "Plusieurs professeurs dans chaque matière : certains font de la méthodologie, d'autres des cours magistraux." Des enseignants très exigeants. "Notre travail n'est jamais satisfaisant, il faut se remettre sans cesse en question", raconte-t-elle. "Le pire pour moi : je sens que je progresse, mais les notes restent très basses."

Lire aussi : La prépa, est-ce vraiment l'enfer ?

Peu de temps pour les loisirs

Flore a choisi de vivre dans un foyer d'étudiantes, à cause de l'ambiance de travail. Son emploi du temps est strict. "Je prévois des plages horaires précises pour chaque matière. Le week-end, je travaille jusqu'à 21 heures le samedi et 23 heures le dimanche." En première année de prépa HEC, elle courait deux fois par semaine et elle faisait du bénévolat dans un centre d'hébergement d'urgence. "Cette année, j'anime une séance de gym dans mon foyer, mais je n'ai plus le temps de faire autre chose."

Son niveau en terminale

18 en langues, 17 en histoire ;
16 en mathématiques et physique ;
13 en philosophie, 12 en français.