1. Cet étudiant a designé le billet de la finale de la Coupe de France de foot
Portrait

Cet étudiant a designé le billet de la finale de la Coupe de France de foot

Envoyer cet article à un ami
De l'amusement à la consécration : en remportant le concours de la Fédération française de football Corentin offre à son talent une superbe visibilité. // © Émilie Weymants
De l'amusement à la consécration : en remportant le concours de la Fédération française de football Corentin offre à son talent une superbe visibilité. // © Émilie Weymants

IL VA FAIRE LA UNE. Corentin Daudin est sur un petit nuage. Le 27 mai 2017, 80.000 personnes auront sa création entre leurs mains lors de la finale de la Coupe de France de foot qui verra s’affronter Angers SCO, "son club de cœur" et le PSG.

19 mars 2017, minuit. Corentin Daudin, un étudiant angevin de 20 ans en art et design, vient de remporter un concours lancé par la Fédération française de football : imaginer le prochain billet de la finale de la Coupe de France. "Je n'en reviens toujours pas", lâche-t-il deux mois plus tard.

L'aventure, lancée sur Internet au début du mois de février, s'est déroulée en deux temps. Une première sélection a été faite par un jury de professionnels. Des 100 propositions, ils n'en ont retenu que trois. Dont celle de Corentin. La deuxième manche s'est jouée via les réseaux sociaux. C'était à celui qui remporterait le plus de votes. "J'en ai recueilli 850", indique-t-il.

Tout s'est décidé dans la dernière ligne droite : en communiquant dans la presse régionale, mais aussi en mobilisant ses followers. "Je suis un des créateurs de la page de supporters, Incroyable Angers SCO, qui compte près de 15.500 abonnés sur Facebook", précise-t-il. Le 27 mai 2017, c'est bien son "club de cœur" qui disputera la finale face au Paris-Saint-Germain.

Lire aussi : Êtes-vous fait(e) pour devenir graphiste ?

Au début, un amusement

Plutôt timide "en vrai", Corentin ose presque tout sur les réseaux sociaux. "Je prends des risques que je ne prendrais pas ailleurs", reconnaît-il. Et ça paie. Durant son année de terminale pro SEN (systèmes électroniques numériques), il commence "à s'amuser" en réalisant quelques visuels du club angevin sur Photoshop. Des fonds d'écran, des affiches, des banderoles...

"Un de mes amis m'a dit : propose-les. Quelques heures plus tard, le community manager de l'équipe me répondait qu'ils allaient les publier." La machine est lancée. En 2016, il s'amuse toujours et crée une affiche pour la demi-finale de la Coupe d'Europe qui oppose la France à l'Allemagne. 55.000 personnes la "like" sur Facebook.

Du bénévolat

Sa recette : "Je fais, je défais, je mélange, je m'approprie les éléments (logos, joueurs...)". Nul en dessin, mais doué sur ordinateur, Corentin a appris seul, grâce à des tutos sur YouTube. Le graphisme est alors devenu une passion. Comme le foot. Après une année de BTS (brevet de technicien supérieur) informatique et réseaux, il a rejoint un BTEC (Higher National Diploma) art et design à l'École européenne de graphisme et de publicité, à Angers, sans même passer par une MANAA (mise à niveau en arts appliqués).

En première année, il décroche un stage chez Wap Two, la marque de Tony Parker, son idole. "Là encore, j'ai fait ma demande via les réseaux sociaux en glissant un lien vers mon portfolio", raconte Corentin qui a fait de son site Internet, CDesign 49, une vitrine qu'il actualise chaque jour. C'est d'ailleurs aussi le nom de la micro-entreprise qu'il a créé en 2015 pour honorer certaines commandes. Mais il le dit clairement : "Je ne cherche pas à gagner de l'argent". Ce qu'il préfère, c'est le coup de pub ! Ces dernières semaines, l'athlète Jimmy Vicaut ou la basketteuse Olivia Époupa se sont dits intéressés par ses créations. Il leur mettra à disposition, grâcieusement.

Lire aussi : Micro-entrepreneur, mode d'emploi

Grâce à tout cela, Corentin espère intégrer le Bachelor communication visuelle de l'EEGP, en alternance, dans un club sportif. En attendant, le 27 mai, il sera dans les loges VIP du stade de France. "Me dire que 80.000 personnes vont avoir mon billet entre les mains, c'est magnifique !"