1. Concours des écoles d’art : en quoi consistent-ils ?
Décryptage

Concours des écoles d’art : en quoi consistent-ils ?

Envoyer cet article à un ami
L'atelier de peinture de l'ENSAD. // © Sophie de Tarlé
L'atelier de peinture de l'ENSAD. // © Sophie de Tarlé
Sommaire du dossier
Retour au dossier Formations artistiques : à quoi sert une MANAA ? Écoles d’art : comment être admis en MANAA ? Intégrer une école d’art via une prépa : quelle sélection ? Quels débouchés ? Concours des écoles d’art : en quoi consistent-ils ?

Les concours diffèrent selon les écoles mais exigent tous une bonne culture artistique et la présentation d'un dossier de travaux personnels.

Chaque école organise son concours, ouvert aux bacheliers.

L'un des plus difficiles reste celui de l'ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs, avec environ 4 % de réussite). La sélection s'y déroule en deux temps. La première partie de l'épreuve se joue à domicile : un sujet "assez cadré" est publié sur le site Internet de l'école et les candidats ont quatre jours pour réaliser un dossier de dix planches. Outre ce test, ils doivent fournir des exemples de leur travail et une lettre de motivation.

Ensuite, les candidats encore en course viennent passer sur place une épreuve pratique (un sujet de création libre sur table) et une épreuve de réflexion (analyse et réflexion à partir d'une image). Ces deux tests sont suivis d'un entretien devant un jury où le candidat doit soutenir et commenter les différents travaux présentés depuis le début du concours. Pour réussir, mieux vaut savoir dessiner et se bâtir une solide culture générale.

Les écoles des beaux-arts en régions ne sont pas toutes aussi sélectives, mais les candidats retenus doivent néanmoins passer plusieurs épreuves (dessin, culture générale, langue) et un entretien devant un jury. Autres incontournables : le dossier de dessins personnels et la lettre de motivation.

Bien choisir son école d'art, par Céline Manceau

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Bien choisir son école d'art”,
par Céline Manceau.