1. Études d’arts : entrer en DNMADE en 5 points clés
Boîte à outils

Études d’arts : entrer en DNMADE en 5 points clés

Envoyer cet article à un ami
Quelles sont les clés pour entrer en DNMADE, cette filière sélective ? // © plainpicture/Score. by Aflo/Shingo Tosha
Quelles sont les clés pour entrer en DNMADE, cette filière sélective ? // © plainpicture/Score. by Aflo/Shingo Tosha

Parmi les élèves de terminale qui s’intéressent aux arts appliqués, certains seront doublement pionniers en cette session d’orientation 2018. Au-delà de la plate-forme Parcoursup, ils expérimentent aussi la procédure d’inscription dans un tout nouveau cursus, le diplôme national des métiers d’arts et du design, ou DNMADE.

D’ici 2019, tous les BTS (brevets de technicien supérieur) en arts appliqués, les diplômes des métiers d’arts et les MANAA (mises à niveau en arts appliqués) seront remplacés par un nouveau diplôme, le DNMADE (diplôme national des métiers d’arts et du design). Dès la rentrée 2018, 13 académies amorcent le changement.

Avantage de ces cursus en trois ans : leur inscription dans le système européen LMD, qui facilite les mobilités et les poursuites d’études à bac+5. Mais pour l’heure, les lycéens inaugurent un nouveau mode de recrutement, qui a généré une série d’incertitudes. Pour y voir plus clair, l'Etudiant vous donne 5 grands repères à son sujet.

1. Un niveau artistique minimum est-il requis ?

"Il ne s’agit pas de sélectionner les élèves sur un portfolio artistique mais de repérer des potentiels créatifs, souligne Brigitte Flamand, inspectrice générale de l’Éducation nationale. On n’attend pas d’un jeune qu’il sache faire dès l’entrée dans une formation ce qu’il vient justement y apprendre." Si les établissements vous donnent la possibilité – ou exigent – de présenter des travaux personnels, ce n’est donc pas pour les noter et déterminer un niveau de compétences en dessin, photo ou autre, mais plutôt pour s’assurer de votre motivation.

"Ces études supposent un fort engagement et une grande ouverture d’esprit", précise en effet Jean-Philippe Lanot, responsable des formations en design du lycée L’Initiative, à Paris. C’est pourquoi il demande aux candidats d’ajouter à leurs réalisations personnelles un texte pour argumenter leur choix : "Ce sera tout aussi important que la curiosité et la personnalité qui se manifestent dans les croquis, collages ou vidéos présentés".

Pour Jacques Rousselet, proviseur du lycée Claude-Nicolas Ledoux, à Vincennes, "s’il n’est pas impératif d’avoir une pratique artistique régulière pour intégrer un DNMADE, il est essentiel de s’intéresser d’ores et déjà à l’actualité culturelle". N’oubliez pas de raconter vos dernières visites d’expositions !

2. Les bacheliers STD2A seront-ils avantagés ?

Auparavant, les bacheliers sciences et technologies du design et des arts appliqués, avec un bagage créatif de trois ans à leur actif, intégraient directement un BTS tandis que les lycéens venant d’autres filières technologiques ou d’un bac général, novices en arts appliqués, passaient d’abord par une mise à niveau, ou MANAA. Désormais, ces deux publics sont invités à postuler sans distinction en première année de DNMADE, aussitôt après la terminale.

Lire aussi : Parcoursup, les attendus en licence d'arts et d'arts plastiques

Les candidatures des premiers risquent-elles d’éclipser les candidatures des autres ? "Vu les attendus fixés au niveau national, il est évident que les élèves issus de STD2A les remplissent sans un grand besoin de justification. Ceci dit, un jeune de série S ou L qui fait régulièrement de la photo, profite de chaque période de vacances pour suivre des cours de poterie, sans négliger ses résultats scolaires, témoignera bien sûr d’une motivation et d’une capacité d’adaptation très intéressantes", explique par exemple Jacques Rousselet.

Brigitte Flamand confirme qu’il y aura "une forte bienveillance" vis-à-vis des bacheliers STD2A mais assure que le recrutement est ouvert et insiste sur la nécessaire mixité des promotions. "Nous voulons donner leurs chances à des personnes qui, pour des questions d’information ou d’auto-censure, ne se seraient pas lancées dès la classe de seconde dans les arts appliqués. Un bachelier ES ou S aura des aptitudes à conceptualiser précieuses en design, tandis que des bacheliers pro apporteront une certaine maîtrise des outils. De quoi s’enrichir mutuellement", assure Éric Menault, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques du lycée Le Corbusier de Strasbourg.

3. Le choix d’une mention de DNMADE est-il déterminant ?

"En MANAA, les élèves de bac général pouvaient toucher à différents domaines artistiques avant de choisir une spécialité de BTS. Désormais, dès leur candidature sur Parcoursup, ils doivent opter pour l’une des 15 mentions de DNMADE", précise Jacques Rousselet. Il est clair qu’on ne s’inscrit pas avec les mêmes objectifs dans une mention "numérique", "patrimoine" ou "textile", et qu’il faudra donc mûrir plus son projet en amont. Néanmoins, le principe du LMD, délivrant des crédits ECTS à chaque semestre, est de faciliter les équivalences et les réorientations. Certains lycées, dont Claude-Nicolas Ledoux, réfléchissent à des parcours de découverte et des passerelles, grâce à des partenariats avec d’autres établissements. Reste à voir comment s'effectuera la mise en œuvre de ceux-ci.

Lire aussi : Écoles d'arts appliqués : le palmarès des pros

À l’Institut Sainte-Geneviève à Paris, Benoît Moriceau peut toutefois donner un point de repère rassurant aux lycéens : "Parmi les 36 élèves de notre classe de MANAA cette année, seuls six ou sept sont arrivés sans savoir vraiment ce qu’ils voulaient faire. Une quinzaine pensaient d’ores et déjà à l’animation et ils n’ont pas changé de projet".

4. Quelles réalisations personnelles inclure à un dossier de candidature ?

"On peut être créatif de différentes manières et en faire la preuve dans des domaines qui ne sont pas forcément ceux de l’image", insiste Brigitte Flamand. Pas de panique donc si vous n’avez à disposition ni aquarelles ni carnet de croquis. Non seulement les jurys seront attentifs à une grande variété de styles, mais ils ne souhaitent pas s’arrêter au champ culturel pour s’assurer de votre inventivité. "Le fait d’avoir décroché un brevet d’animation comme le BAFA ou de faire partie d’une association témoignent d’une capacité à s’impliquer dans la vie sociale et à développer une relation aux autres. Ce sont justement des qualités importantes dans le design", souligne Déborah Buteau, enseignante au lycée Le Corbusier.

Il ne faut pas hésiter à constituer des dossiers protéiformes, bien au contraire, cela montre que l’on est prêt à expérimenter de nouvelles choses", ajoute Jean-Philippe Lanot. Bref, que vous souhaitiez montrer une œuvre numérique ou un moulage, ou encore raconter un spectacle, "soignez l’expression et la présentation, conseille Benoît Moriceau, cela reflète d’emblée votre investissement".

5. Passerez-vous forcément un entretien ?

C’est l’une des nouveautés de Parcoursup et la plupart des lycées proposant un DNMADE s’en sont saisies, mentionnant l’entretien parmi les conditions d’admission. Cependant, celui-ci semble surtout envisagé comme un recours possible lorsque les jurys ont besoin d’un complément d’information. "Les élèves de formations proches du domaine du DNMADE seront dispensés d’entretien", précise par exemple le lycée de la communication Saint-Géraud, en Auvergne. Par ailleurs, de nombreux lycées réfléchissent à des entretiens à distance pour éviter les frais de trajet et donc les inégalités géographiques entre les candidats.