1. Ce champion de diabolo jongle entre études à Strasbourg et compétition à Hollywood !
Portrait

Ce champion de diabolo jongle entre études à Strasbourg et compétition à Hollywood !

Envoyer cet article à un ami
Jérôme Coquelle, étudiant à l'EM Strasbourg, est un jeune talent des arts du cirque. // © Tom Chevé
Jérôme Coquelle, étudiant à l'EM Strasbourg, est un jeune talent des arts du cirque. // © Tom Chevé

IL VA FAIRE LA UNE. Jérôme Coquelle, 22 ans, étudiant en quatrième année à l’EM Strasbourg, a été désigné pour représenter la France aux Championnats du monde de performances artistiques 2017, début juillet, à Hollywood. Son talent : le diabolo.

Dans quelques jours, il s'envolera pour Hollywood. Jérôme Coquelle va représenter la France aux Championnats du monde de performances artistiques, dans une discipline peu commune : le diabolo ! Une chose est sûre : à 22 ans, Jérôme n'est pas un étudiant de l'EM Strasbourg comme les autres…

Une passion depuis l'enfance

La découverte du diabolo a été pour lui une illumination : "Quand j'avais 7 ans, mes parents m'ont inscrit dans une association de quartier qui faisait du cirque. J'ai tout de suite aimé ça. J'ai d'abord touché à tout, mais j'étais particulièrement attiré par la jonglerie. Vers 10 ans, en voyant quelqu'un faire une figure de diabolo, j'ai trouvé cela génial."

Depuis, Jérôme a franchi bien des étapes dans cette discipline, pratiquée par un petit nombre d'adeptes. Il a rejoint un cours d’adultes à Lille (59), avant de se lancer sur scène. Il y a trois ans, il jouait pour la première fois son numéro dans un café de la ville. Depuis, multipliant les prestations dès qu'il le peut, il ne cesse de l’améliorer, avec l’aide de ses proches notamment. "En primaire, mes deux meilleurs amis se sont aussi mis au diabolo, donc on s’entraînait ensemble et on s'encourageait", souligne-t-il.

Une dizaine d'heures d'entraînement par semaine

Pour le jeune homme, allier études et passion a été plutôt facile. Au lycée, où il était en internat, il disposait même d'une salle pour s'entraîner. Puis, quand la question d'aller en école de cirque s'est posée, il a pris en compte l'avis de ses parents : "Ils m'ont poussé à faire d'autres études d'abord, à ne pas prendre de risque, sans pour autant me décourager dans ma passion."

Lire aussi : Au cœur de l’École nationale des arts du cirque : sur la piste des futures étoiles

Après un BTS commerce international, choisi pour "le large spectre de matières qu’on y étudie", il a intégré le programme grande école de l’EM Strasbourg. "Je voulais poursuivre mes études en école de commerce, notamment pour la vie associative, et le master en marketing et gestion d’événements me tentait beaucoup."

Président du bureau des arts de son école de commerce pendant l'année 2016-2017, Jérôme a dû prendre sur le temps qu'il accordait à sa passion, sans la laisser tomber pour autant. Quand il décide de participer au concours La palme des talents étudiants, le jeune homme peut compter sur la bienveillance de son école. "Normalement, je m'entraînais entre sept et douze heures par semaine. Mais avec l'association, j'avais de moins en moins de temps. Avant le concours, en janvier, je suis allé voir l'administration pour leur dire que je voulais vraiment me préparer. J’ai obtenu un aménagement d’emploi du temps, de l’aide pour ma communication et la prise en charge financière de mes billets d’avion."

En route pour Hollywood

Grâce à sa victoire à La palme des talents étudiants, en mars, le voici sélectionné pour les Championnats du monde de performance artistique 2017. Le 30 juin, il prendra la direction d'Hollywood pour un concours qui regroupe 50 pays et des artistes de toutes les disciplines du spectacle vivant. "Mon défi va être de faire une performance d'une minute seulement, alors que mon numéro en fait normalement huit !"

Jérôme compte bien profiter à fond de tout ce que cette compétition peut lui offrir : des masterclass, des séminaires… et, pourquoi pas, des contrats professionnels ! "Je suis lucide, et je compte finir mon master à l'EM Strasbourg. J'aimerais intégrer le M2 marketing et gestion d'événements", tempère l'artiste qui, à l'approche des championnats, ne cache cependant pas son enthousiasme : "Si j'avais une grosse opportunité à Hollywood, j'envisagerais peut-être de mettre un peu les études de côté pour vivre le truc à fond."