1. Un MOOC pour se poser les bonnes questions en matière d'orientation
Coaching

Un MOOC pour se poser les bonnes questions en matière d'orientation

Envoyer cet article à un ami
PQPM, lancé en 2002 par l'Essec, a essaimé dans plus d'une centaine d'établissements. // © ESSEC
PQPM, lancé en 2002 par l'Essec, a essaimé dans plus d'une centaine d'établissements. // © ESSEC

2.000 lycéens de terminale testent actuellement le MOOC "Se préparer aux études supérieures". Des vidéos ludiques imaginées par l'ESSEC pour apprendre à se poser les bonnes questions en matière d'orientation et réussir son entrée dans le supérieur.

Comment fonctionne APB ? Quelle est la différence entre un BTS (brevet de technicien supérieur), un DUT (diplôme universitaire de technologie) et une prépa ? Quels sont les bons réflexes méthodologiques pour réussir à l'université ? Qu'est-ce que cela signifie qu'être boursier ?

Si vous faites partie des 2.000 étudiants d'Île-de-France qui testent de novembre 2015 à février 2016 "Se préparer aux études supérieures", le SPOC (Small Private Online Course) imaginé par l'ESSEC pour faciliter l'orientation des lycéens, vous devriez obtenir quelques réponses. Un format court - entre 3 et 5 minutes par vidéo -, un graphisme attrayant, un ton décalé et très pédagogique : voilà les ingrédients de ces 36 vidéos innovantes, conçues par l'école de commerce en partenariat avec des professeurs du secondaire et les rectorats de Créteil et Versailes.

L'objectif ? Faciliter le passage entre le lycée et l'enseignement supérieur, pas franchement évident, en particulier pour les élèves issus de milieux modestes. Après le succès d'"Une grande école : pourquoi pas moi ?" (PQPM), un programme de tutorat de lycéens issus de milieux défavorisés par des étudiants, lancé il y a un peu plus de dix ans, l'ESSEC a choisi de miser sur le numérique. L'idée ? Toucher plus d'élèves, et pas seulement ceux qui ont fait l'effort de s'informer.

Apprendre à se poser les bonnes questions

Dans certaines classes, l'expérimentation a lieu dans le cadre de l'accompagnement personnalisé, dans d'autres pendant les heures de vie de classe à raison environ de 2 heures tous les 15 jours. Certains enseignants demandent aux élèves de visionner les vidéos à la maison, d'autres en début de cours. Dans tous les cas, elle donne lieu ensuite à une discussion et un travail d'approfondissement en ateliers en cours.

Laissant beaucoup de place aux témoignages, retours d'expériences et conseils d'étudiants - eux-mêmes anciens bénéficiaires de PQPM -, mais aussi de professeurs ou de professionnels, ces vidéos sont d'abord là pour aiguiser la curiosité des élèves. Et les inciter ensuite à aller chercher l'information. "L'enjeu de votre entrée dans le post-bac, c'est l'autonomie", commente Nathalie Broux, enseignante référente Mooc. Les participants répondent à des quizz qui leur permettront de valider les compétences acquises durant la formation, elle-même sanctionnée par une attestation valorisable sur un CV.

Un SPOC pour les élèves de seconde

De mars à juin 2016, des élèves de seconde expérimenteront à leur tour un second SPOC. Toujours à travers des témoignages, il s'agira de les aider à prendre leurs marques au lycée afin de commencer à construire leur projet d'orientation. "Au-delà de l'école, on veut aussi leur faire prendre conscience de l'importance d'avoir des activités périscolaires ou de maîtriser des langues étrangères qui constituent des éléments terriblement différenciants par la suite sur un CV", explique Chantal Dardelet, directrice du Pôle Égalité des chances de l'ESSEC.

À la fin de l'expérimentation, 600 lycéens seront invités à débattre avec les témoins qui s'expriment dans les vidéos dans le cadre d'un séminaire.

Dès la rentrée 2016, l'objectif est de faire profiter un maximum d'élèves des vidéos, en classe, ou sur la Toile, sous forme de MOOC accessibles depuis la plate-forme FUN.