1. Ysaora Thibus, étudiante en management, est un espoir de l’escrime aux jeux Olympiques
Portrait

Ysaora Thibus, étudiante en management, est un espoir de l’escrime aux jeux Olympiques

Envoyer cet article à un ami
Ysaora Thibus vise une médaille aux Jeux olympiques de Rio. // © FFE-Augusto Bizzi
Ysaora Thibus vise une médaille aux Jeux olympiques de Rio. // © FFE-Augusto Bizzi

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR ! Ysaora Thibus est l’un des espoirs de l’escrime tricolore. À quelques mois des jeux Olympiques de Rio, la fleurettiste de 24 ans prépare son mémoire de master en management à l’ESCP Europe, tout en visant une médaille olympique.

2016 sera-t-elle l’année d’Ysaora Thibus ? Escrimeuse de l’équipe de France, vice-championne du monde en 2013 et en lice pour les jeux Olympiques, la jeune femme de 24 ans termine aussi ses études de commerce à l’ESCP Europe. Sa rencontre avec l’escrime, à 7 ans, a tout du coup de foudre. "Je n'ai pas choisi l'escrime. C'est l'escrime qui m'a choisie", assure-t-elle.

Pôle Espoirs escrime à Aix-en-Provence

Élève brillante, elle quitte à 17 ans sa Guadeloupe natale pour le pôle Espoirs escrime féminine d’Aix-en-Provence. Bac scientifique mention très bien en poche, Ysaora veut pousuivre ses études. "L’école a toujours été aussi importante que mon sport. C’est à Paris que je voulais commencer mes études supérieures. "Inscrite en double licence de droit et d’économie à la Sorbonne, Ysaora ne parvient pas à concilier études et entraînements. Elle arrête le droit et obtient sa licence d’économie.

L'ESCP Europe, une école "conciliante"

En 2013, la sportive de haut niveau choisit l’ESCP Europe, école de management. "Ils sont conciliants par rapport à notre statut et à notre ambition sportive." Ysaora y bénéficie d’aménagements de son emploi du temps. L’escrimeuse devient alors vice-championne du monde par équipe. La même année, elle reçoit le prix Bernard Destremau de l'Académie des sciences morales et politiques. Ce prix récompense un sportif de haut niveau qui mène avec brio compétition et études supérieures.

Master en management

Depuis la rentrée 2015, la sportive est en master de management. Cours le matin, entraînement l’après-midi à l’INSEP (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), elle revenait parfois à l’école en fin de journée, au premier semestre. "Il arrivait que le cours finisse à 15 h 30 et que l’entraînement ait lieu à l’INSEP à 16 h. Même en partant un peu en avance, j’arrivais en retard", déplore-t-elle. En césure depuis janvier 2016, Ysaora en a fini avec la course entre l’école et l’INSEP. Elle rédige son mémoire. La fleurettiste apprécie de bûcher en binôme avec son camarade de promo : l’escrimeur Alex Fava.

Objectif JO

Même s’il lui arrive encore de potasser dans l’avion, ce nouvel emploi du temps permet à Ysaora de préparer les Jeux, pour lesquels elle vient tout juste de se qualifier. Aidée par sa fédération et ses sponsors, Ysaora a également ouvert une plate-forme de financement participatif sur Sponsorise.me afin de boucler son budget pour Rio. Quels que soient son palmarès aux Jeux et la suite de sa carrière sportive, la formation d’Ysaora lui permet d’envisager sereinement son avenir. “Je sais que si je veux arrêter l’escrime, je pourrai m’épanouir dans un autre domaine”, conclut-elle. Ce qui ne l’empêche pas de viser le haut du podium.