1. Classement 2017 des écoles d'ingénieurs : le top 10 pour côtoyer des étudiants internationaux
Bancs d’essai

Classement 2017 des écoles d'ingénieurs : le top 10 pour côtoyer des étudiants internationaux

Envoyer cet article à un ami
Dans le cycle ingénieurs de l'ENAC, 34 % des étudiants sont étrangers. // © David Aubert/ENAC
Dans le cycle ingénieurs de l'ENAC, 34 % des étudiants sont étrangers. // © David Aubert/ENAC

Voici, d'après notre palmarès 2017 des écoles d'ingénieurs, celles qui comptent la part la plus importante d'élèves-ingénieurs de nationalité étrangère.

Palmares-des-ecoles-de-commerce-postbac-en-4-ou-5-ansDécouvrez tous les résultats de notre palmarès des écoles d'ingénieurs 2017

Presque toutes les écoles d'ingénieurs donnent la possibilité à des étudiants étrangers de venir passer quelques mois ou plusieurs années sur leur campus français. Les recrutements se font via des partenariats académiques de double diplôme ou via la création de filières spécifiques. Pour les étudiants français, c'est l'occasion de vivre une expérience multiculturelle. Les écoles qui accueillent le plus d'étudiants internationaux sont aussi souvent celles qui encouragent leurs étudiants à partir et à apprendre une seconde langue vivante. Dans le trio de tête, on retrouve cette année IMT Atlantique, l'école des Ponts Paris-Tech et Sup Galilée.

Part d'étudiants étrangers dans le cycle ingénieurs
École des ponts ParisTech, Marne-la-vallée 42 %
IMT Atlantique (diplôme Télécom Bretagne) 42 %
Sup Galilée, Villetaneuse (accessible à bac) 37 %
EIDD, Paris 36 %
Télécom ParisTech 36 %
ESIGELEC, Rouen (accessible à bac) 35 %
EIL Côte d'Opale, Saint-Omer (accessible à bac) 34 %
ENAC, Toulouse 34 %
EME, Rennes (accessible à bac) 32 %
CentraleSupélec (diplôme Centrale) 31 %

Les écoles sont accessibles à bac+2 sauf exception signalée.

Lire aussi : Les meilleures écoles d'ingénieurs dans 10 autres domaines

Zoom sur l'IMT Atlantique

École publique avec un cursus de trois ans, Télécom Bretagne deviendra IMT Atlantique en 2017 (après sa fusion avec Mines Nantes). L'établissement, créé en 1977, a toujours mis l'ouverture internationale au cœur de sa pédagogie. Avec l'enseignement de deux langues étrangères et un séjour obligatoire de trois mois à l'étranger pour les étudiants français, mais aussi avec l'accueil d'élèves internationaux : 42 % des ingénieurs en 2016 sont venus de 50 pays différents.