1. Geoffroy Mathieu, champion de France de natation et élève ingénieur
Portrait

Geoffroy Mathieu, champion de France de natation et élève ingénieur

Envoyer cet article à un ami
Geoffroy Mathieu s'est toujours entraîné dans les bassins de Clermont-Ferrand. // © Marielsa Niels / Hans Lucas pour l'Etudiant
Geoffroy Mathieu s'est toujours entraîné dans les bassins de Clermont-Ferrand. // © Marielsa Niels / Hans Lucas pour l'Etudiant

IL VA FAIRE LA UNE. Champion de France dans la catégorie 200 mètres dos, Geoffroy Mathieu, 20 ans, est aussi étudiant en école d'ingénieurs. La tête sur les épaules, il vise à la fois les JO de Tokyo et son diplôme.

Geoffroy Mathieu, 20 ans, a commencé à nager dans les bassins clermontois dès l'âge de 5 ans, "chez les bébés-nageurs", sourit-il. Au collège, il intègre une section sportive. "Je faisais de la natation plus pour le plaisir que pour la performance", se souvient-il.

Au lycée, un entraîneur, Bruno Verweirde (qui est toujours à ses côtés), le pousse à développer ses aptitudes. Geoffroy enchaîne alors les progrès et entre dans l'équipe de France de natation des jeunes à 16 ans.

Lire aussi : Lycéenne en section sportive : "L'entraînement a une incidence positive sur la vie scolaire"

En parallèle de ses entraînements intensifs, il maintient au lycée une moyenne tournant autour de 12-13/20 et obtient son bac S. Attiré par la chimie et les SVT (sciences de la vie et de la Terre), il hésite dans ses choix d'orientation et finit par se tourner vers l'école d'ingénieurs Sigma Clermont, qui propose un parcours adapté aux sportifs. "Je vais faire sept ans d'études au lieu de cinq, mais cela en vaut la peine au vu de mes résultats", affirme-t-il.

Champion de France en mai 2017

Geoffroy savoure sa récente victoire en 200 mètres dos, le 23 mai 2017, aux championnats de France de natation. "C'est une surprise, je ne m'attendais pas à faire un aussi bon temps (1'57''04) !" Ce résultat le qualifie pour les championnats du monde de Budapest, qui se dérouleront fin juillet 2017.

Geoffroy Mathieu

Pourquoi le 200 mètres dos ? "J'avais des capacités physiques qui m'y prédisposaient, et puis je ne voulais pas faire de papillon, qui nécessite de développer une grande masse musculaire... Pour cette nage, il faut de l'endurance dans la force, savoir faire durer l'effort. Cela demande plus d'entraînement que pour le 100 mètres", explique le champion, qui évolue en équipe de France senior depuis un an.

Entre deux entraînements, les cours

Les efforts de Geoffroy, qui s'entraîne une quinzaine d'heures par semaine, commencent donc à porter leurs fruits. Il avait fini quatrième aux championnats de France de 2014. "Les résultats m'importaient peu, du moment que mon temps s'améliorait et que je parvenais à être en finale", confie le nageur. Il admet tout de même que ce sport est "ingrat". "On peut s'entraîner énormément pendant quatre mois pour finalement faire un mauvais résultat. Tout se joue sur très peu de temps."

Geoffroy arrive à gérer études et bassin grâce aux aménagements de son école. "Je rattrape les cours en prenant les notes prises par mes amis, mais aussi en demandant des heures de tutorat à mes enseignants lorsque je rentre de plusieurs jours de compétition", décrit-il.

En deuxième année, le jeune homme ne sait toujours pas à quel métier se destiner. "Je ne veux pas être entraîneur en tout cas, ni passer ma vie dans le sport", assure-t-il.

Les objectifs sportifs sont pour lui plus limpides : "Atteindre les Jeux olympiques de Tokyo en 2020" et, pourquoi pas, se mettre à rêver d'une médaille.