1. LaSalle Beauvais : favoriser l’égalité hommes-femmes
Enquête

LaSalle Beauvais : favoriser l’égalité hommes-femmes

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Les Mines de Nantes : sensibiliser les étudiants au développement durable dès la première année L’ENSAM encourage les jeunes issus de milieux populaires LaSalle Beauvais : favoriser l’égalité hommes-femmes L’École centrale de Marseille : des étudiants impliqués dans la vie associative

À LaSalle Beauvais, pour certaines catégories de personnel, “les femmes sont mieux payées que les hommes”, déclare, d'un ton amusé, Pascale Cousin, chargée de développement RH dans cette école d'ingénieurs agronomes depuis 2009. Certes, beaucoup de critères entrent en considération pour la rémunération, s'empresse-t-elle de tempérer. Néanmoins, cette affirmation en dit long sur la politique de l'établissement.

 
Bienvenue aux femmes, élèves ou salariées !

 

Parité respectée en ce qui concerne les salariés, et plus que respectée du côté des élèves (57 % des élèves sont des filles, en raison des spécialisations)... Voté en décembre 2011, le plan d'action sur l'égalité hommes-femmes vient structurer les bonnes pratiques de l'école. Pas de réunion avant 8 heures ni après 17 heures afin de préserver l'équilibre vie privée-vie professionnelle, attention particulière portée à la formation, recrutement assuré par un jury mixte. Et, surtout, une volonté affichée de “ne pas pénaliser les femmes qui reviennent de congé maternité”, que ce soit en termes d'évolution de carrière ou d'augmentation, souligne Pascale Cousin.

Enseignante-chercheuse depuis 10 ans à LaSalle Beauvais, Dorothée Bizeray-Filoche en est le parfait exemple : “J'ai bénéficié d'un congé maternité d'un an pour mes jumeaux en 2009, puis d'un autre de 15 mois après ma deuxième grossesse”, témoigne-t-elle. L'école n'a fait aucune difficulté et a tout de suite trouvé un remplaçant pour les cours. À son retour pour la rentrée 2012, la jeune femme prend alors ses fonctions de responsable de la première année “agriculture et alimentation santé”, et son poste est aménagé, à sa demande, en 4/5e.

Dorothée Bizeray-Filoche n'a pas l'impression d'être une exception : “À LaSalle Beauvais, c'est normal.” D'ailleurs, sa supérieure hiérarchique directe est une femme, “qui revient aussi de congé maternité” !