Mines de Saint-Etienne : une première année de tronc commun

A 22 ans, Maxime est étudiant en deuxième année à l’Ecole des mines de Saint-Etienne. En parallèle de ses études, il termine son mandat de président du BDE (Bureau des élèves) avant de partir à la rentrée prochaine faire le tour du monde en année de césure. Le Haut-Savoyard a trouvé un créneau dans son emploi du temps chargé pour nous raconter sa vie d’élève ingénieur.

Publié le

Ses débuts à l’Ecole des mines de Saint-Etienne ? "Complètement fous, avoue Maxime. Je débarquais dans un monde totalement nouveau. Dès notre arrivée, nous sommes aussitôt repartis pour le voyage d’intégration." Un voyage conçu et encadré par l’école, atypique dans le monde des écoles d’ingénieurs. Les 130 élèves ingénieurs civils des Mines partent 5 jours en randonnée dans les Alpes et passent leurs nuits en bivouac. Une manière d’appréhender le travail en équipe et de lancer "un esprit de promotion", selon l’Ecole. Le Haut-Savoyard qu’est Maxime se sent dans son élément : "C’est dans la difficulté qu’on se découvre. J’ai alors rencontré les personnes avec lesquelles je fonderais bien une entreprise plus tard, de vrais potes."

Une pédagogie par projets

Une fois rentré du voyage d’intégration, Maxime attaque la première année de tronc commun du cursus "ingénieur civil des mines". Physique, mathématiques, informatique… Les enseignements restent encore assez théoriques, selon l’élève ingénieur, qui compte une vingtaine d’heures de cours dans son emploi du temps. Maxime découvre dans le même temps la pédagogie par projets. "Le travail en école d’ingénieurs est complètement différent du lycée ou de la prépa. On ne bachote plus, on travaille en groupe sur plusieurs projets en même temps. Du coup, on est toujours en réunion." Une façon de travailler qui plaît tout de suite à Maxime. "Le cursus a été créé comme une passerelle vers le métier d’ingénieurs", confie le jeune homme.

Premier stage

Le premier stage "ouvrier" a lieu en février. Maxime choisit de retourner en Haute-Savoie dans le groupe ZF. Il se retrouve à la chaîne d’assemblage pendant un mois en équipe. Et juge l’expérience "passionnante". "J’ai aimé comprendre comment une usine fonctionne."
Pour les évaluations, le contrôle continu est de mise. Avec ses différentes activités au sein du BDE et même s’il " y a moins de travail qu’en prépa", Maxime manque de temps pour réviser et se retrouve "en milieu de classement". Un constat qui ne soucie guère l’étudiant, qui a fait le choix de vivre pleinement tous les aspects de la scolarité offerts par l’école.


Sylvie Lecherbonnier
Janvier 2011

Crédit photo : SL


Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus



TROUVER UNE FORMATION

Annuaire de l'enseignement supérieur

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Annuaire de l'alternance

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Les palmarès de l'Etudiant

Les études par spécialité


Les établissements à la une

Zoom sur

Voir toutes les fiches















OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site