1. Le banc d'essai 2016 des écoles en cinéma d'animation : les préférées des pros
Bancs d’essai

Le banc d'essai 2016 des écoles en cinéma d'animation : les préférées des pros

Envoyer cet article à un ami
Créée en 1963, l'école des Gobelins est toujours plébiscitée par les pros. // © Éric Garault pour L'Étudiant
Créée en 1963, l'école des Gobelins est toujours plébiscitée par les pros. // © Éric Garault pour L'Étudiant

Quelles sont les meilleures écoles de cinéma d'animation selon les professionnels ? Dans lesquelles recrutent-ils en priorité ? Notre enquête vous les révèle, en vous donnant tous les éléments pour les comparer avec vos propres critères.

Futurs concepteurs de jeux vidéo ou de films d'animation, le rêve est-il à votre portée ? Selon le baromètre annuel du SNJV (Syndicat national du jeu vidéo), réalisé entre début mai et fin juin 2015, un peu plus de 49,3 % des studios de développement français signalent qu'ils vont embaucher en 2016. Quant à l'industrie française du cinéma d'animation, elle se situe au troisième rang mondial et emploie 5.000 personnes, dont 80 % travaillent avec le statut d'intermittent.

Mais pour vous faire une place dans ce secteur convoité, il vaut mieux vous assurer de suivre une formation dans une école réputée, où le réseau des anciens facilitera vos débuts.

Lire aussi : Zoom sur 66 formations en cinéma d'animation

Les écoles de cinéma d'animation préférées des pros

Écoles d'animation Nombre de points Nombre de citations
Gobelins - l'École de l'image, Paris 330 45
Supinfocom-Rubika, Valenciennes 140 22
EMCA, Angoulême 54 11
ESMA, Montpellier, Toulouse, Nantes 54 9
MOPA, Arles 47 7
La Poudrière, Bourg-lès-Valence 30 4
École Émile-Cohl, Lyon 28 6
ENSAD, Paris 23 4
École Georges-Méliès, Orly 20 5
ArtFx, Montpellier 20 4

Les Gobelins et Supinfogame-Rubika sont, chacune dans leur catégorie, les écoles plébiscitées par le milieu académique. Tous les établissements présentés ci-dessus ont au moins été cités quatre fois dans notre enquête.

Lire aussi : Les avis de pros des années précédentes

La palme aux Gobelins

"Traditionnellement, les Gobelins et Supinfocom-Rubika sont toujours en tête des classements, car ce sont les établissements les plus anciens (créés respectivement en 1963 et 1987), dotés d'une grande notoriété", affirme Isabelle Teissedre, responsable de l'ESMA Montpellier.

C'est aussi ces deux établissements qui ressortent de notre enquête 2016. Caroline Tisserand, directrice générale de Rubika va dans le même sens : "Il est difficile de détrôner les Gobelins, à cause de la notoriété de sa marque." La réputation des Gobelins vient aussi de son statut consulaire. L'école dépend de la CCI (chambre de commerce et d'industrie) de l'Île-de-France. "Nous sommes à proximité des professionnels du secteur. Cela nous permet d'être réactifs par rapport à leurs demandes et de garantir à nos étudiants une bonne insertion professionnelle", explique Moïra Marguin, responsable du département cinéma d'animation des Gobelins.

Côté recruteurs, Anthony Combeau, le directeur du studio 2 Minutes, à Paris, estime que "les diplômés des Gobelins ont des profils complets : ils sont à la fois de bons techniciens et de bons artistes". Pour Caroline Souris, cofondatrice de la société de production Teamto, la force des Gobelins vient de "leur spécialisation en cinéma d'animation, avec tous les corps de métiers. Les autres écoles sont plus généralistes."

Les Gobelins proposent une formation de concepteur et réalisateur de films d'animation de quatre ans, accessible après le bac pour les moins de 25 ans, mais aussi d'autres cursus dans cette spécialité accessibles à différents niveaux et pour des durées plus courtes.

Rubika, le challengeur

Avec 22 citations et 140 points, Supinfocom-Rubika bénéficie aussi d'une forte notoriété et d'une bonne réputation. Pour Caroline Souris cette école est "aussi généraliste que les Gobelins, mais la culture artistique y est moins poussée, car les étudiants se concentrent surtout sur leur projet de film".

L'école est accessible après le bac, pour un cursus en cinq ans. Issue aussi d'une chambre de commerce, celle du Grand-Hainaut, Supinfocom-Rubika est aujourd'hui sous statut privé, même si elle reste détenue majoritairement par la CCI. L'établissement privilégie la réalisation de dessins animés en trois dimensions ("l'Âge de glace", "Shrek"...) plutôt qu'en deux dimensions ("le Roi lion", "la Princesse et la grenouille"...), contrairement aux Gobelins, qui ont choisi de développer les deux. Depuis septembre 2015, Rubika a amorcé une "nouvelle pédagogie" pour établir des passerelles entre les formations de design, de cinéma d'animation et de jeux vidéo, à travers des projets en commun. L'école, basée à Valenciennes, ne cesse de se réinventer pour gagner la première place dans le cœur des recruteurs et a ouvert deux campus, au Canada et en Inde.

Lire aussi : Le banc d'essai des écoles de jeux vidéo

Un trio groupé

L'EMCA (École des métiers du cinéma d'animation, Angoulême), l'ESMA (École supérieure des métiers artistiques, Montpellier, Nantes, Toulouse) et MOPA Arles (Motion Pictures in Arles) constituent le deuxième groupe de notre classement, avec un nombre de citations par le milieu académique similaire.

MOPA Arles (ex-Supinfocom) "n'a rien à envier à sa cousine du Nord, même si l'ancienneté de l'école de Valenciennes lui permet d'être plus réputée", estime Isabelle Teissedre. Pour la responsable de l'ESMA Montpellier, son école, spécialisée en 3D, a l'avantage "de former à tous les métiers de l'animation". Enfin l'EMCA, créée par la CCI d'Angoulême et installée au sein du pôle image Magelis de la ville, est réputée pour la créativité de ses diplômés. Pour Moïra Marguin des Gobelins, le fait que ces trois écoles "fassent partie du RECA (Réseau des écoles françaises de cinéma d'animation) est un gage de qualité assuré".

Et aussi...

Outre les cinq établissements cités précédemment, d'autres écoles de ce réseau, moins connues, intéressent les recruteurs. Anthony Combeau, à la tête d'un studio spécialisé dans l'animation 2D, apprécie "L'Atelier, à Angoulême, qui forme de bons techniciens" et l'École Pivaut, à Nantes, qui est "plus axée sur la fabrication que sur l'illustration du cinéma d'animation".

Caroline Souris, de Teamto, recommande "la filière arts et technologies de l'image de l'université Paris 8, ArtFx [Montpellier] pour leur technique, l'École Georges-Méliès [Orly] pour ses bonnes références artistiques et La Poudrière [près de Valence]". Cette dernière, école de réalisateurs de films d'animation aux petites promotions, est moins connue, mais reste très appréciée de ceux qui l'ont citée dans notre enquête.

Moïra Marguin des Gobelins, elle conseille aussi l'École Émile-Cohl pour son bagage artistique, "même si ses élèves ont un grand choix de cours, ce qui donne des promotions très hétéroclites", l'ENSAD (École nationale des arts décoratifs, ou "les Arts-Déco"), qui propose une spécialité en cinéma d'animation, ou encore les DMA (diplôme des métiers d'art) des écoles d'art appliquées telles que l'ESAIG-École Estienne, à Paris, ou l'ESAAT, à Roubaix. Les étudiants diplômés de ces établissements finissent d'ailleurs souvent leur scolarité... aux Gobelins, pour se professionnaliser davantage.

Notre méthodologie

Notre enquête porte sur deux secteurs : le cinéma d'animation et les jeux vidéo. En décembre 2015, nous avons envoyé un questionnaire à 700 directeurs de formations artistiques au sens large (architecture intérieure, audiovisuel, cinéma d'animation, design produit, graphisme, jeux vidéo, mode), leur demandant de citer les cinq meilleurs établissements français en cinéma d'animation et en jeux vidéo. En résulte un nombre de citations et un nombre de points, selon le rang accordé à la formation (1er = 5 points, 2e = 4 points, 3e = 3 points, 4e = 2 points et 5e = 1 point). Ces points sont doublés lorsque l'école est citée par un pair de sa catégorie.
Nos tableaux recensent les établissements qui proposent des formations initiales recrutant au niveau bac et dont le premier cursus diplômant dure de trois à cinq ans (y compris la classe préparatoire). Nous y avons rajouté les formations préparant à un DMA (diplôme des métiers d'art) dans le milieu de l'animation, les formations universitaires lorsqu'elles étaient membres du RECA (Réseau des écoles de cinéma d'animation).
Ne sont pas répertoriées :
-les écoles qui préparent à un BTS (brevet de technicien supérieur), vous les retrouverez dans l'"Annuaire des formations" ;
- les formations de marketing du jeux vidéo.
Toutefois, quand des responsables mentionnaient régulièrement une de ces formations dans leur choix, nous l'avons gardée dans nos tableaux.

Les écoles étrangères les plus citées

The Animation Workshop, Viborg (Danemark)
California Institute of the Arts, Valencia (Californie, États-Unis)
Filmakademie Baden-Württemberg, Ludwigsburg (Allemagne)