Dossier : Les études de kiné selon Noémie, étudiante à Toulouse

Le coût des études de kiné à Toulouse

À 20 ans, Noémie est étudiante en deuxième année d’école de masso-kinésithérapie à Toulouse. Dynamique, altruiste, sportive et engagée, elle nous fait part de son choix de formation, du contenu de ses études entre cours et stages, de ses projets… Un esprit sain dans un corps sain.

Noémie vit seule dans un appartement de 25 m2 qu’elle loue 435 euros par mois, charges comprises. Celui-ci est situé dans une résidence calme où habitent beaucoup d’étudiants en paramédical et membres du personnel de l’hôpital proche. "Je voulais habiter près de mon lieu d’études et de travail et éviter de prendre les transports en commun. Purpan n’est pas le quartier le mieux desservi de Toulouse… Ici, je suis à 10 minutes à pied de l’IFMK (institut de formation en masso-kinésithérapie). Je mange chez moi le midi", indique-t-elle.

noemie etudes kine budgetDe la ville à la campagne (et vice-versa)

L’étudiante toulousaine utilise sa voiture surtout pour sortir en ville le soir. "On fait souvent la fête en kiné ! La plupart du temps, il s’agit de soirées dans des bars ou des apéros chez des copains, le mardi et le jeudi. On essaie de faire du covoiturage avec les habitants du même quartier". Posséder une auto lui permet également de rentrer chez ses parents, sur Gaillac, à 45 kilomètres de route, tous les 15 jours environ. "Je dois faire un plein de 40 euros toutes les 3 semaines". Gros avantage : elle rapporte ainsi fruits et légumes de la campagne. "Mon budget nourriture ne doit s’élever qu’à 150 euros par mois", chiffre-t-elle.

Les paramédicaux privés de bourse du CROUS

Noémie paie ses frais avec ses indemnités de stage (30 euros par semaine), l’aide de ses parents ("Ils m’offrent mon loyer") et des bourses. "Je reçois 209 euros d’APL (aide au logement). Mes frais de scolarité (590 euros par an) sont financés par le conseil régional et je reçois 1.000 euros de bourse par an". Aujourd’hui, les étudiants paramédicaux n’ont pas le droit aux bourses du CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) – une revendication. "En revanche, nous avons le droit d’avoir un logement. Mais très peu de gens le savent, y compris au CROUS, donc c’est rare", déplore l’étudiante.
Avant sa première année de médecine, Noémie ramassait des fruits pour gagner de l’argent de poche. Elle a arrêté de travailler pour préparer son concours. En arrivant à l’IFMK, elle s’est mise à donner des cours à un étudiant en sport qui voulait entrer en kiné pour 20 euros par semaine. Aujourd’hui, l’étudiante est très occupée par ses activités associatives.

Virginie Bertereau

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus



TROUVER UNE FORMATION

Annuaire de l'enseignement supérieur

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Annuaire de l'alternance

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Les palmarès de l'Etudiant

Les études par spécialité


Les établissements à la une

Zoom sur

Voir toutes les fiches







Les écoles en mots clés

ecole architecture ecole informatique ecole beaux arts  ecole hotellerie ecole audiovisuel ecole journalisme ecole gestion  ecole esthetique