1. Laura en L3 de droit à Cergy : “La première année de droit, c’est vraiment une nouvelle méthodologie à acquérir”
Témoignage

Laura en L3 de droit à Cergy : “La première année de droit, c’est vraiment une nouvelle méthodologie à acquérir”

Envoyer cet article à un ami
À l'université de Cergy, Laura apprécie la bonne ambiance et l'entraide entre étudiants. // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant
À l'université de Cergy, Laura apprécie la bonne ambiance et l'entraide entre étudiants. // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant

Laura, en licence de droit à l’université de Cergy-Pontoise, bouscule plusieurs préjugés sur cette filière totalement nouvelle pour les bacheliers : ne vous attendez pas à tout apprendre par cœur, ou à une matière très ennuyeuse.

Laura étudiante en Licence 3 de droit à l'université de Cergy (2015)Laura rêve d'être avocate. Le droit, c'était donc la seule filière d'études qu'elle voulait rejoindre. En 2013, elle a intégré la fac de droit de Cergy, tout en décrochant une place dans un diplôme universitaire en droit anglo-saxon.

"Le premier jour, quand je suis arrivée à la fac, je suis tombée sur le chiffre de 18 % de réussite en première année. Là, je me suis dit que je n'y arriverai jamais", se souvient l'étudiante de 20 ans, actuellement en licence 3. Dans sa fac, si 1.000 étudiants s'inscrivent en première année, ils ne sont plus que 400 en L3. Pour Laura aussi, en L1, il a fallu surmonter le choc. La jeune fille a dû passer par la case "rattrapage" pour valider son année, le temps de prendre le rythme.

Nouvelles méthodes, nouveaux exercices

"La première année, c'est vraiment une nouvelle méthodologie à acquérir. Il faut apprendre à travailler tout seul, en étant autonome. Le lycée, c'est très encadré, la fac, c'est différent : on est adulte, on fait nos choix, libre à nous de travailler ou pas", résume-t-elle. Et pour réussir, il faut travailler beaucoup. "Le droit, au début, c'est difficile", reconnaît-elle.

Laura a aussi découvert de nouveaux exercices. Outre la dissertation, il a fallu apprendre à élaborer des "fiches d'arrêt", dès la première année. Une manière de résumer une décision de justice, de manière structurée. "On rappelle les faits, la procédure, la question de droit et la décision de justice", détaille-t-elle.

Viennent ensuite les "commentaires d'arrêt" et les "cas pratiques". Un dernier exercice que Laura apprécie particulièrement. "On pense que le droit, c'est toujours la même chose, avec les mêmes règles qui s'appliquent, mais pas du tout. On le voit avec les cas pratiques : les règles de droit peuvent s'appliquer de manière très différente", souligne-t-elle.

"Le droit, ce n'est pas que du par cœur et c'est très vivant"

"Le droit, ce n'est absolument pas que du 'par cœur', comme on l'entend souvent, insiste-t-elle. Au contraire : les profs attendent de nous de l'analyse, de la réflexion. Il faut comprendre les mécanismes."

Autre cliché que l'étudiante veut faire tomber : "Ce n'est pas rébarbatif ou ennuyeux. C'est très vivant, ça parle du monde qui nous entoure, de la société dans laquelle on vit", poursuit l'étudiante, qui est particulièrement intéressée par le droit public, avec la notion d'intérêt général, la composition de l'État ou encore le travail des juridictions administratives.

La balance entre cours et vie étudiante

Côté ambiance, oubliez l'atmosphère policée ou concurrentielle à laquelle beaucoup s'attendent dans cette filière très demandée, aux amphis surchargés. "Il n'y a absolument aucune compétition, mais au contraire une vraie entraide entre étudiants, souligne Laura. Par exemple, on peut accéder à des groupes Facebook pour partager nos cours."

À Cergy, "la vie associative aide beaucoup à créer une bonne ambiance", relève Laura. L'étudiante est vite passée "de l'autre côté", comme responsable des voyages du BDE Portalis, le bureau des étudiants de droit. "Les associations s'occupent de notre intégration, il suffit juste de participer aux événements. Des voyages, des soirées… sont organisés sur le campus. On se crée très vite des affinités. Pour moi, ça a été le début d'une vraie vie festive !" décrit Laura, qui a trouvé le bon équilibre avec sa vie scolaire. Une question de "balance", sourit la jeune fille.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Anthony en L3 de psychologie à Lille : “La psychologie, c’est très scientifique” Laura en L3 de droit à Cergy : “La première année de droit, c’est vraiment une nouvelle méthodologie à acquérir” Lilian en L2 de STAPS à Chambéry : “STAPS, c’est beaucoup de sciences et un peu de sport”