1. En Centre-Val de Loire, des lycéens vont s'initier à la PACES
Boîte à outils

En Centre-Val de Loire, des lycéens vont s'initier à la PACES

Envoyer cet article à un ami
Une initiative qui pourrait permettre de lutter contre la désertification médicale dans la région. // © Caroline Franc
Une initiative qui pourrait permettre de lutter contre la désertification médicale dans la région. // © Caroline Franc

Quatorze lycées de l'académie d'Orléans-Tours expérimenteront à la rentrée 2018 une initiation aux études de santé pour les élèves de première et de terminale. Soit 1 heure 30 de découverte, proposée dans le cadre de l'accompagnement personnalisé.

Tenté par des études de médecine, odontologie, pharmacie ou sage-femme ? Si vous êtes lycéen de la série S en région Centre-Val-de-Loire, vous pourrez peut-être, dès la rentrée 2018, bénéficier d'un avant-goût à ces cursus grâce au dispositif “Ambition PACES”, en référence à la première année commune aux études de santé.

Quatorze lycées de zone rurale ou urbaine sensible (voir la liste en encadré), sollicités par le rectorat, l’université de Tours et l’ARS (Agence régionale de santé) ont répondu présents. Le projet a été présenté jeudi 15 mars 2018 à Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, de passage dans la région.

Une prépa "service public"

Objectif ? Convaincre les élèves de S, issus de ces départements frappés par la désertification médicale, et très peu nombreux à candidater à la PACES – réputée très sélective et marquée par une forte reproduction sociale – de sauter le pas.

Lire aussi : PACES : le classement 2017 des facs de médecine

“J’ai entendu des élèves qui auraient sans doute le niveau me dire : ‘Les études de médecine, c’est pas fait pour moi. De toute manière, sans prépa privée, on n’y arrive pas !'”, se désole la rectrice de l'académie Orléans-Tours, Katia Béguin. C’est pour lutter contre cette auto-censure, très courante chez les élèves issus de milieux modestes, et multiplier leurs chances de réussite, qu’elle a imaginé cette sorte de “prépa de service public”.

1 heure 30 d'initiation par semaine

Cette découverte sera proposée aux élèves de première et de terminale volontaires dans le cadre de l’accompagnement personnalisé, à raison d’environ 1 heure 30 par semaine. Des professeurs et des étudiants du tutorat de la faculté de médecine de l'université de Tours sont en train délaborer des petites capsules vidéos, qui présentent certaines grandes notions du programme, l’ambiance en amphi, la méthode de la prise de notes, du travail en binôme, ou encore la fameuse évaluation par QCM (questionnaire à choix multiples), qui seront projetées par les professeurs de sciences du lycée.

Chaque lycéen sera également coaché par un étudiant de troisième année de médecine du tutorat. De quoi, espère la rectrice, susciter des vocations et donner envie aux jeunes médecins, une fois diplômés, de revenir exercer dans leur région d’origine, désertée par les praticiens. Un challenge quand on sait qu’au moment de l’internat, les étudiants ont la possibilité de changer de lieu de formation.

Les 14 lycées qui participent à l'opération "Ambition PACES"

– Cher : les lycées Marguerite-de-Navarre, Jacques-Cœur et Alain-Fournier, à Bourges et Édouard-Vaillant à Vierzon.
– Eure-et-Loir : les lycées Rotrou à Dreux et Silvia-Monfort à Luisant.
– Indre : les lycées Pierre-et-Marie-Curie et Jean-Giraudoux à Châteauroux, et Balzac-d’Alembert à Issoudun.
– Indre-et-Loire : le lycée Thérèse-Planiol à Loches.
– Loir-et-Cher : les lycées Camille-Claudel et Dessaignes à Blois.
– Loiret : les lycées Bernard-Palissy à Gien et Durzy à Villemandeur.