1. Entrer en IAE : les clés d’une candidature réussie
Bancs d’essai

Entrer en IAE : les clés d’une candidature réussie

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Banc d’essai : côté études, des IAE très hétérogènes Banc d’essai : côté insertion, des IAE plus ou moins actifs Entrer dans un IAE en L3, M1 ou M2 : mode d’emploi Entrer en IAE : les clés d’une candidature réussie Entrer dans un IAE en L1 ou en L2 : des cas à part

Candidat à l’entrée en écoles universitaires de management (plus connues sous le nom d’IAE), comment espérer que votre dossier soit retenu ? Voici à quoi les responsables de la sélection portent le plus d’attention.

Le test SIM

Pour postuler dans un IAE, vous devrez envoyer, en plus d'un dossier complet, vos résultats au test SIM (Score IAE Message). Ce test, qui dure trois heures, est organisé 12 fois dans l'année (8 fois en France et 4 fois à l'étranger), sur une cinquantaine de sites. Sous forme de QCM, il comprend des questions de culture générale, de logique, d'anglais et de compréhension écrite. Des annales figurent sur le site de l'examen.

Plus de 30.000 candidats ont passé ce test en 2014. Chaque élève obtient un score final. Le score moyen tourne autour de 180 points. Les meilleurs candidats obtiennent plus de 220 points, les moins bons moins de 155 points. "Mon conseil, c'est de s'entraîner avec les annales, et de lire quotidiennement la presse, car les questions de culture générale sont très axées sur l'actualité. Il faut aussi revoir les règles classiques de calcul, savoir faire une division et une multiplication à la main – les calculatrices ne sont pas autorisées", explique Arnaud Thauvron, directeur de l'IAE de l'UPEC.

Ce qui compte pour que son dossier soit retenu

- Les résultats au SIM

- Les résultats universitaires. "Nous préférons les dossiers sans redoublement, si possible avec des mentions", précise Arnaud Thauvron.

- Les résultats au bac. Une mention est toujours un signe positif.

- Un semestre Erasmus ou un stage à l'étranger. C'est un passage quasi obligatoire, et même indispensable pour postuler en M2.

- L'expérience professionnelle. Au moins deux stages (ou jobs) de trois mois au minimum sont requis pour intégrer un M2, au moins une petite expérience pour les niveaux inférieurs. C'est mieux si au moins un des stages a un rapport direct avec la spécialisation demandée. De plus en plus d'étudiants font une année de césure entre leur M1 et leur M2 pour acquérir ce type d'expériences.

- Le niveau d'anglais, si possible mesuré par un score à un test – TOEIC (Test of English for International Communication), TOEFL (Test of English Foreign Language). De nombreux M2 exigent un score minimal à un test d'anglais (par exemple : 650 points au TOEIC pour tous les candidats aux M2)

- L'originalité du CV, sa clarté.

- Les expériences et les hobbys qui sortent de l'ordinaire. "Je préfère quelqu'un qui s'est débrouillé pour partir deux mois comme serveur à Miami que quelqu'un qui a fait un stage photocopie dans une banque", estime Arnaud Theuvron.

- Les pièces complémentaires (lettre de recommandation, synthèse d'un travail réalisé, autre diplôme ou certification, résultat sportif, prix, etc.). "Même si elles ne sont pas demandées, n'hésitez pas à en ajouter !" assure Jérôme Rive, directeur de l'IAE de Lyon et président d'IAE France (réseau des IAE).

Picto Formations - Palmarès des villes - 50*50pxPicto Formations - Palmarès des villes - 50*50pxRetour au sommaire
de notre banc d'essai des IAE.