1. Le classement des universités : lesquelles ont le meilleur taux d'insertion professionnelle ?
Enquête

Le classement des universités : lesquelles ont le meilleur taux d'insertion professionnelle ?

Envoyer cet article à un ami

Des enquêtes qui se suivent et se ressemblent. Pour la 3e année consécutive, le ministère de l’Enseignement supérieur publie une étude nationale sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’université. Avec des résultats globalement très positifs, mais une méthodologie qui fait débat. Décryptage.

Et de trois ! Publiée plus discrètement que les deux précédentes, la dernière édition de l’enquête nationale d’insertion professionnelle des diplômés de l’université est parue le 13 novembre 2012 sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur. Avec, une nouvelle fois, des chiffres globalement élogieux pour la fac. Mais à ne pas sur-interpréter.

Selon l’enquête, 89 % des titulaires d’un DUT, 92 % des titulaires d’une licence professionnelle et 91 % des titulaires d’un master ont un emploi, 30 mois après l'obtention de leur diplôme.

Mais, comme les années précédentes, les chiffres affichés sont à prendre avec des pincettes. Si les taux de réponse sont excellents (70 %, bien au-delà des 47 % de l’enquête annuelle de la Conférence des grandes écoles), l’enquête ne porte que sur 39 % des masters, 55 % des licences pro et 12 % des DUT. En effet, n’ont été interrogés que les jeunes entrés sur le marché du travail immédiatement après l’obtention de leur diplôme en 2009, le reste des promotions étant exclu du champs d'étude.


Des résultats variables selon les disciplines

L’enquête, notamment pour les masters (voir le tableau des résultats) détaille le taux d’insertion par université et par secteur de formation (4 grandes filières avec des sous-domaines : formations juridiques, économiques et de gestion ; lettres, langues, arts ; sciences humaines et sociales ; sciences, technologies et santé).

Il semble cependant difficile de classer les universités en fonction de leurs résultats globaux. L’université d’Évry-Val-d'Essone, par exemple, affiche un taux d’insertion en sciences humaines et sociales de 84 %, inférieur de 4 points à la moyenne nationale, mais un taux d’insertion de 97 % en sciences et techniques, supérieur de 5 points à la moyenne nationale…


64 % des titulaires de masters étudiés ont un poste conforme à leur niveau d'études

 
Dans un tableau annexe (“Caractéristiques des emplois occupés par les diplômés de master 2009”, pdf) figurent, par université et par filière également, le type d’employeur, le type de contrat et le secteur d’activité d’insertion.

On y apprend notamment que 20 % des diplômés sur lesquels portent l'enquête occupent un emploi de niveau intermédiaire et que 10 % sont employés. Seuls 64 % des titulaires de masters étudiés ont un poste conforme à leur niveau d’études (cadre ou catégorie A de la fonction publique).

Autres points à noter : le volontariat international ne concerne que 1 % des diplômés bac+5 ; seuls 18 % des diplômés d'universités se tournent vers la fonction publique (contre 63 % dans le privé) ; ou encore les titulaires d’un diplôme d’histoire-géographie sont majoritairement précaires (44 % en CDD contre 37 % en CDI).

À lire sur EducPros : La 3e enquête d'insertion des diplômés d'université publiée dans la discrétion.


 
Sommaire du dossier
Classement des universités : l'insertion professionnelle après un master, par fac et par domaine Classement des universités selon l'insertion des diplômés : retour sur la 2e enquête nationale publiée Classement des universités selon l'insertion des diplômés : retour sur la 1re enquête ministérielle