1. Ma vie d'étudiant à Seattle : Mathieu dans la peau d'un American student
Témoignage

Ma vie d'étudiant à Seattle : Mathieu dans la peau d'un American student

Envoyer cet article à un ami
Mathieu étudie 
à l’université de Washington à Seattle, 
la plus grande université du nord-ouest 
des États-Unis. // © Annabel Clark/REA pour l'Etudiant
Mathieu étudie 
à l’université de Washington à Seattle, 
la plus grande université du nord-ouest 
des États-Unis. // © Annabel Clark/REA pour l'Etudiant

Mathieu, étudiant en double licence LEA-management à Lyon 3, avait envie de découvrir le système éducatif américain. Il a choisi l’université de Washington, à Seattle, pour son année d’échange, en licence 3 de management.

Parti déjà cinq fois en voyage aux États-Unis, Mathieu, 20 ans, étudiant à Lyon 3, avait envie de se mettre dans la peau d’un étudiant américain. "Leur système éducatif est différent, les universités s’organisent autour du sport. Les compétitions sont plus importantes que les cours !", témoigne cet amateur de basket et de sports d’hiver. Il s’est donc inscrit dans l’équipe de ski de l’université de Washington à Seattle. Les équipements l’émerveillent : "Le centre sportif compte six terrains de basket, quatre de volley, quatre de badminton, une piscine intérieure et une piste de cross autour…"

Des professeurs à l’écoute

Les relations avec les enseignants sont, elles aussi, différentes. "Ils sont très disponibles, et font des efforts pour nous con­naître", apprécie Mathieu, qui avait choisi Seattle pour sa réputation pédagogique. L’étudiant a treize heures de cours par semaine contre trente-deux en France, où il était en double licence LEA (langues étrangères appliquées) – management. Pour son année d’échange, il s’est concentré sur la validation de sa L3 management et suit des cours d’entrepreneuriat, de marketing et de finance.

Lire aussi : Les bonnes raisons de partir étudier aux États-Unis

Hébergé par un couple

Mathieu est arrivé à Seattle sans avoir loué de logement. "C’est très difficile à distance, car les propriétaires préfèrent rencontrer les personnes", constate-t-il. Il a trouvé un bon plan : "L’organisation FIUTS [Foundation for International Understanding Through Students] propose à des étudiants internationaux de résider chez des hôtes. Un couple m’a accueilli pendant trois semaines, ce qui m’a aidé à prendre mes marques et à améliorer mon niveau d’anglais."

Les infrastructures de l’université sont spacieuses et permettent d’étudier dans un cadre privilégié.  // © Annabel Clark/REA pour l'Etudiant
Les infrastructures de l’université sont spacieuses et permettent d’étudier dans un cadre privilégié. // © Annabel Clark/REA pour l'Etudiant

Pour se loger, Mathieu y est allé au hasard. Il habite un appartement en colocation et paie 1.110 € par mois. "C’est un peu cher, mais moins que sur le campus, où l’on doit partager sa chambre", prévient-il. Le coût de la vie est assez élevé, "seuls les fast-foods sont à petit prix".

Les étudiants sont répartis dans plusieurs quartiers près de l’université. "La majorité résident dans le quartier des Fraternités, d’autres préfèrent aller au nord-est, vers Ravenna Park, ou choisissent, comme moi, de s’installer à l’ouest." Mathieu habite dans les environs de The Ave, abréviation de The Avenue, qui désigne un secteur animé de magasins et de bars. Il met dix minutes à pied pour se rendre aux cours.

Lire aussi : Êtes-vous prêt(e) à partir étudier aux États-Unis ?

Avec un ami, il a acheté une voiture pour voyager plus librement. "C’est un van, il nous a coûté 2.150 €, nous sommes allés dans le Wyoming, en Alaska et même au Canada !" L’étudiant apprécie aussi "les voyages avec l’équipe de ski, notamment dans la péninsule Olympique, et les randonnées dans les montagnes de l’État de Washington".

Des possibilités de stages

Le fait que Seattle "soit sur la côte Ouest en fait une ville internationale". Elle est composée de quartiers aux identités distinctes : "Capitol Hill, le quartier LGBT avec ses arcs-en-ciel ; Pioneer Square, la vieille ville en briques rouges ; le centre-ville concentré autour de la tour emblématique Space Needle…" Elle a une réputation de "rainy city" – de ville pluvieuse –, mais elle est aussi connue pour "l’attractivité de ses grandes entreprises. L’an prochain, Mathieu envisage de valider sa licence de troisième année LEA, de préparer quelques concours d’entrée en écoles de commerce et de créer une start-up. L’esprit entrepreneurial de la "seconde Silicon Valley" l’a bien inspiré.

AVANT DE PARTIR…

Anticipez la demande de visa. La procédure pour obtenir le visa J1 dans le cadre d’un échange prend de un à deux mois, et le visa coûte 200 €. Vous devez vous munir du formulaire DS-2019 (appelé aussi certificat d’éligibilité), attestant de votre inscription dans un établissement américain, et l’enregistrer sur le SEVIS (Student and Exchange Visitor Information System), avant de vous rendre au consulat des États-Unis.

Ne prenez pas les tests de langue à la légère. Le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) ou l’IELTS (International English Language Testing System) sont obligatoires pour intégrer une université américaine.

Pensez à votre santé. Toute une série de vaccins sont obligatoires. Autre formalité : souscrire une complémentaire santé. Attention, les offres proposées par les universités américaines à l’inscription sont souvent plus chères que les assurances françaises destinées aux étudiants partant à l’étranger.

Aller-retour

Le vol direct avec Air France, coûte environ 1.000 €, et dure près de onze heures.


SUR PLACE…

Budget

1 € = 1,11 dollar américain.

Se loger

L’organisation FIUTS (Foundation for International Understanding Through Students) permet aux étudiants internationaux, avec le programme Home Stay, de résider quelques jours ou semaines chez des hôtes, le temps de s’installer.

Le groupe Facebook University of Washington (UW) Housing, Sublets & Roommates peut vous aider à trouver une chambre à partager dans des habitations, près de l’université. Plus classique, Roomster permet de consulter des offres de colocation.

Le prix moyen d’une chambre dans une maison s’élève à 715 €.

Se déplacer

Le Link Light Rail (le réseau de métro) de Seattle, relie l’aéroport à l’université de Washington en passant par le centre-ville. Il existe aussi des lignes de tramway, des bus et des bateaux pour traverser la baie. L’université propose un abonnement aux transports en commun à 80 € par trimestre.

À savoir

À la rentrée 2017, l’université propose le Dawg Pack, un abonnement qui permet d’obtenir des billets pour les matchs de basket et de football masculins, coûtant 130 €.

Sites Internet utiles

Le site de l’ambassade des États-Unis en France.

Le site de l’enseignement supérieur américain.