1. Comment l’université de Marne-la-Vallée encourage l’entrepreneuriat étudiant
Reportage

Comment l’université de Marne-la-Vallée encourage l’entrepreneuriat étudiant

Envoyer cet article à un ami

Première fac en France par son nombre d'apprentis, l'UPEMLV multiplie les dispositifs pour booster l'insertion professionnelle de ses 11.000 étudiants. Développement de filières uniques en France (à l'image de celle de gérant de casino), multiplication des rencontres entre étudiants et pros, encouragement à l'entrepreneuriat… Zoom sur ce qui vous attend si vous optez pour cette université pluridisciplinaire située à 20 kilomètres de Paris, où seuls le droit et la santé ne sont pas enseignés.

Comme beaucoup d’autres universités, l’UPEMLV veut valoriser le potentiel entrepreneurial de ses étudiants. Revue de détail des outils qu'elle met à disposition pour accompagner et concrétiser les projets de ses “business(wo)men” en devenir.
Incubateur de l'université Paris-Est – Marne-la-Vallée
L'incubateur d'entreprises de la Cité Descartes, à l'université Paris-Est – Marne-la-Vallée.

Inciter les étudiants à entreprendre : pour parvenir à cet objectif, l’UPEMLV (université Paris-Est Marne-la-Vallée) a lancé des cours de sensibilisation à l’entrepreneuriat dans ses formations d’économie-gestion et à l’IFIS (Institut francilien d’ingénierie de services) notamment. De quoi donner aux étudiants les bases de la gestion de projet et les premiers reflexes pour démarrer sa vie d’entrepreneur.

 
Des manifestations tout au long de l'année

 
Opération Tous créatifs 2012 - Université Pars-Est – Marne-la-ValléeLabellisées “Pôle entreprenariat étudiant” par le ministère de l’Enseignement supérieur en mars 2012, l’université et les autres écoles du PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) Paris-Est – comme l’École des Ponts ParisTech, l’ESIEE, l’université Paris-Est Créteil, etc. – ont lancé en 2011 l’opération “Tous créatifs”. Des rendez-vous programmés sur l’année permettent aux apprentis, aux étudiants ou aux salariés en reprise d’études de développer leur projet pour les plus avancés ou de développer leur esprit d’entreprise pour les autres.

À l’automne, lors d’une Journée de l’entreprenariat étudiant (en 2012, le 15 novembre à l’université Paris-Est Créteil), des diplômés viennent dans les amphis témoigner de leur expérience de créateurs d’entreprise. Ainsi, Jean-François Djemba (voir encadré), ancien étudiant de master, est venu en novembre 2011 à la fac présenter sa société Crazy Feet. “On répond aux questions des étudiants. C’est très gratifiant, car on réalise le chemin parcouru. Les questions, on se les posait aussi peu de temps avant”, se rappelle-t-il. Des stands offrent des conseils sur les aides juridiques, financières ou techniques sur lesquelles les porteurs de projet peuvent compter.

 
7 minutes pour convaincre, une année pour concrétiser

 
Au printemps, le forum “Tous connectés” permet aux étudiants de déposer leur projet auprès du pôle entrepreneuriat étudiant Est francilien (3EF). En 2011, les idées ont fusé : services d’aide à domicile, création de sites Web, offre de bricolage à prix coûtant, salon esthétique ambulant…

Les porteurs de projet ont 7 minutes pour le présenter devant un jury de professionnels. Un speed-dating pour lequel l’idée, le marché-cible, le modèle économique, le type de produit ou de service proposé doivent alors être clairement identifiés pour convaincre des représentants d’entreprises et des business angels. Une quarantaine de projets sont sélectionnés et accompagnés chaque année. Récompense : ils bénéficient notamment des services de la pépinière et de l’incubateur d’entreprises de la Cité Descartes.


Crazy Feet, ou comment lancer une marque de vêtements hip-hop en master
Jean-François Djemba a mûri son idée de créer une marque de vêtements pour danseurs hip-hop pendant sa première année de master management et ingénierie économique à l’université de Marne-la-Vallée en 2010-2011. Sa société Crazy Feet, qui commercialise aujourd’hui des tee-shirts solides et stylés, en ligne et dans des boutiques des Halles et de Villiers-sur-Marne, n’aurait peut-être pas vu le jour sans sa professeur de stratégie.
“Ma prof de stratégie, ma meilleure coach”. “Je lui ai parlé de mon idée, car elle donnait aussi des cours de sensibilisation à l’entreprenariat. C’est ma première coach, elle m’a donné des conseils, des contacts…”. Une coach qu’il voit avant et après les cours pour faire avancer son projet, en prise directe avec les cours de son master. “J’étais un “marketeux” pur jus après mon BTS (brevet de technicien supérieur) de commerce international et ma licence d’économie, mais je ne connaissais rien à l’entreprenariat ni à la gestion de projet”, reconnaît-il. Sa professeur lui suggère de rédiger un mémoire sur le business plan en détaillant le sien en cas pratique.
“Bétonner son projet” auprès de spécialistes. L’enseignante invite également Jean-François à faire une présentation de son projet devant un auditoire d’étudiants de master 2 et une chargée de développement économique. “C’était la première fois que je présentais vraiment mon projet. Cette personne proche du monde de l’entreprise, habituée à auditionner des porteurs de projets, m’a testé sur le statut de ma société en SARL et la solidité de mon budget prévu sur 3 ans. Cela a été très formateur et m’a permis de me rendre compte que mon projet était sérieux”. Graphiste, styliste, comptable : il rassemble aussi cette année-là son équipe, des amis aux compétences fortes, et sort sa première collection.Témoin à son tour. Toujours étudiant et désormais entrepreneur, Jean-François a enchaîné sur un master 2 entreprenariat et gestion de projets innovants à l’université Paris-Dauphine. Sans oublier Marne-la-Vallée tout à fait... À la journée “Tous créatifs” en novembre 2011, son professeur l’a invité à témoigner devant des étudiants de son expérience de créateur d’entreprise. La boucle était bouclée.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Former des gérants de casino, une spécificité de l'UPEMV Comment l’université de Marne-la-Vallée encourage l’entrepreneuriat étudiant Université Marne-la-Vallée : musclez votre anglais en licence de physique