1. Réussite en licence à l’université : quelles sont vos chances ?
Décryptage

Réussite en licence à l’université : quelles sont vos chances ?

Envoyer cet article à un ami
Amphi de L1 de droit, à l'université Versailles-Saint-Quentin. Septembre 2014. // © Camille Stromboni
Amphi de L1 de droit, à l'université Versailles-Saint-Quentin. Septembre 2014. // © Camille Stromboni

27 % des étudiants inscrits en première année d’université sont, trois ans plus tard, diplômés d’une licence. Et seuls 40 % des étudiants passent le cap de la L1 (première année de licence) du premier coup. Des chiffres peu rassurants, mais derrière lesquels se cachent des réalités très différentes. Explications et revue de détail des taux de réussite, fac par fac.

Les chiffres 2015 de la réussite en licence sont stables : moins de 27 % des étudiants inscrits pour la première fois en L1 obtiennent leur licence trois ans plus tard. Un taux qui grimpe à 39 % si l'on ajoute ceux qui ont besoin d'une année supplémentaire pour décrocher le diplôme.

La note ministérielle annuelle sur les parcours des étudiants entrés à l’université à la rentrée 2009, publiée à l’été 2015, apporte ainsi des résultats similaires à ceux des années précédentes.

Les difficultés se cristallisent toujours autour de la première année de licence. Parmi les étudiants primo-entrants en L1 en 2009-2010, 40 % sont inscrits l’année suivante en L2 ou dans une formation universitaire de niveau équivalent, plus d'un quart redouble leur année, et un tiers ne se réinscrit pas à la fac.

Une question de profil

Des chiffres à manier toutefois avec précaution : cela ne signifie pas pour autant qu’en entrant à l’université, vous avez moins de 3 chances sur 10 de "survivre" à ces trois années. Plusieurs facteurs vont en effet décupler ou diminuer fortement ces probabilités.

Au premier rang d'entre eux : la filière de bac. Si près d'un bachelier général sur deux obtient sa licence en trois ou quatre ans, c’est le cas de seulement 15 % des bacheliers technologiques et de 5 % des bacheliers professionnels. Ces derniers ne sont en effet pas préparés au type d’études dispensé en fac.

Autre dimension à prendre en compte : l’abandon n’est pas forcément synonyme d’échec. "Une partie des étudiants [qui quittent l'université à l'issue d'une première année] se réorientent vers des filières non universitaires : STS, écoles d'ingénieurs, de management, de santé ou d'arts", précisent les auteurs de l'enquête.

Enfin, n'oubliez pas qu'une fois passé le cap de la première année, les taux de réussite sont bien plus cléments. Parmi les étudiants qui entrent en licence 3, 8 sur 10 valident leur diplôme de licence générale, et 9 sur 10 de licence professionnelle.

Les chances de réussite en L1, fac par fac

La note ministérielle permet d'observer le devenir des étudiants à l'issue de la première année d'études, université par université. Passage en deuxième année, redoublement, sortie de l'université…

Voici le parcours des étudiants entrés pour la première fois en licence 1 en 2012-2013. Dans le graphique ci-dessous, vous pouvez, grâce au menu déroulant, observer différents indicateurs : la valeur ajoutée de l'établissement (1), le passage de L1 en L2, le redoublement en L1, la réorientation et la sortie de l'université.

(1) La valeur ajoutée (en points) correspond à la différence entre deux taux : le taux "brut" de passage entre la L1 et la L2 et le "taux simulé", qui prend lui en compte les caractéristiques des étudiants de l’établissement (retard au bac, type de bac, profession des parents, etc.), plus ou moins favorables à leur réussite. L’idée est de mieux faire apparaitre l’apport réel de chaque université dans la réussite de ses étudiants.