1. À 19 ans, Hugo Travers interviewe les candidats à la présidentielle sur YouTube
Portrait

À 19 ans, Hugo Travers interviewe les candidats à la présidentielle sur YouTube

Envoyer cet article à un ami
Hugo est étudiant en 2e année à Sciences po (Paris, octobre 2016). // © Natacha Lefauconnier
Hugo est étudiant en 2e année à Sciences po (Paris, octobre 2016). // © Natacha Lefauconnier

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR – En moins d'un an, sa chaîne HugoDécrypte a séduit plus de 80.000 abonnés. Dans ses vidéos de cinq minutes, Hugo Travers, étudiant à Sciences po, donne un éclairage sur des sujets d'actualité. Son nouveau challenge, lancé en octobre 2016 : interroger tous les candidats à l'élection présidentielle de 2017 sur leurs projets pour la jeunesse.

Créée en novembre 2015, sa chaîne YouTube HugoDécrypte compte déjà plus de 80.000 abonnés. Le principe ? Des vidéos de cinq minutes dans lesquelles Hugo, 19 ans, décrypte l’actualité internationale avec aisance et clarté. Parmi les derniers sujets abordés : la puissance nucléaire de la Corée du Nord, le géant industriel Monsanto ou encore le conflit entre les Farcs et le gouvernement colombien.

Intéresser les lycéens à la politique

“Je ne fais pas ça pour les étudiants de Sciences po”, explique le jeune franco-britannique, lui-même en deuxième année. “Mon but est d’intéresser à la politique et à l’actualité les collégiens, lycéens ou étudiants qui n’ont pas l’habitude ou le temps de se pencher sur ces sujets.”

Pour chacune de ses vidéos, Hugo bosse sérieusement son sujet. Il compile les infos récoltées dans des documentaires ou des médias, les ordonne en trois ou quatre parties et rédige un texte d’environ trois pages qu’il mettra en scène, citant ses sources tel un journaliste. Le tournage se fait dans la maison familiale, à Sèvres (92), avec, derrière la caméra, Clément, diplômé d’un BTS audiovisuel.

Retrouvez tous les portraits "Les jeunes ont de l'avenir"

Mettre les politiques face à leurs contradictions

Mais si Hugo fait le buzz depuis quelques semaines, c’est parce qu’il est devenu le plus jeune intervieweur des candidats à l'élection présidentielle. Sa première vidéo de la série, celle de Bruno Le Maire, a fait plus de 50.000 vues en une semaine. Le format est plus long : 30 minutes, et c’est Blog Presse Agency, l’agence qui est venu le chercher pour ce projet, qui supervise l’organisation des entretiens. “Mais je suis libre de poser les questions que je veux”, assure Hugo, qui cherche à décoder les programmes des candidats et leurs projets pour la jeunesse. “Tous les candidats savent gérer ce genre d’interview. Ma responsabilité est de les mettre face à leurs contradictions”, complète-t-il, tout en précisant que lui-même ne sait pas encore à qui il donnera sa voix le 23 avril 2017.

Des retours positifs des jeunes

L’agence lui avait prédit le succès du format, qui s’est confirmé. “J’ai eu un afflux de visites sur ma chaîne, et pas mal de retombées médiatiques”, reconnaît modestement l’étudiant, qui garde la tête froide. “Cela peut très vite retomber. Ce qui me motive le plus, ce sont les retours positifs des jeunes de 14-15 ans, qui m’écrivent que mes vidéos les intéressent”, confie le grand gaillard. Ses parents sont certes fiers de lui, mais ce qui compte le plus pour Hugo, c’est la confiance qu’ils lui accordent : “Ils me laissent la liberté de faire ce que je veux.”

De lourds antécédents dans les médias !

Un joli succès pour Hugo, qui n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir passé son brevet des collèges, en 2012, il crée le site Radio Londres, un média citoyen et participatif “ayant pour ambition de donner un coup de jeune sur l’info”. Quatre ans plus tard, Radio Londres compte une cinquantaine de rédacteurs bénévoles, âgés de 15 à 26 ans, qui publient chaque jour articles et vidéos sur des sujets aussi variés que la politique mexicaine, la relève du tennis masculin ou les zombies.

S’il s’agit là de sa première réussite d'envergure, son intérêt pour les médias remonte à plus loin encore : “en 5e ou 4e”, le jeune Hugo avait lancé un site consacré au sport, où les jeunes pouvaient apporter leur contribution. Il se souvient également qu’à l’âge de 7 ans, il fabriquait un petit journal avec son frère aîné (aujourd’hui âgé de 22 ans), avant de le distribuer dans la rue.

L’intérêt de Hugo pour un journalisme citoyen et participatif ne semble pas près de s’arrêter en si bon chemin : des projets de radio et de télé se profilent à l’horizon...