1. Cette “plume” de ministre se bouge pour l’orientation des jeunes en milieu rural
Portrait

Cette “plume” de ministre se bouge pour l’orientation des jeunes en milieu rural

Envoyer cet article à un ami
Avec son association, Salomé Berlioux aide les jeunes des zones rurales à mieux s'orienter. // © Nawelle Beouche pour l'Etudiant
Avec son association, Salomé Berlioux aide les jeunes des zones rurales à mieux s'orienter. // © Nawelle Beouche pour l'Etudiant

ELLE VA FAIRE LA UNE. Salomé Berlioux, 28 ans, rédigeait les discours du ministre des Affaires étrangères il y a encore quelques jours. Cette fille de comédiens a créé son association pour aider les jeunes des zones rurales à s'orienter.

À 28 ans, Salomé a déjà un solide bagage académique. Après une classe préparatoire littéraire, la jeune femme fait un master à l'ENS (École normale supérieure) et à la Sorbonne, avant de réussir à entrer à Sciences po Paris, à sa seconde tentative. 

En 2013, Salomé fait un stage à l’Élysée auprès du conseiller politique du président de la République, qui lui propose ensuite de rester comme chargée de mission jusqu'en avril 2014. Elle poursuit son chemin et devient conseillère discours et prospective au cabinet du ministre des Affaires étrangères en 2016. "On me surnommait la plume du ministre." Pour cette passionnée de géopolitique et d'écriture, ce poste fut une continuité, entre conférences, reportages et interviews. C'est aujourd'hui son expérience qu'elle veut transmettre. "Quand je suis entrée au lycée, je ne savais pas qu'il y avait trois filières au bac, ni même que le bac ES existait." C'est ce manque d'informations qui a poussé la "plume du ministre" à créer Chemins d'avenirs.

Lire aussi : Lycéens en milieu rural : le champ des possibles plus limité qu'en ville

Lutter contre l’autocensure

Chemins d'avenirs est une association, active depuis 1 an, qui vient en aide aux jeunes issus des zones rurales et des petites villes. "Quand on vient des zones rurales, les obstacles se multiplient, le manque d'informations ou de réseau crée une forme d'autocensure." Une situation qu'a bien connue Salomé, originaire de l'Allier, du Cher et de la Nièvre. "Une amie et moi avons vécu dans le même village. Elle est devenue professeure d'anglais dans la région. Mais durant ses études, elle n'a jamais pu faire de stage dans un pays anglophone." Elle veut empêcher ce schéma de se reproduire.

Aujourd'hui, l'association collabore avec l'académie de Clermont-Ferrand et intervient dans trois collèges et trois lycées. "Nous recrutons les jeunes du collège à postbac." Un recrutement qui se fait sur la curiosité et la motivation de l'élève. L'association encadre les jeunes avec des parrains mis à leur disposition. Ce système a porté ses fruits, puisque Chemins d'avenirs devrait se développer dans trois académies supplémentaires, où 200 jeunes devraient être suivis.

Une plume toujours active

Salomé jongle entre son association et son emploi au ministère des Affaires étrangères. "Mon poste politique se termine en même temps que le quinquennat de François Hollande." L'emploi du temps de la jeune femme ne s'allègera pas pour autant. "Je vais terminer mes deux écrits, un roman et un essai." En attendant une nouvelle opportunité dans la sphère politique ?