1. Étudier à Imperial College : un niveau accessible aux Français
Portrait

Étudier à Imperial College : un niveau accessible aux Français

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Étudier à Imperial College : un double diplôme à la clé Étudier à Imperial College : un niveau accessible aux Français Étudier à Imperial College : une vie quotidienne riche mais chère

Gaëlle, 23 ans, est étudiante aux Arts et Métiers ParisTech, une école d’ingénieurs. Elle passe sa 3e et dernière année à Imperial College, une grande université de Londres, dans la filière aéronautique. À la clé : un double diplôme et une expérience à valoriser sur son CV.

À Imperial College London, Gaëlle a cours de 9h à 16h avec 2h de pause le midi. Au programme : informatique, maths, aérodynamique, mécanique, anglais ("pour apprendre à faire des rapports"), etc. Ainsi que des projets sur des ailes d’avion qui s’étalent sur 6 mois. "Pour le moment, le niveau ne semble pas spécialement inatteignable ici. Les Français ont la capacité de suivre", assure-t-elle.


Une passion : les avions


En amphi, l’étudiante écoute surtout et note le vocabulaire qu’elle ne connaît pas. Une fois chez elle, elle reprend le cours et fais des exercices grâce à un "virtual campus", un site Intranet de l’université où elle retrouve en ligne tous les documents nécessaires. "Pratique pour les nouveaux arrivants étrangers". L’année commence tout juste, mais Gaëlle avoue sa préférence pour l’aérodynamisme et les crash-tests. "J’adore les avions. C’est impressionnant de les voir voler. C’est tellement peu naturel", s’émerveille-t-elle.


Objectif Cannes

Une fois diplômée, Gaëlle aimerait ainsi concevoir des ailes. "Je voudrais voyager 2 ou 3 ans avant de m’installer en France ou à l’étranger, peu importe", confie-t-elle. Avant d’ajouter : "Pourquoi pas à Cannes, près de chez moi [l’étudiante est originaire des Alpes-Maritimes], chez Thales Alenia Space".