1. Témoignage : Amélie, 18 ans, serveuse à Londres
Témoignage

Témoignage : Amélie, 18 ans, serveuse à Londres

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Une année à l’étranger après le bac, pour quoi faire ? Une année à l’étranger après le bac : tenir compte de son projet d’études supérieures Témoignage : Amélie, 18 ans, serveuse à Londres Témoignage : Sylvain, 21 ans, parti en Australie Témoignage : Céline, 21 ans, en première année de LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères) portugais Conseils pratiques et liens utiles pour partir à l'étranger

Partir quelques mois à l’étranger à la sortie du lycée pour “faire un break”, beaucoup en rêvent, peu passent à l’acte. Pour que cette expérience soit la plus bénéfique possible et qu’elle vous permette de valoriser votre profil, voici nos conseils et les témoignages d’étudiants partis tenter l’aventure.

"Mes jobs m’ont donné de la crédibilité"


amelie serveuse londresJuin 2008. Bac S en poche, Amélie est recalée à l’entrée d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) techniques de commercialisation. C’est l’occasion de partir améliorer son anglais à l’étranger, comme jeune fille au pair. La jeune bachelière étudie les offres sur le site aupair.com. "On y trouve des propositions intéressantes, d’autres bizarres. Je ne donnais suite qu’aux parents capables de donner des infos précises sur leurs enfants !" Elle trouve, en Irlande, une famille idéale… Mais au bout de deux mois, c’est la déception. "Je m’occupais des enfants, mais aussi du ménage, de la cuisine et du linge de toute la famille. Et je devais payer moi-même mes cours d’anglais."

Amélie rentre en France. Une de ses sœurs lui trouve alors un stage dans un restaurant en Suisse. "Je faisais les préparations et l’épluchage des légumes, et je prenais des cours d’anglais." Formateur, mais frustrant. "J’apprenais l’anglais dans un pays non anglophone !"

À Noël, cap sur Londres. "Je pensais qu’il était facile d’y trouver un emploi." En deux jours, Amélie déniche une colocation à 80 £ (91 € environ) par semaine. Trouver le job se révèle plus compliqué. Aussi se rend-elle au Centre Charles-Péguy, association aidant les jeunes Français à s’insérer à Londres. Très vite, elle est embauchée comme serveuse dans un bar à vin, puis enchaîne avec un job dans un restaurant-club lui permettant de cumuler mi-temps et cours d’anglais. À la rentrée 2009, sa candidature est retenue en DUT, en apprentissage. "Mon année de petits boulots m’a apporté crédibilité et indépendance financière", conclut-elle.

Retrouvez des informations complémentaires dans notre dossier ”International et étranger”.