1. Au pair, quand et comment partir ?
Coaching

Au pair, quand et comment partir ?

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Au pair, quand et comment partir ?

Découvrir un autre pays, se familiariser avec une autre culture, devenir bilingue : voilà résumées les trois motivations qui poussent chaque année des milliers de jeunes français(e)s à partir « au pair ». Un séjour qui ne s'improvise pas. Conseils d’experts et témoignage de Marie-Céline, au pair en Nouvelle Zélande depuis plusieurs mois.

Vous êtes prêts pour le grand saut ? Voici tout ce qu’il faut savoir pour bien préparer son séjour au pair. Avec les conseils de Pascal Carré, gérant de Languages and Travel et de Marie-Céline Perroy, partie au pair en Nouvelle-zélande depuis plusieurs mois.

 

Combien de temps partir au pair et quand ?

 

Tout dépend de vos projets d’études ! Un tel séjour vaut la peine s’il s’étale sur au moins deux mois, même si certaines familles proposent des accueils uniquement sur la période estivale. Selon les agences, la durée standard est de neuf mois, soit une année scolaire. Aux Etats-Unis, le séjour au pair est très réglementé et doit durer douze mois. « Nous avons beaucoup de départs en janvier, relève Pascal Carré, gérant de Languages and Travel, qui propose des séjours en Australie, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Irlande, etc. Le profil « classique » est celui de la jeune fille qui a décroché de ses études peu de temps après la rentrée scolaire et qui décide de partir au pair pour ne pas perdre son année à ne rien faire. Ce genre de motivation est tout à fait légitime. » Partir après le bac peut aussi être une bonne idée à condition de ne pas vouloir s’engager dans des études sélectives par la suite : votre année « de retard » vous fermerait alors un certain nombre de portes. Moins de problème en revanche si vous visez la fac. Le séjour au pair prend alors des allures de break, à la manière des voyages initiatiques d’autrefois.

 

Combien de temps à l’avance faut-il préparer son départ ?

 

Partir au pair ne s’improvise pas. Le mieux est de s’y prendre au moins trois mois avant la date de départ espérée. Le temps de bien réfléchir à son projet, de choisir son pays de destination et de se mettre à la recherche active d’une famille – une démarche plus facile et souvent plus rapide si l’on passe par une agence spécialisée.

 

Partir seul ou avec une agence ?

 

En cas de problème – le plus courant est la mésentente avec le famille d’accueil - il est plus sûr d’avoir organisé son séjour avec une agence qui a des correspondants locaux. Aux Etats-Unis, pour obtenir le visa spécifique (visa J1) aux séjours au pair, passer par une agence habilitée est incontournable.

 

Comment trouver, seul, sa famille d’accueil ?

 

Il existe une foule de sites Internet de petites annonces. Souvent moins cher que la formule « agence », cela comporte cependant des risques : pas d’assistance sur place en cas de problème, aucune garantie quant à la qualité de la famille d’accueil… Le choix de la famille se fait alors au feeling. Préparez une liste de questions qui vous aideront à briser la glace et d’éviter les mauvaises surprises : de combien d’enfants devrez-vous vous occuper, de quels âges, renseignez-vous sur leur tempérament, leurs hobbies mais aussi et surtout ce qui sera précisément attendu de vous, et quelles sont les règles spécifiques à la famille. Vous pouvez aussi demander les métiers des parents, si la famille vit en ville ou à la campagne, à proximité ou non des transports en commun, etc. Enfin et surtout, demandez précisément combien vous serez payée : pas de fausse pudeur sur ce sujet sous peine d’aller au devant de grosses déceptions !

 

Combien est-on payé ?

 

Un séjour au pair est un travail : il est donc normal qu’il soit rémunéré.
Si vous ne passez pas par une agence reconnue (renseignements auprès de l’UNOSEL), soyez vigilant : les arnaque sont courantes, comme le confirme Marie-Céline : « Ici, j'ai rencontré d'autres « au pair » qui sont payées 80 $ par mois (environ 30 euros) : impossible de s’en sortir à ce tarif-là – moi je touche 140 $ par semaine, ce qui revient à environ 55 euros. C’est largement suffisant pour mes dépenses personnelles. »

 

Comment monter son dossier ?

 

Suivant les pays visés, les conditions de recrutement sont plus ou moins restrictives. D’une manière générale, il faut : avoir 18 à 26 ans, un casier judiciaire vierge, ne pas fumer, avoir son permis de conduire, avoir un niveau de langue « correct », être capable de fournir des lettres de référence (familles ou responsable de centres de loisirs ou de vacances pour lesquels vous avez travaillé). Etre une fille est un gros plus : très peu de familles acceptent les garçons. Les familles anglaises et australiennes sont les plus ouvertes aux au pair masculins, à condition que leur dossier ait d’autres atouts : diplôme de secourisme, BAFA, nombreuses lettres de références, expérience de l’enseignement d’un sport ou pratique de haut niveau.

 

Bien choisir son agence


Pour les jeunes qui décident de partir avec une agence de placement au pair, mieux vaut être prudent. Sur son site Internet, l’UNOSEL donne une liste de conseils pour bien choisir son séjour linguistique, des conseils transposables au choix d’une agence de séjours au pair. Comptez 150 à 350 euros au moins de frais d’agence.

 

Attention aux assurances !

 
Avant de partir, il est important de vérifier dans quelle mesure votre assurance responsabilité civile vous couvre en cas de dommages causés par vous à un tiers à l’étranger. Une assurance médicale est tout aussi indispensable. Appelez votre assurance pour en savoir plus.