1. Double diplôme international : un atout aux yeux des recruteurs ?
Enquête

Double diplôme international : un atout aux yeux des recruteurs ?

Envoyer cet article à un ami
Si vous vous destinez à une carrière internationale, un double diplôme peut être un atout précieux. // © Image Source
Si vous vous destinez à une carrière internationale, un double diplôme peut être un atout précieux. // © Image Source

Vous êtes tenté par un séjour diplômant à l'étranger pour acquérir une qualification et une première expérience de l'international ? Cette opportunité de double diplôme est de plus en plus souvent proposée par les écoles et les universités. D'anciens étudiants, et des recruteurs, vous donnent leur avis sur cette formation.

"Un double diplôme, ce n'est pas seulement une ligne de plus sur un CV. C'est aussi une expérience qui améliore l'employabilité", assure Céline, 26 ans. À sa sortie de l'EM Strasbourg, en 2013, cette contrôleuse de risques dans le domaine financier pouvait aussi se prévaloir d'un master de l'université de Pavie, grâce à un partenariat noué par son école avec l'université italienne. "L'établissement a une bonne réputation auprès des employeurs locaux, alors j'ai eu beaucoup de retours lorsque j'ai postulé à des missions de volontariat international en entreprise (VIE)". La jeune femme a finalement préféré un CDI à Monaco, dans une banque... filiale d'un établissement italien !

L'occasion de développer son savoir-être

Comme le montre ce parcours, le double diplôme international peut être une bonne stratégie pour prendre pied sur un marché de l'emploi étranger et préparer une expatriation de début de carrière. Ceci dit, est-ce un atout dans les autres cas ? Notamment si l'on envisage les premières années de sa vie professionnelle dans l'Hexagone ?

"Dans un contexte de mondialisation, toute expérience à l'étranger est valorisante. Cela permet de se démarquer par rapport à d'autres candidats lors de sélections mais ce n'est pas non plus le gage d'une plus-value de salaire", précise Wilhelm Laligant, président du Syntec conseil en recrutement. "Cette qualification intéressera d'autant plus une entreprise qu'elle mène d'importants projets internationaux. Cependant, même face à un recruteur au rayonnement national, cela peut prouver débrouillardise et curiosité", ajoute Michael Moyal, directeur du cabinet Moyal Partners, dédié aux jeunes diplômés.

Lire aussi : International : bien choisir son double diplôme

Aujourd'hui responsable d'études dans le secteur de la défense, en France, Lucas ne regrette pas le moins du monde d'avoir profité de son cursus d'ingénieur à l'ESTACA pour partir étudier en Alabama. Il y a décroché un master en 2013. "Je connaissais bien les États-Unis pour y avoir passé des vacances mais y vivre est totalement différent. Non seulement mon niveau d'anglais a fait un bond mais j'ai pu gagner une réelle ouverture sur le monde", souligne-t-il. Par ailleurs, grâce à la proximité d'un centre d'études de la NASA, il a pu baigner dans l'ambiance de l'industrie spatiale et militaire en suivant les cours de professionnels. De quoi renforcer une expertise au cœur de son travail actuel.

Un projet à mûrir

Dans tous les cas, la question est de bien mesurer ce que vous attendez d'un double diplôme. "C'est une expérience qui doit s'inscrire dans un projet à long terme, en lien avec le début de carrière que l'on envisage", insiste Estelle Raoul, directrice chez Page Personnel. Et d'inciter à bien comparer les atouts de ce type d'échanges avec ceux d'un stage. "Ce qui attire l'œil d'un recruteur, ce ne sont pas tant les intitulés de cours suivis à l'étranger que les expériences acquises sur le terrain". Reste qu'un séjour d'études peut être une bonne occasion de prospecter des entreprises d'accueil. Tout dépend aussi du réseau de la formation visée. Renseignez-vous en amont pour mieux orienter vos efforts.