1. Journées du patrimoine : à la recherche des trésors cachés des facs et des écoles
Reportage

Journées du patrimoine : à la recherche des trésors cachés des facs et des écoles

Envoyer cet article à un ami

DIAPORAMA. Jardin botanique datant du XIIIe siècle, collection de livres anciens, observatoire astronomique en plein de cœur de Paris… À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, les 16 et 17 septembre 2017, l'Etudiant dresse l'inventaire des trésors abrités au sein des établissements supérieurs.

Les trésors cachés des établissements supérieurs

/
  •  // © Agrocampus Ouest
    // © Agrocampus Ouest
  •  // © Raphaël Buisson
    // © Raphaël Buisson
  •  // © Marie-Anne Nourry
    // © Marie-Anne Nourry
  •  // © Eric Nocher
    // © Eric Nocher
  •  // © Aurore Abdoul-Maninroudine
    // © Aurore Abdoul-Maninroudine
  •  // © Sylvain Duffard
    // © Sylvain Duffard
  •  // © Université de Corse
    // © Université de Corse
  •  // © Manuel Braun pour Sciences Po
    // © Manuel Braun pour Sciences Po
  •  // © MEB Olivier Got Université de Bordeaux
    // © MEB Olivier Got Université de Bordeaux
  •  // © Agrocampus Ouest
  •  // © Raphaël Buisson
  •  // © Marie-Anne Nourry
  •  // © Eric Nocher
  •  // © Aurore Abdoul-Maninroudine
  •  // © Sylvain Duffard
  •  // © Université de Corse
  •  // © Manuel Braun pour Sciences Po
  •  // © MEB Olivier Got Université de Bordeaux
  • La grande collection de livres anciens d'Agrocampus Ouest

    Créée en 1896 lors de la construction du bâtiment de l'école d'ingénieurs, la bibliothèque patrimoniale d'Agrocampus Ouest, située à Rennes, rassemble plus de 30.000 références, dont des ouvrages remontant au XVIe siècle.
    Agriculture, agronomie, chimie… Si cette bibliothèque dispose d'autant de documents anciens, c'est qu'elle a récupéré les fonds documentaires de l'École nationale d'agriculture de Grand-Jouan, transférée à Rennes à la fin du XIXe siècle, ainsi que ceux de l'Institut national d'agronomie de Versailles, créé en 1850 et fermé deux années plus tard pour raisons budgétaires.

  • Le jardin aux racines séculaires de l'université Paris-Sud

    Accueillant une collection de près de 3.000 espèces végétales, le jardin universitaire de Launay, détenu par l'université Paris-Sud, étonne par la diversité des plantes qu'on y trouve.
    Si ce jardin semble si authentique aux yeux du visiteur, c'est aussi parce qu'il s'agit d'un lieu à l'histoire riche. Les sources les plus anciennes qui évoquent le domaine de Launay datent du XIIIe siècle : on y trouvait à l'époque de nombreux moulins qui firent la fortune des seigneurs locaux.

  • À Paris-Dauphine, l'héritage de l'Otan se lit sur les murs

    Quand ils arpentent les couloirs de leur établissement, les 8.800 étudiants de Paris-Dauphine ignorent sans doute qu'ils marchent sur les pas des responsables de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique Nord). Sorti de terre entre 1955 et 1957, le bâtiment de la Porte Dauphine, situé dans le XVIe arrondissement de Paris, en lisière du bois de Boulogne, a en effet abrité, à partir de 1959, le siège de l'alliance Atlantique.

  • À l'intérieur de la chambre sourde de l'UTC

    Au cœur de l'UTC, à Compiègne, une chambre sourde et anéchoïque fait le bonheur des chercheurs de l'école d'ingénieurs, spécialisés dans l'acoustique et les vibrations.
    Ce laboratoire pas tout à fait comme les autres... Installé au cœur de l'école d'ingénieurs dès sa création en 1972, il sert d'outil de recherche pour les personnels de l'UTC. Grâce à cette salle aux murs épais, où tous les sons sont étouffés, les équipes de recherche peuvent notamment développer de nouvelles technologies pour réduire le bruit appliquées à l’industrie automobile ou aéronautique.

  • L’observatoire de la Sorbonne, la tête dans les étoiles

    Construit à la fin du XIXe siècle et situé dans le bâtiment historique de la Sorbonne, à Paris, l’observatoire continue d'attirer les amoureux d'astronomie. Entièrement géré par la Société astronomique de France, seule habilitée à organiser des visites, il abrite un atelier où les passionnés se retrouvent pour polir, tailler, autrement dit réaliser eux-mêmes les miroirs du télescope.

    En journée, grâce à la lunette de 2,3 mètres de long datant de 1935, c'est le soleil que l'on observe. La nuit, ce sont la Lune, Jupiter, Saturne et ses anneaux qui sont scrutés.

  • Le Potager du roi, entre les mains (vertes) de l'École de paysage de Versailles

    Construit à la fin du XVIIe siècle à la demande de Louis XIV, le Potager du roi est confié en 1873 à la toute nouvelle École nationale d'horticulture. Aujourd'hui devenu École nationale supérieure du paysage de Versailles, l'établissement conserve la responsabilité du potager, classé depuis, monument historique.
    Les étudiants de l’établissement suivent plusieurs cours et projets dans le potager, lors de leur formation.

  • En Corse, un fablab au cœur de la maison de Pascal Paoli

    À quelques encablures de la citadelle, au cœur de la ville haute sillonnée par les touristes, la maison historique de Pascal Paoli est devenue l'antre des créateurs en tout genre. Depuis début 2016, ce "palazzu naziunale", palais national en langue corse, accueille le fablab (laboratoire de fabrication) de l'université de Corse. Chaque jour, se côtoient artisans, entrepreneurs et étudiants, venus concevoir de nouveaux objets, réfléchir à leurs produits et développer leur activité.

  • Sciences po expose le photographe Sebastião Salgado

    Depuis le 29 mai 2017, les élèves et les personnels de Sciences po, mais également les visiteurs de passage, peuvent admirer deux photographies de l’artiste brésilien Sebastião Salgado. Le photographe a offert ces œuvres à la bibliothèque de l’établissement parisien. Avec ce don, il tient avant tout à sensibiliser les étudiants aux valeurs d'humanité, de souci écologique et de dialogue interculturel.

  • À l'université de Bordeaux, un musée d'ethnographie plus que centenaire

    Il présente tour à tour dans les 300 mètres carrés de ses salles d'exposition une collection riche de près de 6.000 objets et de 12.000 photos. Vêtements, parures et instruments de musique proviennent aussi bien d'Asie que d'Afrique, d'Océanie que d'Amérique. Installé dans l'ancienne faculté de médecine, le musée d'ethnographie de l'université de Bordeaux, ouvert au grand public, dévoile au fil de ses expositions des collections plus que centenaires.